Yverdon aurait même pu espérer mieux

Yverdon aurait même pu espérer mieux

Yverdon Sport s’est rassuré. « Je suis fier des joueurs et de leur état d’esprit. Ils ont bien travaillé cette semaine et on a été récompensés avec cette belle prestation. Je suis juste un peu frustré par le résultat, parce qu’il y avait la place pour gagner. » Ainsi s’est exprimé Philippe Demarque juste après le match nul réalisé par YS sur le terrain d’Azzurri, samedi. L’entraîneur (ad intérim?) des Yverdonnois a vu un bon match de son équipe, dans la lignée d’une semaine d’entraînement qui lui a plu. « J’ai vu des gars concentrés et à l’écoute. Je leur ai demandé de remettre les protège-tibia, ce qu’ils ne faisaient plus. Vraiment, on a bien travaillé. » Si la question était de savoir comment le départ de Vittorio Bevilacqua avait été digéré, la réponse est donc: « plutôt bien, merci ». Le 6-2 infligé par Bavois n’a pas laissé de traces dans la tête des joueurs.

Philippe Demarque a fait des choix

Car non, Yverdon n’a pas sombré à Chavannes, face au leader Azzurri. Comme toujours dans pareil cas, à savoir le départ d’un entraîneur, il y a les joueurs qui sont très déçus, et il y a ceux qui le sont un peu moins, jusqu’à ceux qui en sont contents, mais ne le diront pas à tout le monde et surtout pas à un journaliste. Ce qui est sûr, c’est que l’atmosphère était légère dans le camp yverdonnois, presque sereine malgré l’enjeu. Philippe Demarque, qui dirige la commission juniors à Yverdon Sport, avait fait le choix de quitter le 4-4-2 pour proposer un 4-2-3-1 très classique avec le seul Edin Becirovic en pointe. Autre innovation, la titularisation de Dadie Mayila en tant que latéral droit, au détriment d’Anthony Ciavardini, remplaçant durant 90 minutes samedi. Voilà pour la « patte Demarque » à l’heure d’aller affronter Azzurri chez lui.

Cinq latéraux en moins par rapport au début d’année!

Et les Lausannois, alors? On ne voudrait pas manquer de respect au leader, mais l’actualité du jour était plutôt dans le camp d’en face, on l’a compris. Patrick Isabella a cependant un coup dur, le manque ponctuel de latéraux. Il en avait un peu trop au début de l’année 2015, mais Bigambo Rochat et Arnaud Bloch ont été priés de partir pour des raisons extra-sportives, tandis que Michel Morganella et Marlon Baluzeyi sont blessés. Enfin, Sébastien Meoli revient d’une longue absence et ne peut pas encore débuter un match. Cela fait un peu beaucoup, même pour une armada comme Azzurri. Patrick Isabella a donc dû placer Salou Galokho sur le côté gauche, tandis qu’Hidajet Kastrati était titularisé sur le flanc droit. Les deux hommes ont effectué une partie correcte, mais n’ont évidemment pas le vécu et la qualité des joueurs qu’ils remplaçaient samedi, sans leur faire offense le moins du monde.

Neuvième but de la saison pour Luca Scalisi

Un Azzurri diminué, donc, face à un YS dans l’incertitude d’un changement d’entraîneur. Le début de match? Complètement à l’avantage d’Yverdon, qui aurait pu marquer le 0-1 par Edin Becirovic, bien servi par Junior Montano (7e). Juan Manuel Parapar a ensuite frappé un joli coup-franc, que Mickael Castejon a bien dévié en corner (10e). Yverdon montrait sa détermination, mais se faisait punir par Luca Scalisi, auteur de son 9e but de la saison! Le défenseur central d’Azzurri est tout simplement le sixième meilleur buteur de ce groupe 1 de 1re ligue… En reprenant un bon centre de Micael Martins (17e), le capitaine montrait la voie à suivre et rameutait ses troupes juste après avoir marqué: « On n’y est pas les gars! On n’est pas dans le match! ». Vrai. Azzurri était dominé et ce 1-0 était un petit miracle.

Marc Ummel, décisif avant la pause

Dès lors, pourtant, les Lausannois allaient monter en puissance et dominaient le reste de la mi-temps. Marc Ummel réalisait un premier miracle devant Raphaël Walther (30e), avant que Nicolas Marazzi ne s’offre deux occasions d’inscrire le deuxième but, sans succès. Marc Ummel réalisait de belles parades et n’a dû s’avouer vaincu que sur un deuxième coup de tête de Luca Scalisi, signalé hors-jeu (33e). Yverdon souffrait et ne restait dans le match que grâce aux parades de son gardien.

La bonne entrée de Manuel Bühler

Tout a changé après la pause et l’introduction de Manuel Bühler, entré à la 43e pour remplacer Eros Pitronaci. Sortir un jeune joueur deux minutes avant la pause, un choix surprenant? C’est le bon mot, oui, mais la prestation de Bühler a donné raison à Philippe Demarque, en tout cas sur le fond. L’ancien meneur de jeu de Xamax et de GC a été très bon et amené l’égalisation grâce à la qualité de son pied droit. Son coup-franc de la 46e était dévié en corner par Castejon. Sur le coup de coin, Bühler trouvait Chavarria seul à cinq mètres et l’Argentin pouvait conclure dans le but vide, Castejon étant gêné par une légère obstruction de Becirovic, toujours aussi malin. 1-1, donc.

L’arrêt du match pour Mickaël Castejon à la 68e

Dès lors, Azzurri allait complètement perdre son football et se retrouver en grande difficulté. Les occasions pour YS? Une frappe de Parapar, du droit, que Castejon laissait échapper… sur sa latte (56e). Ensuite? Une grosse frappe de Marco Gabriele, sur laquelle Castejon réussissait le plus bel arrêt du match (68e). Avec un autre gardien, celle-là aurait pu finir au fond… Ces deux actions-là avaient le poids du 1-2, mais Azzurri se montrait quand même un peu menaçant, en contre. Raphaël Walther, bien servi par Rachane, frappait notamment à côté (69e). Sinon? Des possibilités, mais rien de bien impressionnant.

Deux jokers de luxe pour Azzurri

Patrick Isabella décidait alors de lancer ses deux jokers de luxe dans la bataille. S’il était un peu démuni en défense, samedi, l’entraîneur d’Azzurri ne l’était pas en attaque. Ses deux jokers? Jonathan Caeiro et Mobulu M’Futi, excusez! Les deux hommes, entrés à la 70e, ont créé du danger, surtout M’Futi, mais les Yverdonnois continuaient à dominer… jusque dans les arrêts de jeu.

L’immense occasion pour Jonahan Caeiro à la dernière seconde

Ceux-ci auraient en effet dû permettre à Azzurri de remporter les trois points. Comment? En bénéficiant d’un penalty, d’abord. La main de Sacha Maragairaz n’était évidemment pas volontaire, mais elle était réelle et flagrante (90e+1). Ensuite? Sur une action de rupture de grande classe de Mobulu M’Futi. L’attaquant d’Azzurri s’échappait côté gauche et centrait magnifiquement pour Jonathan Caeiro. En voyant s’envoler le Portugais par dessus Junior Montano, on s’est dit: « Celle-là, elle est au fond ». Mais son envoi passait à quelques centimètres du poteau gauche de Marc Ummel et M. Dudic sifflait la fin de la partie sur le dégagement en cinq mètres qui s’en est ensuivi. 1-1, score final, mais Yverdon léger vainqueur aux points.

Azzurri est toujours leader, pour un point

Azzurri conserve son fauteuil de leader et il s’agit là du premier enseignement de la soirée. S’ils s’étaient inclinés, Nicolas Marazzi et ses coéquipiers l’auraient perdu au profit de Stade-Lausanne-Ouchy, qu’ils recevront le 25 avril prochain pour un choc qui s’annonce déjà, comment dire… ? On trouvera bien le mot adéquat d’ici-là, mais « excitant » paraît assez bien adapté.

Philippe Demarque: « Je suis à disposition du club »

Reste la grande question de la soirée: qui sera sur le banc d’Yverdon Sport lors du prochain match? On a posé la question à Philippe Demarque. Sa réponse? « Je suis à disposition du club. Je suis très heureux à la formation, et j’ai autant de plaisir à m’occuper des M14 que d’être ici avec la première. J’ai de l’intérêt pour ce poste, mais j’en ai surtout pour mon club. Le plus important, c’est que l’on ait montré une belle image d’YS aujourd’hui. » Dirigera-t-il l’entraînement de lundi? « Posez la question au président, il est juste là derrière », a-t-il souri. Mario Di Pietrantonio, lui, ne s’exprimera pas sur le sujet ce soir. Ce que l’on peut dire, pour conclure? Qu’YS a fait un bon match avec Philippe Demarque comme entraîneur. C’est tout? Pour le moment, oui. Mais un ou deux visages connus, croisés à Chavannes samedi, peuvent nous laisser croire que la situation va évoluer très vite…

Les hommes du match

Enorme match de Roberto Elefante pour Azzurri. Si Edin Becirovic a bougé quelques fois Luca Scalisi, il a eu plus de mal face au mur Elefante. L’Italien a gagné la majorité de ses duels. Un rocher. Belle prestation également de Christophe Meoli à mi-terrain. Placé en milieu défensif, il a gagné de nombreux ballons et en a perdu très peu.

A Yverdon, belle prestation du gardien Marc Ummel. Il s’était senti coupable du renvoi de Vittorio Bevilacqua au point de lui envoyer un SMS pour s’excuser de ses bourdes face à Bavois. Un geste noble, mais il a surtout bien répondu en réalisant une très belle première période. Si Azzurri ne menait qu’1-0 à la pause, c’est grâce à lui. Mention très bien également à Manuel Bühler. Entré juste avant la pause, il a amené l’égalisation grâce à la qualité de ses coups de pieds arrêtés et, globalement a été très bon. On l’a même vu tacle à la 80e en position d’arrière droit, ce qui ne lui est pas arrivé souvent ces derniers mois.

Les prochains rendez-vous

Yverdon reçoit Martigny le samedi 18 avril à 17h30. Le lendemain, Team Vaud M21 accueille Azzurri à la Pontaise.

Azzurri 90 LS – Yverdon Sport 1-1 (1-0)

Buts: 17e Scalisi 1-0; 47e Chavarria 1-1.

Arbitres: M. Dudic, assisté de M. Vannay et de M. Mehmeti.

Azzurri: Castejon; Kastrati, Scalisi, Elefante, Galokho; C. Meoli, Marazzi (87e Arena), Rachane (70 Caeiro); Martins, Walther (70e M’Futi), Brahimi.

Entraîneur: Patrick Isabella

Yverdon: Ummel; Mayila, Mara, Margairaz, Montano; Momo, Gabriele (90e Ferhatovic); Chavarria, Pitronaci (43e Bühler), Parapar; Becirovic (83e Isabella).

Entraîneur: Philippe Demarque

Centre sportif de Chavannes-près-Renens.

Ecrire un commentaire

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*