Yverdon, la fête est déjà finie

Yverdon, la fête est déjà finie

Quatre jours, c’est tout. Le rythme des finales est ainsi fait qu’Yverdon Sport, à peine qualifié samedi à Monthey, devait déjà penser à la réception de Kriens mercredi au Stade Municipal. Pas le temps de profiter, pas le temps d’organiser une grande réception ou de visionner cinq fois l’adversaire: il fallait être prêt, c’est tout. Les finales ne tolèrent pas l’à-peu-près ou les « peut-être ». C’était là, ce mercredi, à 19h30, c’est tout.

Un bon match, c’est vrai, mais cela ne suffit pas

A 21h15, pourtant, tout était déjà fini. « Ce pourquoi on s’est battu toute la saison est déjà fini », relevait, la tête basse, Edin Becirovic avant de regagner le vestiaire. Les entraînements dans le froid de l’hiver, tous les efforts fournis pour y arriver, les sacrifices familiaux: tout cela pour arriver à disputer ces finales et tout perdre en 90 minutes. « Mais on a fait un bon match, le meilleur depuis longtemps », relevait, avec justesse, Mario Di Pietrantonio. Le président d’YS était déçu, comme tout le monde, mercredi soir. Pas par la soirée en elle-même, car il y avait une affluence sympathique (900 personnes), mais par le score de ce match aller. 1-6. Aïe.

Deux immenses occasions pour Ange Nsilu et Edin Becirovic

Le président yverdonnois a raison: Yverdon Sport a fait un bon match et il n’a pas manqué grand-chose pour qu’il s’emballe vraiment. On est trop gentil? Pas vraiment, en fait, car Kriens a marqué deux fois dans les vingt-cinq premières minutes sur deux coups de pied arrêtés. Un coup-franc contré par le mur et repris acrobatiquement par Bem (17e) et la tête de Guto sur un corner (26e): voilà YS mené 0-2 sur deux ballons arrêtés mal négociés défensivement. A chaque fois, Yverdon a eu l’occasion de revenir. Tout d’abord à la 20e, à 0-1 donc, lorsqu’Ange Nsilu s’est retrouvé en position idéale après un contrôle orienté magnifique. La frappe du Havrais était stoppée par Osigwe, sans problème. Ensuite? A 0-2, Edin Becirovic s’est retrouvé en position idéale, à 5 mètres du but, mais a frappé à côté, du gauche. Le bilan de la première période? Deux occasions pour YS, trois pour Kriens et un 0-2 que les Lucernois accueillaient avec un grand sourire.

Kriens a mieux géré l’événement qu’Yverdon

Kriens, justement, la meilleure défense de toute la 1re ligue et la 2e meilleure attaque. Une équipe disciplinée, très bien en place et très déterminée, c’est sûr. Ce onze-là est solide et il faut être costaud pour les bouger derrière. Deuxième du groupe 2, ils ont de l’avance sur YS en terme de culture tactique, là où seul un joueur comme Sacha Margairaz peut rivaliser. En fait, Kriens (soutenu par une bonne cinquantaine de supporters) a bien mieux géré l’événement qu’Yverdon, mais on n’a vraiment pas vu une équipe venue survoler cette rencontre. On va même oser dire que le SCK ne nous pas impressionné plus que ça. On exagère? Pas tellement. Oui, Kriens est discipliné, solide et bien en place. Plus que ça? Non.

Un audacieux et offensif 4-1-3-2

Pour prendre d’assaut ce bloc défensif, Philippe Demarque avait choisi une équipe ultra-offensive. Manuel Bühler blessé, il avait décidé de jouer dans un système que l’on pourrait qualifier de 4-1-3-2, avec Jean-Yves Momo seul en milieu défensif, une ligne de trois joueurs offensifs Chavarria-Pitronaci-Parapar et deux attaquants, Ange Nsilu et Edin Becirovic, le second restant bien en pointe pour servir de point de fixation. Plus offensif, c’était compliqué.

Eros Pitronaci a ramené l’espoir… 30 secondes

Le résultat? Comptablement, il est mauvais, et il est sans doute juste de dire que ce « tout à l’attaque » a contribué à laisser la défense à l’abandon dès la 70e minute lorsque les forces ont commencé à manquer pour le repli défensif. Kriens a eu plus d’espaces et en a profité pour tuer un match que l’on avait cru relancé à la 51e, moment que choisit Eros Pitronaci pour ramener le score à 1-2 d’une jolie demi-volée. On y a cru… 30 secondes, le temps pour Dadie Mayila de se déconcentrer et d’offrir sur un plateau le 1-3 à Sorgic. Dès lors, le match était plié, emballé, étiqueté et il n’a plus été qu’un long calvaire pour des Yverdonnois tout simplement moins prêts à disputer un match de cette importance que leur adversaire. Un détail, un seul? Le staff de Kriens était venu filmer le match d’YS à Monthey. Le genre de choses qui font une différence, entre mille autres.

 

Yverdon reviendra, c’est sûr

Aujourd’hui, Yverdon doit se servir de cette défaite, continuer à grandir et apprendre de ces finales perdues. On en est convaincus, Mario Di Pietrantonio et ses hommes reviendront dans douze mois à ce niveau, avec Julien Marendaz. Et si ce n’est pas dans douze mois, ce sera dans vingt-quatre. Il faudra se rappeler que bien jouer ne suffit pas pour se qualifier: il faut être prêt, sur et en dehors du terrain, à disputer un match de finales.

 

Il a dit à Footvaud.ch

Philippe Demarque, entraîneur d’Yverdon

Si je regrette d’avoir joué aussi offensivement? Pas une seule seconde. Il n’y avait rien d’autre à faire, je n’ai pas les joueurs pour défendre pendant 90 minutes et être solide tout le long. On ne va pas forcer tout le monde à jouer contre-nature. Et même, on défend tout le long devant notre public, on bloque, on fait miraculeusement match nul et on va perdre là-bas de toute façon? Non, il fallait faire du jeu, emballer la partie et je considère qu’on n’a pas si mal réussi que ça. A la mi-temps, à 0-2, j’étais triste pour les joueurs, ils ne méritaient pas ça. Dans le jeu, on était mieux qu’eux, je n’ai pas peur de le dire. La différence, c’est qu’ils sont solides, plus prêts physiquement que nous, bien meilleurs dans les duels et plus disciplinés. Aujourd’hui, ils étaient venus chercher un nul avec leur 4-5-1, je vous le dis! Ils nous plantent deux fois sur coup de pied arrêté en première période et on leur offre le 1-3, mais on n’a pas à avoir honte de ce qu’on a présenté. Il faut tirer un bilan global de ce qui a été fait ces dernières semaines, pas juste regarder ce soir. Sur les 8 matches avant les finales, il y a eu 7 résultats positifs. Il reste ce match à Kriens, qui s’annonce compliqué samedi, c’est vrai. On fera peut-être surtout jouer les gars qui seront avec nous l’année prochaine, il faut que ce match nous serve.

Les hommes du match

Du côté d’YS, bon match de Junior Montano. Il a beaucoup apporté sur le côté gauche, tant offensivement que défensivement. Prestation convaincante de sa part. Belle performance également d’Ange Nsilu. Positionné en « 9,5 » autour d’Edin Becirovic, il a percuté, conservé des ballons et montré une partie de sa technique. Il est monté en puissance durant ce deuxième tour.

A Kriens, le meilleur a peut-être été Henrique Cornelio Bem. Le Brésilien de 30 ans a joué dans à peu près tous les clubs de Suisse alémanique et il est une valeur sûre au milieu de terrain. Il a ouvert le score et été de tous les bons coups. Marco Wiget, autre joueur du milieu, a également brillé. Formé à Lucerne, il n’a pas été conservé et, depuis, a gagné sa vie entre Tuggen, Breitenrain et, depuis l’été dernier, Kriens. Il ne passera sans doute plus jamais professionnel, mais en 1re ligue, il survole les débats.

Yverdon Sport – SC Kriens 1-6 (0-2)

Buts: 17e Bem 0-1, 26e Guto 0-2, 51e Pitronaci 1-2, 52e Sorgic 1-3, 64e Fanger 1-4, 73e Selmani 1-5, 83e Kablan 1-6

Arbitres: M. Schmid, assisté de M. Sönmez et de M. Kaya.

YS: Ummel; Mayila, Mara, Margairaz, Junior Montano; Momo; Chavarria (64e Isabella), Pitronaci (82e Schertenleib), Parapar (68e Ferhatovic); Becirovic, Nsilu.

Entraîneur: Philippe Demarque

Kriens: Osigwe; Walker, Fanger, Fischer, Kablan; Wiget, Hasanaj, Bem (73e Stojanov), Sorgic (76e Gjidoda), Guto (86e Pekas); Selmani

Entraîneur: Marinko Jurendic.

Stade Municipal. 900 spectateurs.

 

Le tableau des finales

Tour intermédiaire

Mercredi 3 juin

Match 1 :  FC Baden – SC Cham 0-4

Match 2 : Zug 94 – FC Wettswil-Bonstetten 2-2

Match 3 : FC Gossau – Stade Lausanne Ouchy 1-1

Match 4 : Yverdon-Sport – SC Kriens 1-6

Samedi 6 juin

Match 1 : SC Cham – FC Baden

Match 2 : FC Wettswil-Bonstetten – Zug 94

Match 3: Stade Lausanne Ouchy – FC Gossau

Match 4: SC Kriens – Yverdon-Sport

 

Tour de promotion

Mercredi, 10.6.2015

Match 5 : Gagnant match 3 – Gagnant match 4   *

Match 6 : Gagnant match 2 – Gagnant match 1

* si Yverdon-Sport est le gagnant du match 4, le match 5 sera inversé (stade non disponible)

Samedi, 13.6. 2015 (match retour)

Match 5 : Gagnant match 4 – Gagnant match 3

Match 6 : Gagnant match 1 – Gagnant match 2

Ecrire un commentaire

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*