Yverdon repense son secteur offensif

Yverdon repense son secteur offensif

« On le lâche rien! » Le message de Mario Di Pietrantonio est clair: Yverdon Sport veut aller jusqu’au bout, c’est-à-dire la Promotion League et, avant cela, les finales de 1re ligue. « Si on était 12e, on réfléchirait autrement, mais là, on va faire les efforts nécessaires pour atteindre nos objectifs », explique le président d’Yverdon Sport, qui a pris des décisions fortes cette semaine.

Sur le banc à Vidy, comme un symbole

La première? Se séparer d’Ange Nsilu! Le Congolais de 29 ans a marqué, quatre fois, depuis le début du championnat, mais son apport a été jugé insuffisant par les décideurs d’YS. Yverdon a la 31e attaque (sur 42) en 1re ligue et il a été estimé que son avant-centre y était pour quelque chose. Une décision sévère, sans doute, car Nsilu a déjà eu l’occasion de montrer toutes ses qualités à ce poste, que ce soit à ce niveau ou à niveau supérieur. Yverdon n’a jamais retrouvé le chasseur de buts du Mont, l’homme qui marquait les yeux fermés et lui estime ne pas être aussi bien entouré qu’à son époque montaine. Bref, YS et Nsilu ne se sont pas trouvés et leurs chemins se séparent aujourd’hui. Ainsi, comme un symbole, l’avant-centre est resté sur le banc lors de la victoire de son équipe à Stade-Lausanne (0-3) lors de la dernière journée de l’année. Le divorce était consommé, malgré un contrat courant jusqu’au mois de juin. « Il ne fait plus partie du contingent », a simplement commenté Mario Di Pietrantonio, qui misait beaucoup sur son avant-centre à son arrivée en février dernier.

Manuel Bühler s’en va aussi

Si le départ de Blake Smith s’est fait sans qu’YS le veuille, mais découlait de la volonté du joueur (lire ici), YS a décidé de se séparer de Manuel Bühler. Le meneur de jeu de 32 ans a offert quelques coups de patte de génie, mais ne donnait plus satisfaction du fait de ses nombreuses absences répétées pour raisons professionnelles. Et lorsqu’il ne peut pas s’entraîner et enchaîner les matches, le milieu de terrain peine à rester compétitif, raison pour laquelle le président lui a annoncé qu’il ne ferait plus partie du contingent pour le deuxième tour. Enfin, l’Argentin Matias Chavarria a lui aussi été informé que son aventure au Stade Municipal prenait fin avec effet immédiat. « On va trouver un arrangement avec chacun, vu qu’ils ont des contrats jusqu’au mois de juin », explique Mario Di Pietrantonio.

Seuls trois joueurs offensifs vont rester

Blake Smith, Ange Nsilu, Matias Chavarria et Manuel Bühler s’en vont: voilà donc 4 des 7 éléments offensifs d’YS qui ne seront plus là. Restent donc Carl Martinet, Allan Eleouet et Fatah Ahamada, lesquels feront bien partie du contingent au deuxième tour. Le premier nommé n’a de toute façon pas trop le choix, puisqu’il a déjà porté les couleurs de deux clubs (Echallens et YS) depuis le début de la saison, et les deux derniers ont donné satisfaction à leurs dirigeants sur ce premier tour.

De gros renforts à prévoir

Yverdon va devoir se renforcer, mais cela ne fait pas peur à son président: « On va faire les efforts nécessaires. Comme je vous l’ai dit, on ne lâche rien et je pense que je vais pouvoir vous annoncer dans les dix jours de grosses arrivées. On cherche un très bon numéro 10 et deux ou trois attaquants de gros calibre. On est en discussions, mais je ne peux rien vous dire pour l’instant. » Ce qui semble sûr, c’est que les affaires sont en bonne voie: YS et son président ne prendraient pas le risque de communiquer sur des séparations si les dossiers suivants n’étaient pas très bien avancés derrière. A noter également que le défenseur Dadie Mayila est annoncé partant.

Sacha Margairaz va rester, finalement

Le cas de Sacha Margairaz était en suspens, puisqu’au début, il était prévu qu’il parte s’établir en Espagne. La situation a cependant changé et Mario Di Pietrantonio ne cache pas avoir eu des discussions avec lui: « Cela a été le cas, oui. Pour finir, il va rester. Enfin, j’espère qu’il va remonter dans l’avion du retour après son séjour en Espagne (rires). Non, pas de souci, Sacha fait toujours partie du contingent, on compte sur lui. »

Julien Marendaz? « Il est intelligent, il écoute »

Le président s’est également montré satisfait du travail de son entraîneur, Julien Marendaz: « Oui, je suis content de lui. Il a dû prendre la mesure de ce qu’était Yverdon Sport, comme il vous l’a dit, et je trouve qu’il l’a bien fait. Il a dû gérer ce qu’était un club ambitieux, avec tout ce que cela comporte, y compris au niveau des joueurs. Il a de gros caractères dans l’équipe, des joueurs pas forcément faciles à gérer, mais il est intelligent, il écoute. On a des soucis offensifs, il le sait, et il cherche des solutions, comme tout le monde. »

Pas de fusion avec Le Mont

Enfin, dernier point, la fusion avec Le Mont. Les rumeurs s’étaient renforcées ces dernières semaines, mais Mario Di Pietrantonio a un message clair: « La fusion ne se fera pas pour la saison prochaine. C’est tout ce que j’ai à dire ». Pour entrer en vigueur à l’été, une fusion doit être entérinée avant le 31 décembre. Ce ne sera donc pas le cas, c’est clair, net et précis. Si YS monte en Promotion League, ce sera tout seul.

Ecrire un commentaire

Only registered users can comment.