Un premier week-end important, mais pas décisif

Un premier week-end important, mais pas décisif

C’est parti! Les 48 équipes de 3e ligue en rêvaient, plus ou moins fort, et elles ne sont plus que 8 à pouvoir accéder à la 2e ligue. Cinq y arriveront, soit les deux premiers de chaque groupe, ainsi que le meilleur troisième. Trois matches pour faire la différence, trois matches pour montrer que l’on est meilleur que son adversaire. Gagner le premier match, déjà, sera important mais pas décisif. Une preuve? La saison dernière, Bottens, Aubonne et Atlantic Vevey avaient pris trois points d’entrée, mais seuls les deux premiers étaient montés. Crans et Epalinges, par contre, avaient perdus face à Bottens et Aubonne respectivement, mais avaient été promus quand même. La seule vérité sur ce premier match? C’est qu’il n’y en a pas.

 

Groupe 1

Samedi 19h30

Stade-Lausanne-Ouchy II – FC Ecublens

En caricaturant à peine? Une équipe de jeunes talentueux, sortis de l’impressionnant mouvement juniors de Stade-Lausanne, face à une formation de briscards. Face aux Stadistes se dressera en effet la stature imposant de Roby Papadia, meilleur buteur de toute la 3e ligue cette saison. Le cador du FCE se verrait bien en claquer deux ou trois dans les filets des « gamins » lausannois samedi soir, et Ecublens est sur un rythme phénoménal durant ce deuxième tour. En clair? Neuf victoires et deux nuls pour les hommes d’Ivan Gaudiuso! Une performance qui rappelle celle du FC Epalinges, arrivé lancé au printemps et auteur de finales conclues par une promotion. Ecublens est l’équipe en forme, c’est sûr, mais le SLO, vainqueur du groupe 1, n’est pas mal non plus.

En chiffres? Le deuxième tour a été assez étonnant pour les joueurs de Jean-Pierre Tcheutchoua, avec cinq victoires pour débuter, suivies d’un succès par forfait, puis de… quatre matches nuls.Le dernier match a été l’occasion de retrouver le chemin de la victoire. Ce match va donc opposer deux équipes invaincues en 2015. Avec un match nul au final?

 

Vallorbe-Ballaigues – Saint-Légier

Val-Bal faisait office d’ogre toute la saison et c’est bien sûr encore vrai. Mais peut-être un tout petit peu moins qu’avant quand même… Comme Rafael Nadal en tennis, les Vallorbiers restent ce joueur supérieur, mais dont les adversaires ne battent plus forcément battus d’avance avant de jouer. Bosna et Porto les ont bousculés lors de ces deux dernières semaines, et cela a donné des idées à tout le monde. Non, Val-Bal n’est pas invincible et est même sorti trois fois battu du terrain en 2015 (Pully, Venoge et Porto), après avoir gagné tous ses matches en 2014. Mais Jean-Yves Bonnard assume complètement cette fin de saison en demi-teinte sur le plan des résultats, lui qui a expliqué avoir refait une préparation physique complète pour son équipe durant le mois de mai. Cela pourrait payer et Saint-Légier ne doit de toute façon pas s’attendre à voir arriver une équipe moyenne. Pour calmer tout le monde, et les premières critiques, Val-Bal veut frapper un grand coup samedi soir.

De son côté, Philippe Chaperon et Saint-Légier arrivent confiants. Le deuxième tour a été bon avec, en point d’orgue, la victoire sur le terrain de Napoli Vevey (1-3). Cela n’a pas été suffisant pour terminer en tête, mais « Saint-Lé » arrive lancé avec quatre victoires consécutives avant le dernier match à Roche (4-4). Equipe très spectaculaire (72 buts marqués), le FC Saint-Légier est complet et fort partout. Difficile de trouver un point faible à cette équipe emmenée par son attaquant de pointe Enis Iseni et des joueurs offensifs de premier plan pour la 3e ligue (Valon Ramosaj et Fabian Raimondo notamment). Au milieu, Benjamin Malnati amène son expérience et le défenseur central et capitaine Roberto Liberatoscioli est une valeur sûre.

 

Groupe 2

Dimanche 15h30

Jorat-Mézières – Bosna Yverdon

En une phrase? La meilleure attaque de 3e ligue (Bosna, 82 buts) face à la meilleure défense (Jorat, 17 buts encaissés). Le tableau est donc vite posé et il y aura du monde et du spectacle dimanche à Mézières. Jorat a prévu tout ce qu’il faut pour que la fête soit belle et Bosna a prévu de se déplacer en masse pour un choc qui s’annonce spectaculaire. Jorat? Une équipe très solide, on l’a compris, avec un joueur spécial en point, Bajram Shabani. L’arme fatale de Pierre-Alain Brülhart sera là, fidèle au rendez-vous, après avoir manqué quelques matches pour un claquage et Bosna ferait bien de s’en méfier.

Mais Jorat, s’il pense passer un après-midi sympa et tranquille dimanche, est dans le faux: Bosna va vite, est imposant physiquement et techniquement très au point. En plus, les Yverdonnois pourront compter sur Mustafa Sejmenovic sur le banc. Le capitaine du FC Bienne vient de signer à Xamax, mais la préparation des Neuchâtelois commence lundi. Il sera donc là à 100% et sa simple présence peut booster une équipe qui le respecte énormément comme homme et comme joueur. Avec des individualités de premier plan (Elmedin Hasanovic au milieu, par exemple), Bosna a l’avantage sur le papier, mais on s’attend à un gros choc de finales dimanche, où tout sera possible. Et le FCJM sait bien où Bosna est friable: dans la tête. Les Yverdonnois peuvent craquer à tout moment, là où les Joratois sont plus forts. La manière dont les deux équipes sauront garder la tête froide aura une incidence sur le résultat, c’est sûr.

 

AS Napoli Vevey – FC Crissier

Les deux équipes ont marqué 26 points en 11 matches en 2015. Le rythme est donc très bon, même s’il est moins spectaculaire que celui d’Ecublens. Napoli est en tête depuis le début de la saison et a donc pu planifier ces finales très tôt, tandis que Crissier a mis les choses au point assez vite ce printemps. Alors? Qui du jeune David Schwendi ou du vieux lion José Luis Estevez prendra l’ascendant sur l’autre dimanche? Napoli, en terminant premier, a eu l’avantage du terrain et recevoir deux fois d’entrée (Crissier et Bosna) sur son synthétique peut lui permettre de classer l’affaire avant un dernier dimanche de tous les dangers. Les Veveysans feraient en effet mieux d’éviter de devoir aller chercher leur qualification à Mézières, et c’est un conseil qu’ils feraient bien de suivre à notre avis. Ils vont donc arriver très fort face à Crissier, une équipe qui leur ressemble passablement en ce qui concerne les chiffres.

Napoli? 17 victoires, 3 nuls et 2 défaites. Crissier? 15 victoires, 3 nuls et 4 défaites. Pas si loin, mais la régularité des Veveysans impressionne, eux qui ne perdent quasiment jamais et sont sur le point de réussir leur troisième montée d’affilée. Pour rappel, ils étaient en 5e ligue lors de la saison 2012/2013! A cette époque, Crissier était en 2e ligue et ne rêve que d’une chose: y retourner. Si possible dans huit jours, voire même avant. En gagnant à La Veyre, le FCC s’offrirait une formidable balle de match face à Jorat-Mézières à domicile. Dans le genre de celles qu’il ne faut pas louper, parce que le dimanche d’après, le calendrier les amènera à Yverdon pour y défier Bosna. Que ce soit aux Îles ou au Municipal, ce sera dur d’aller chercher quelque chose.

Categories: 3e ligue

Auteur

Ecrire un commentaire

Only registered users can comment.