Yverdon monte encore en puissance

Yverdon monte encore en puissance

Cette fois, c’est bon, c’est officiel: Yverdon Sport a lancé sa saison. Dimanche, à la Pontaise, les hommes de Philippe Perret ont logiquement battu Team Vaud M21 (2-4), proposant une performance offensive de premier plan. YS, c’est sûr, est d’attaque, et il faut rendre hommage à son entraîneur, qui n’hésite jamais à jouer avec plusieurs éléments très offensifs. Ainsi, dimanche, même si son équipe était passée d’une défense à trois à une défense à quatre en raison de l’absence d’Esteban Rossé, YS a joué avec quatre attaquants (Alex Gauthier, Alex Khelifi, Arthur Deschenaux et Quentin Rushenguziminega). Une tactique payante pour le leader.

Yverdon, simple et efficace

Si Yverdon Sport peut se permettre de jouer avec quatre éléments aussi offensifs, c’est parce qu’il est parfaitement protégé derrière. Aurélien Chappuis et Florian Gudit sont deux vrais chiens de garde, qui ne laissent rien passer. Et comme derrière eux se trouvent Babacar Dia Mbaye et Adriano De Pierro, il est difficile d’espérer transpercer YS par l’axe. Voilà la raison pour laquelle Yverdon est aussi performant, même s’il faut le dire aussi, le jeu présenté n’a rien de flamboyant. Ce n’est pas une critique, c’est même plutôt un compliment: Yverdon joue de manière simple et efficace et c’est exactement ce qu’il faut faire en 1re ligue.

Des attaquants qui marquent

Jouer pour jouer, poser le ballon au sol et chercher des solutions est exactement le meilleur moyen de se planter à ce niveau. Yverdon Sport, en 1re ligue, ne s’entraîne pas assez et n’a pas assez de vécu commun pour présenter le jeu du Shakhtar Donetsk ou du FC Barcelone. Alors, Philippe Perret, qui est quelqu’un de pragmatique, demande à son équipe de jouer juste. En clair, YS a un très bon gardien, défend très bien, et va très vite devant. Et, c’est important, YS a a des attaquants qui marquent. Même sans Matt Moussilou, devenu très vite son atout numéro 1, Yverdon a marqué quatre fois ce dimanche et encore fait parler son réalisme sur coup de pied arrêté.

Aurlien Chappuis, le roi des coups de pied arrêtés

Car là aussi, YS dispose d’une arme intéressante: le pied droit d’Aurélien Chappuis et le timing d’Adriano De Pierro et de Babacar Dia Mbaye. Quand les deux grands montent, ce n’est jamais pour rien. Dimanche, le très important 1-2 est venu d’un corner de Chappuis, monsieur caviar, pour la tête de De Pierro. Efficacité maximale, comme la semaine d’avant face à Guin. Et cette arme-là, les coups de pied arrêtés, est tellement essentielle pour gagner un championnat que pouvoir compter dessus est un avantage non négligeable.

Philippe Perret, un homme qui tient le cap

Alors oui, YS est complet et s’est installé en tête. Il le doit à la grande qualité de son groupe, mais aussi au mode de management de Philippe Perret. Il n’est pas l’entraîneur le plus expansif sur le bord de la touche et il n’est pas, non plus, le premier nom qui vient à l’esprit quand un poste se libère en Suisse romande, mais il faut être juste: Mario Di Pietrantonio a fait le bon choix en l’engageant. Après le volcan Bevilacqua, le président d’YS et son club avaient besoin de calme et d’un homme qui ne change pas tout, tout le temps. YS avait besoin de stabilité et d’un homme qui tienne le cap: à ce titre, Philippe Perret a prouvé être le bon choix. Avec lui, pas d’éclats de voix, même dans le vestiaire. Pas de séance de motivation à la Bernarc Challandes, non plus. Mais une direction claire et une certitude: il fera ce qu’on attend de lui. Pas forcément plus, mais pas moins. Et là, vu qu’il a un très bon effectif, il est premier. Et il mérite les félicitations pour cela. On le redit, être premier avec cette équipe ne relève pas du génie, mais YS, aujourd’hui, n’a pas besoin d’un génie, juste de quelqu’un qui fasse très bien le boulot. C’est le cas.

Champion d’automne, mais il reste avant un match

Alors, dimanche, face à cette intéressante équipe de Team Vaud M21, YS a assuré le coup, comme toujours. Quentin Rushenguziminega, titulaire (Moussilou au repos), a obtenu un penalty qu’il a lui-même transformé, et donné un assist à Florian Gudit pour le 2-4. Le capitaine d’YS s’est bien projeté vers l’avant sur ce coup-là et a parfaitement fini, d’un petit ballon à côté du pied de son pote Dany Da Silva, « promu » gardien titulaire des M21 depuis deux semaines. Yverdon est donc champion d’automne, mais a encore un match à négocier avant les vacances à cause de cette formule absolument stupide de championnat. Pour rappel, après le premier tour, mais toujours la même année, la 1re ligue fait jouer le premier match du deuxième tour, et seulement celui-là, ce qui ressemble quand même à une aberration. Pour YS, ce sera ce samedi face à Vevey, à 17h30 au Stade Municipal.

Ecrire un commentaire

Only registered users can comment.