Yvorne veut monter en 3e ligue

Yvorne veut monter en 3e ligue

Après avoir échoué lors des finales de promotion pendant la saison 2018/2019 et 3e lorsque le championnat s’est arrêté, la formation entraînée par Enis Iseni vise à nouveau les 2 premiers rangs et la montée en 3e ligue, évidemment. Rencontre avec un fou de foot.

Yvorne, après un départ manqué en 2019, avait enclenché la 2e pour terminer dans le trio de tête…

On était sur les bons rails pour décrocher une des 2 places qualificatives pour les finales. On avait bien fini le 1er tour. Mon assistant José Vieira, et moi-même revenions de blessures et étions aptes à jouer dès le mois de mars. Ça aurait été un plus. Tout le monde était sûr de refaire les finales.

La nouvelle saison approche, comment sentez-vous l’équipe ?

Malgré le fait que j’ai perdu 2 éléments importants, mon capitaine Manuel Monteiro Cabral et mon numéro 6 José Costa, j’ai encore plus confiance qu’en 2019. Je ne pense pas que l’on soit affaibli. J’ai une superbe entente avec mon assistant. Nous jouons, lui en défense, moi sur le front de l’attaque. On alterne, normalement, on n’évolue pas en même temps sur le terrain.

Pouvez-vous décrire votre équipe ? Quels sont ses points forts ?

Le jeu que j’essaie de retranscrire est basé sur la possession. Nous voulons plus le ballon que notre adversaire. On doit montrer plus que lui. Je veux que l’on joue au foot comme il faut. Que l’on soit en 4e ligue ou en Super League, c’est important pour moi. Notre foot est porté sur l’avant, c’est comme ça que j’aime ce sport. Je suis un passionné, je m’intéresse à toutes les divisions, c’est quelque chose dont je ne peux me passer.

On n’est pas 100% les favoris, mais on n’est pas loin.

Vous êtes confiant, mais il y a de la concurrence dans votre groupe. Napoli, par exemple…

Oui, le club a retiré son équipe de 3e ligue et beaucoup de joueurs de la « une » ont rejoint la 4e ligue. Mais, je ne mettrai pas ma main à couper que l’on perd les 2 matchs contre cette formation (rires). Il y a aussi Saint-Légier III et Montreux II qui étaient bien placés la saison dernière. Je sais que les Montreusiens veulent monter. On verra bien, on n’est pas 100% les favoris, mais on n’est pas loin.

Votre première expérience comme entraîneur ne s’est pas vraiment bien passée. Depuis, avec Yvorne, ça va mieux, non ?

Je me suis précipité la 1re fois avec Ollon en 3e ligue. Je suis arrivé durant la pause hivernale et le club était dans le bas du classement. C’était catastrophique. On a pas réussi à éviter la relégation. Mais, dans mon club actuel, ça va beaucoup mieux (rires).

Ancien joueur de 1re ligue avec Bulle, Enis Iseni rêve d’y retourner en tant qu’entraîneur!

Quel est votre objectif personnel ?

J’aimerais viser plus haut, la 3e ligue avec Yvorne et peut-être un jour la 2e ligue, la 2e inter et même rêver de la 1re ligue… Mais, je ne veux surtout pas brûler les étapes.

Avant de venir vous asseoir sur un banc, vous avez eu une belle carrière de joueur. Avec le recul, que pensez-vous de ces années ?

J’ai eu extrêmement de chance. Je peux dire que je n’ai aucun regret sur mes choix de parcours. J’ai évolué en 1re ligue avec Bulle avec Stéphane Henchoz et Umberto Barberis comme entraîneurs… J’ai réalisé une magnifique saison avec Monthey en 2e inter, mais je me suis blessé. Les ligaments croisés… Ensuite, je suis retourné plus bas, en 3e ligue, avec Azzurri Riviera. J’ai vécu 4 fois les finales avec Azzurri, mais aussi St-Légier, Aigle (promu) et Ollon. C’était de très belles expériences.

En tant que fan de foot, surtout celui des talus, vous devez être heureux de voir Footvaud renaître.

Oui, je suis premièrement content que l’on s’intéresse à notre club, cela prouve que l’on fait du bon travail. Deuxièmement, Footvaud est important pour le football amateur. Je me réjouis que ça reprenne.


Yves Papaux rêve de voir revenir les habitants d’Yvorne sur et aux bords du terrain.

Président du FC Yvorne depuis 1 an et demi, Yves Papaux s’est laissé aller, comme son entraîneur, aux confidences.

Bonjour Président, expliquez-nous comment vous avez débarqué au FC Yvorne.

J’étais responsable du mouvement junior de la région pendant une dizaine d’années (Aigle et Yvorne dans un premier temps et après, Ollon, Villeneuve et Rapid Montreux nous ont rejoint). Malheureusement, le mouvement s’est dissout. Finalement, j’ai été attiré par des copains. L’ambiance est familiale, agréable et le projet est intéressant.

Quel est ce projet ?

Il y a d’abord la promotion en 3e ligue et surtout l’important est de s’y installer durablement. Ensuite, nous devons penser à une structure sur le long terme pour les juniors. Nous en avons jusqu’aux juniors D et l’objectif à court terme est de pouvoir aligner une formation de juniors C. Naturellement, la solution serait de pouvoir collaborer avec tous les clubs de la région et de enfin créer ce mouvement du Chablais qui serait bénéfique pour tout le monde. Nous avons la chance d’avoir 2 équipes supplémentaires en 5e ligue avec beaucoup de joueurs (NDLR Plus de 50 en actifs). C’est une force pour Yvorne d’avoir ces 2 équipes.

L‘objectif minimal est d’atteindre les finales de promotion!

L’année passée, la « une » était sur une bonne lancée.

Oui, c’est dommage, mais on a tous été logés à la même enseigne. On est néanmoins resté sur notre faim. Cette année, l’objectif minimal est d’atteindre les finales de promotion!

Sans juniors A ni B, il est difficile pour Yvorne de conserver une identité villageoise.

C’est vrai, c’est dur d’avoir des Vuargnérans sur et à côté du terrain. C’est également un objectif pour cette saison. J’aimerais démontrer auprès des autorités communales et aux habitants que nous pouvons avoir une équipe compétitive et active à Yvorne et surtout un club qui fait partie du village et qui mérite d’être supporté.

Categories: 4e ligue, Accueil, FC Yvorne

Auteur