Rapid Montreux repart au combat avec le même effectif

Rapid Montreux repart au combat avec le même effectif

Meilleure équipe de 3e ligue avec Prangins-Sport (même nombre de points), Rapid Montreux était programmé pour faire les finales de promotion et pouvait raisonnablement être désigné comme favori avant l’arrêt du championnat. Entraîneur depuis 5 ans, Emmanuel Zaccaria revient sur le premier tour, son quotidien d’entraîneur durant le confinement et son objectif pour la saison prochaine: la 2e ligue !

11 matchs, 10 victoires, 1 nul, meilleure défense de 3e ligue… On peut dire que le 1er tour était une réussite…

Tout s’est très bien passé. J’aimerais rajouter que nous avons un bon classement fair-play, le 2e de notre groupe. Pour en revenir à votre question, j’ai trouvé que c’était très intéressant. Malgré mon contingent de 29 joueurs, j’ai pu donner suffisamment de temps de jeu à tous. Personne ne s’est plaint, aucune histoire, tout le monde était focus sur l’objectif. De plus, on était encore en course en Coupe vaudoise. On devait affronter Lonay, une 3e ligue. On y pensait aussi dans un coin de la tête. C’était d’ailleurs la première fois de son histoire que Rapid atteignait ce stade de la compétition (NDLR: le club a déjà évolué en 2e ligue le siècle passé).

Et la crise du COVID-19 est arrivée… Quelle a été votre réaction ?

Tout s’est écroulé, mais on relativise rapidement, il y a des choses bien plus importantes dans la vie. On visait la 2e ligue, on était prêts. J’avais même engagé 3 joueurs cet hiver : 1 de la « deux » de Vevey et 2 de Roche. C’est frustrant, mais j’ai la chance d’avoir des gars qui sont restés motivés pour la saison qui arrive. On veut majorer les statistiques du dernier exercice (sourire).

Avez-vous déjà des transferts à nous annoncer ?

Non, rien du tout, car il n’y a pas un seul mouvement. Désolé pour vous (rires).

« Manu » gardera le même contingent que la saison passée avec le même objectif: la 2e ligue.

Quel a été votre quotidien « footballistique » durant le confinement ?

En tant qu’entraîneur, je n’ai pas fait de programme. C’est la première fois qu’ils ont une aussi grande pause, j’ai préféré les laisser respirer. Ça a fait du bien à tout le monde de sortir du foot. Je leur ai quand même écrit pour prendre la température, voir s’ils ne déprimaient pas trop (rires).

Cela fait 5 ans que vous êtes à la tête de la « une » de Rapid Montreux, n’avez-vous pas ressenti de lassitude ?

Non, je suis toujours motivé, j’ai de la chance d’avoir un très bon groupe, performant. En plus, Montreux possède d’incroyables infrastructures. C’est propre, on a vraiment de la chance, il y a même un jardinier qui est là tous les jours. Je suis venu dans ce club, car c’était mon père le président (NDLR il est vice-président maintenant). Depuis l’année dernière, c’est Benjamin Moine qui a repris le flambeau. Tout se passe à merveille et on regarde dans la même direction.

Même si les groupes ne sont pas encore sortis, on peut se douter du nom de vos futurs adversaires. Comment analyseriez-vous le niveau ?

C’est difficile, la 3e ligue est très imprévisible. Napoli s’est retiré, Lausanne Nord Academy a perdu David Santos. Quoiqu’il arrive, le championnat va être très intéressant. Il y aura de très bonnes équipes.

« Elias Kabamba s’est entraîné avec des gars comme Gattuso, Robinho »

Dont la vôtre avec des noms ronflants pour la 3e ligue…

Je pourrais en citer beaucoup. Mais si on prend déjà Bashkim Sukaj (NDLR: 2e meilleur buteur de 3e ligue derrière l’incontournable Cyril Dufey) , ancien du Team Vaud M21 (NDLR : 33 minutes en Super League, 264 en Challenge League) ou encore Elias Kabamba qui était avec la « Primavera » du Milan AC. Il a même pu s’entraîner avec la première, avec des joueurs comme Gattuso, Robinho… Pourtant, ces deux restent humbles, ils ont leur caractère, c’est sûr, mais ils ne se mettent jamais en avant. Ils distillent leur conseil aux jeunes. Ils ne sont pas les seuls, car 70% de l’effectif a déjà joué plus haut. J’essaie d’intégrer 4-5 juniors A chaque année. Afin d’aider la transition, nous avons créé une deuxième équipe qui évoluera dès la reprise.

Vous avez 28 ans, et vous entraînez depuis l’âge de 22 ans. Comment faites-vous pour que les joueurs respectent votre consigne ?

J’apprends tous les jours. Étonnamment, malgré de forts caractères, dès qu’on est sur le terrain, tout le monde switch en mode compétition. J’ai le respect et je suis également bien entouré avec un assistant expérimenté, Daniel Pagano, un entraîneur des gardiens et aussi un préparateur physique. Mes entraînements sont déjà tous programmés jusqu’à fin août !

Quel est votre objectif personnel en tant qu’entraîneur ?

Je voudrais d’abord réussir mes diplômes, vivre la promotion avec Rapid Montreux et découvrir la 2e ligue avec ! J’aimerais bien évidemment monter plus haut, toucher l’élite.

Vous avez joué en 2e ligue inter, vous aviez une belle carrière devant vous. Qu’est-ce qui s’est passé ?

Trop de blessures… J’ai été très tôt en actif, à l’âge de 16 ans. J’ai évolué à Montreux en 2e inter, Monthey en 1re ligue, Vevey avec qui on a obtenu la promotion pour la 2e inter. Je jouais en 6, mais j’ai souvent dépanné en défense centrale. Je n’ai aucun regret.

« Je suis content que l’on reparle du foot régional »

Merci « Manu » pour les réponses. Dernière question, vous connaissez les repreneurs du site, qui veulent encore garder l’anonymat un petit moment. Que pensez-vous d’eux ?

J’ai une très bonne impression (en regardant les 2 mordus de foot). Ce sont des gars que je croise souvent autour des terrains. Je suis content que l’on reparle du foot régional. J’aimerais qu’ils mettent l’accent sur le foot des talus, sans oublier les ligues supérieures.


Le programme de préparation de Rapid Montreux est conséquent avec 9 rencontres.

Auteur