«Vous pouvez écrire que le président est content»

«Vous pouvez écrire que le président est content»

Quand on s’est approchés de Maurice Séchaud samedi soir, il a eu une phrase, une seule, pour débuter la conversation. « Vous pouvez écrire que le président est content », a-t-il asséné, avant de féliciter ses joueurs et son entraîneur. Le président du FCT en a profité pour adresser une tape amicale à son jeune défenseur Robin Pittet. « Bien joué petit », a dit Maurice Séchaud à son défenseur central, qui jouait encore à la II il y a quelques mois. « C’est un bon gamin, il vient de Peyres-Possens. Bon, il a fait une boulette l’autre jour à Vevey, mais faut bien qu’ils apprennent ces gosses », a conclu le président, avant de nous serrer la main à l’aide d’une de ses immenses paluches, qui font disparaître complètement votre poignet. Bref, Maurice Séchaud a aimé ce qu’il a vu samedi soir au Marais.

Brouillard ou pas, même tarif: 3-1

Déjà, il a vu quelque chose, ce qui est déjà bien. Il y a deux semaines, le match entre Thierrens et Le Locle avait dû être interrompu à la mi-temps, le score étant de 3-1 pour les joueurs de Benoit Pythoud. Alors, quand on a croisé l’entraîneur du FCT à la pause, celui-ci faisait un peu la gueule. Bien sûr, son équipe menait 2-1 grâce à deux frappes splendides de Jonathan Roder et Grégory Dufey, mais il « manquait un but » pour que tout soit oublié. Heureusement, Nelson Longo, du plat du pied, est venu inscrire le troisième au coeur de la deuxième période. 3-1, score final. Oui, il y a une justice dans le football, que même le brouillard du Jorat n’a pu empêcher. On aura quand même une petite pensée pour les joueurs du Locle, venus deux fois depuis leur lointaine contrée jusqu’à Thierrens pour repartir avec zéro point.

Nelson Longo: « La relégation? On n’y pense pas »

Cela, ce n’était pas le problème de Nelson Longo, auteur de sa 7e réussite de la saison, déjà, ce samedi soir. Le buteur du FCT est toujours aussi redoutable et n’apprécie rien de plus que de voir les filets trembler. « C’est toujours bien pour un attaquant, non? C’est mieux que le contraire, en tout cas. C’était important de gagner aujourd’hui pour passer un hiver tranquille. On a sept points d’avance sur la relégation, mais on n’y pense pas, je vous assure. On sait ce qu’on vaut. Entre nous, on n’a jamais parlé de relégation, même quand on était un peu dans le dur cet automne. » C’est vrai, Thierrens a fait un peu trop de matches nuls, qui l’ont empêché de regarder vers l’avant.

Six matches nuls, c’est trop

Le bilan ce cette première partie de saison est étonnant, d’ailleurs, et peut se lire de différentes manières. La pessimiste? Thierrens n’a gagné que quatre fois en treize matches. La positive? Le FCT a pris des points lors de dix des treizes parties disputées. Les Thierranais n’ont en effet perdu que trois fois, face à Payerne, Bulle et La Sarraz. Ce qui plombe ce bilan, ce sont bien les six matches nuls. Benoît Pythoud est d’accord: « Il nous manque plusieurs points, mais ce n’est pas de la faute des autres si on ne les a pas. Je n’invoque pas le mauvais sort, les arbitres ou le manque de réussite, non. On a manqué de concentration et on a laissé filer des matches qu’on avait en mains. Si on avait quatre points de plus, c’est-à-dire deux matches nuls transformés en victoires, tout le monde parlerait d’une saison réussie. » Vrai.

Des renforts venus de plus bas

Ce FCT, on l’a écrit souvent, est en phase de transition après le départ de Patrick Muller. Le onze de base de l’an dernier et celui de cette saison ne sont pas si éloignés, mais Benoît Pythoud a fait de la place à Robin Pittet, Damien Chassot (Chavannes-le-Chêne), Cyril et Grégory Dufey (Haute-Broye), ainsi qu’aux frères Styven et Dani Lages. Tous ces renforts-là sont venus de plus bas et seul Dani Caseiro (Echallens) est arrivé en provenance d’un club de catégorie supérieure. Il serait faux de dire que tout a changé, car sept des onze titulaires de samedi l’étaient aussi avec Patrick Muller, mais l’opération renouvellement est bel et bien cours. « On le sait bien, on le répète, il faut préparer l’avenir. Si un club comme Thierrens ne pense pas à moyen terme, on est foutus », explique Benoît Pythoud, en phase avec son président.

Il a fallu s’apprivoiser, se renifler un peu

La saison avait débuté par des résultats mitigés, pourtant, ce qui semble normal. Arriver dans un contexte comme celui de Thierrens n’est pas si simple. Dans le Jorat, il faut se faire accepter, et l’identité du club est supérieure à tout. « C’est spécial ici », confirme Benoît Pythoud. Il a bien fallu s’apprivoiser, se renifler pendant un moment, mais l’amalgame est en train de prendre. Nelson Longo le confirme: « Franchement, le coach est très bien. Evidemment, au début, on ne se connaissait pas trop, mais on voit ce qu’il essaie d’apporter. » Son entraîneur confirme, en souriant: « Ce n’est pas évident de changer les habitudes. Je ne parle pas de la mentalité, il ne faut surtout pas y toucher et tant mieux. Mais on peut progresser sur certaines choses, encore. Quand je vois le match qu’on a fait à Vevey, où on a reçu les félicitations de tout le monde et où on a fait plaisir à nos supporters, je me dis qu’on est sur le bon chemin. C’est même presque dommage que la trêve arrive maintenant. »

Place à la Revue maintenant

Désormais, c’est vrai, il va falloir se consacrer à la Revue, une institution à Thierrens. Les joueurs vont y travailler, tout comme Benoît Pythoud, qui sera « préposé raclette », entre autres. « Je me réjouis de découvrir cela de l’intérieur. Tout le monde m’en parle, je sens vraiment de l’enthousiasme. C’est cela qui m’impressionne dans ce club: le nombre de gens qui se mobilisent spontanément pour la société. Là, il y a la Revue, et chacun va venir donner un coup de main, sans qu’il y ait besoin de demander. C’est vraiment beau à voir. » Nelson Longo se marre franchement: « Il n’a encore rien vu! »

FC Thierrens – FC Le Locle 3-1 (2-1)

Buts: 3e Ricardo Miguel Da Costa 0-1; 11e Roder 1-1; 25e G. Dufey 2-1; 68e Longo 3-1.

Arbitres: M. Lionel Gothuey, assisté de M. Jean-Charles Edley Kouakou et de M. Pedro Miguel Vieira.

FCT: Piot; Chassot, Pittet, Burdet, Freymond; Roder (83e De Grenus), G. Dufey; Chevalley, Ruch (37e Meylan), C. Dufey (70e D. Lages); Longo.

Entraîneur: Benoôt Pythoud

Le Locle: Piller; Ndjoli, De Oliveira, Palma (62e Nkipassa), Guida; Navarro, Seddiq; Da Costa, Challandes (82e Mucilli), Endrion (62e Ukzmaili); Prada.

Entraîneur: Thierry Favre

Terrain du Marais

Ecrire un commentaire

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*