Yverdon et Bavois continuent leur série, Nyon perd des plumes, SLO solide leader

Yverdon et Bavois continuent leur série, Nyon perd des plumes, SLO solide leader
Yverdon est le nouveau dauphin du Stade-Lausanne. La troupe d’Anthony Braizat a en effet profité du match nul de Nyon pour prendre deux unités d’avance grâce à sa solide victoire contre la seconde garniture de Zurich (2-0)

Annoncé en forme par le président Mario Di Pietrantonio (Interview du président d’Yverdon), Janko Pacar l’a confirmé avec l’ouverture du score à la 37e. Bien servi sur un centre d’Adriano De Pierro, l’attaquant validait par ce but la bonne mi-temps de ses coéquipiers. Transféré cet hiver, Hugo Fargues doublait la mise d’une frappe surpuissante à la 57e minute de jeu. Toujours aussi solide, le groupe du capitaine François Marque gardait la cage inviolée jusqu’au bout.

Cette première rencontre a permis de récolter des indications intéressantes. Anthony Braizat continue avec un 4-4-2 en faisant confiance – à raison – à Janko Pacar. Le duo qu’il forme avec Alessandro Ciarrocchi fera certainement mal aux défenses de Promotion League. Le pompier de service Florian Gudit a évolué comme latéral droit. D’habitude demi-défensif, le Vaudois aux quatre poumons avait déjà joué à ce poste à plusieurs reprises pendant le premier tour. Les nouveaux venus Hugo Fargues et Florian Berisha étaient sur le terrain dès la première minute.

Le chiffre: 176. Cela fait 176 jours qu’Yverdon n’a plus perdu une rencontre en championnat. La dernière défaite remonte au 8 septembre 2018 contre le FC Breitenrain (1-0). Depuis, la troupe d’Anthony Braizat a aligné 7 victoires et 4 matchs nuls. Tonitruant.

Malgré l’optimisme de Vartkan Sirmakes (Interview du président de Nyon), le Stade Nyonnais s’est contenté d’un match nul et vierge à la maison contre le FC Köniz (0-0)

Neuvième à seulement huit unités de Nyon, la formation bernoise n’était pas un cadeau pour une rencontre de reprise. Bien regroupée, elle n’a laissé que peu d’occasions à des « Jaune et Noir » ultra-dominateurs. Cette contre-performance peut être qualifiée de défaite au vu des ambitions du club.

Le 11 de départ voyait la présence des nouveaux Tiago Escorza et Aurélien Chappuis. Au sein de la défense centrale, Ibrahim Tall faisait son retour avec le brassard du capitaine. Malgré ces présences, il a manqué aux hommes de John Dragani de la percussion offensive pour inquiéter les Bernois. Nyon se retrouve à deux points d’Yverdon et sent le souffle dans sa nuque de Bellinzone qui revient à deux unités, grâce à son succès contre Münsingen 3-0.

Le chiffre: 13. Comme le retard que compte dorénavant Nyon sur Stade-Lausanne. Mission impossible.

Le FC Bavois revient à la hauteur de son adversaire du jour, Sion II, grâce à sa victoire (2-1).

Avec 27 unités, les hommes de Bekim Uka tiennent la cadence et débutent leur deuxième partie de championnat sur le même rythme que l’automne dernier. De plus, un résultat positif contre une formation M21 est toujours gratifiant, surtout lors de la reprise. En effet, les « deux » des équipes de Super League ont le droit à une préparation bien plus longue et intense.

Cependant, les joueurs du président Jean-Michel Vicquerat avaient à cœur de surfer sur la vague de 2018. Et comme souvent, c’est Adrian Alvarez qui montrait la voie à suivre avec l’ouverture du score de la tête dès la 13e minute. Cette réussite est la 12e de l’ailier droit qui a préféré rester du côté de Bavois pour ce second tour, malgré des propositions venant notamment de Challenge League et de l’étranger.

Tout juste arrivé d’Azzurri 90 LS, cet hiver, Joni De Oliveira (retenez bien ce nom!) a égalisé juste avant la mi-temps. Directement titulaire au sein de la formation sédunoise, le jeune homme de 20 ans risque bien de dynamiter certaines défenses ce printemps. Deuxième meilleur buteur des Bavoisans, Alex Gauthier a donné la victoire aux siens à la 72e minute. Il en a profité pour inscrire sa septième réussite de la saison. La troupe de Bekim Uka est en confiance et pourrait rapidement grappiller des rangs et se mêler à la lutte pour le top-5.

La déclaration: Adrian Alvarez, FC Bavois: « Franchement, on est plus surpris qu’autre chose de cette performance. On pensait qu’on allait être court physiquement, mais finalement on a tenu le coup. C’était un très bon combat. Notre série continue (NDLR: voir ci-dessous). Nous tirons avantage du fait que tout le monde se focalise sur les autres équipes, mais on est bien là, on a même demandé à Viquerat (NDLR: Jean-Michel, le président) la licence pour la Challenge League (rires). Je suis content d’avoir inscrit un but, le 12e de l’exercice. Je continue sur le même rythme que 2018, c’est positif. Surtout que je marque de la tête, pour moi qui suis petit, c’est toujours étonnant. Quand il y a des coups francs offensifs, les adversaires se concentrent sur les grands, alors j’en profite pour mettre la tête grâce à un bon timing . Si on s’est fixé un objectif? Non, aucun, on s’amuse, on prend du plaisir sur le terrain et en dehors. C’est l’essentiel. »

Le chiffre: 9. Comme les 9 dernières parties jouées en championnat sans connaître la défaite. 6 victoires, 3 nuls et une magnifique 7e place en Promotion League pour Bavois. Respect.

Stade-Lausanne sans argent, Stade-Lausanne à terre, Stade-Lausanne se retire, Stade-Lausanne relégué, etc. L’hiver a été long et les phrases entendues sur le club de Samaranch auront alimenté les vacances de chaque footeux. Et pourtant, malgré les épreuves traversées, il est là, toujours leader et victorieux de sa première rencontre de 2019 contre Wohlen (3-2), mais tout n’a pas été simple.

Avant-dernier de championnat de Promotion League, le FC Wohlen n’était pas forcément un cadeau pour un match de reprise. Difficiles à manœuvrer, les Argoviens douchaient directement le Stade en marquant le 1-0 après quatre minutes par Thomas Schiavano. Mieux dans leurs chaussures, les Lausannois égalisaient par l’incontournable Yanis Lahiouel. Dès la sortie du vestiaire, le même scénario s’est reproduit: Schiavano inscrivait le 2-1, mais Lahouiel répliquait.

Finalement, c’est le capitaine Fabian Geiser qui donnait la victoire aux siens sur penalty. Courageuse, la formation d’Andrea Binotto a montré du caractère comme le soulignait l’entraîneur à l’issue de la partie. « C’était compliqué, mais les joueurs ont fait preuve de cohésion pour s’arracher ». Le succès est mérité, car le « SLO » a monopolisé le ballon durant 90 minutes. Quant à Wohlen, il a marqué sur ses deux seules opportunités du match.

Le chiffre: 15. Comme le nombre de buts inscrits par Yanis Lahiouel depuis le début de la saison. Il revient à deux unités de Karim Chentouf, resté muet samedi contre Köniz. Lutte au sommet.

(Crédit photo de couverture: Page Facebook du FC Stade-Lausanne-Ouchy)

Auteur

Ecrire un commentaire

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*