Villeneuve prend la tête pour un jour… au moins

Villeneuve prend la tête pour un jour… au moins

« Vous faites un article sur le match? Vous devez parler avec l’entraîneur, il est extraordinaire, c’est grâce à lui si on a tous ces points aujourd’hui! » Le premier joueur de Villeneuve croisé avant la partie entre Vevey et Villeneuve nous a déjà surpris. On s’approche du deuxième, qui nous dit exactement la même chose, tout comme le troisième. Trois joueurs sur trois qui disent du bien spontanément de leur entraîneur, sans qu’on aborde le sujet, voilà qui a de quoi intriguer. Plutôt que de parler d’eux, voilà des footballeurs qui mettent en avant leur coach. Après la victoire 0-1, grâce à un but de Sinan Sahanic, on s’est approché du principal intéressé, Christophe Maraux, pour savoir pourquoi ses joueurs l’aimaient autant.

Stéphane Gerzner est parti

« Ils vous ont dit ça? Ecoutez, ça me fait plaisir, mais je ne vais évidemment pas me prononcer là-dessus! Disons que pour l’instant, ça se passe plutôt bien, c’est vrai. » Christophe Maraux est un ancien footballeur, désormais entraîneur, bien connu sur la Riviera. « J’ai fait beaucoup de clubs », sourit-il, ce qui lui permet d’avoir un joli carnet d’adresses. Arrivé à Villeneuve au début de cette saison, il devait officier en collaboration avec le président Stéphane Gerzner, qui était également l’entraîneur de cette équipe depuis la 5e ligue. « Il a amené l’équipe en 3e ligue avec deux promotions successives, il faut lui rendre hommage. Il a amené de nouveaux joueurs, donné une impulsion nouvelle à ce club. Si Villeneuve est aujourd’hui aussi dynamique, c’est grâce à lui. Aujourd’hui, il a décidé de partir et je suis resté. Disons que ça s’est fait assez naturellement », explique Christophe Maraux, qui est un peu plus qu’un entraîneur.

« C’est vrai, je ne vois pas mon rôle comme celui de simplement m’occuper de la première équipe. J’ai envie d’aider ce club à grandir, à se structurer. On doit avoir des juniors dans toutes les catégories d’âge, ce qui est loin d’être le cas aujourd’hui. Villeneuve doit devenir une bonne adresse, un club où les gens ont envie de venir. Qui est plus dynamique aujourd’hui sur la Riviera? A Villeneuve, ça construit, ça se développe, on doit en profiter. Il y a des industries qui arrivent, on sent que cette ville va de l’avant. A nous de suivre le mouvement. » La renaissance est déjà bien entamée, puisque le club, on l’a dit, était en 5e ligue, il y a… quinze mois!

Deux remplaçants décisifs… avant la mi-temps!

Vendredi soir, à Copet, les hommes de Christophe Maraux espéraient bien se reprendre après avoir chuté pour la première fois de la saison à La Tour-de-Peilz il y a une semaine. Ils y sont arrivés, s’imposant 0-1. Une passe de Robert Basque, bien reprise par Sinan Sahanic, a suffi pour gagner et il est intéressant de souligner que les deux hommes impliqués sur ce but de la 42e étaient… remplaçants au coup d’envoi! Villeneuve a en effet eu deux blessés dans les premières minutes de jeu, les deux finissant en sang, arcade cassée et crâne ouvert.

Si Caravello a dû partir à l’hôpital, Nathan Basque est resté au bord du terrain encourager ses coéquipiers, malgré son choc à la tête et son maillot complètement ensanglanté. « Si le maillot est foutu? On va essayer de le laver, mais je le garderai de toute façon, ça montrera mon côté guerrier, les adversaires auront peur », a souri le numéro 5, visiblement pas choqué par le coup reçu.

Un match de très haut niveau, très intense

Si certains doutaient de la qualité de ce groupe 2 de 3e ligue, le match d’hier soir devrait suffire à les convaincre qu’il est largement compétitif. Le match a été de très bon niveau, avec une intensité largement digne d’un match de catégorie supérieure. L’avis de Christophe Maraux? « Disons que sur le plan de la jouerie, nous pouvons faire mieux. Mais il y avait beaucoup d’intensité, je suis d’accord avec vous. » Un brin sévère, le coach de Villeneuve, car tant la II de Vevey que son équipe ont livré une très bonne partie.

Les Veveysans peuvent d’ailleurs se sentir un peu frustrés, eux qui auraient largement pu revenir au score en deuxième période sans un grand Serge Gonzalez dans les buts adverses. Le gardien aurait en outre pu être expulsé en début de match pour une intervention très spectaculaire en dehors de ses seize mètres. M. Boulejiouch a hésité, mais a finalement décidé qu’il n’y avait pas faute. Tant mieux pour Villeneuve, car si l’arbitre avait décidé que son intervention était fautive, il aurait reçu le carton rouge à coup sûr.

Le mot-clé? Structure

Vevey aurait peut-être (sans doute, même) mérité un point dans cette partie, d’autant que Villeneuve a particulièrement mal géré la fin de match, se mettant en difficulté au lieu de sécuriser la victoire. « On est encore un peu naïfs, on doit progresser dans ce domaine, vous avez raison », glissait Christophe Maraux, qui considère la première place comme une anecdote.

Ce qui lui importe est de structurer son club et son équipe. « L’objectif, il est là. Les finales, je ne veux pas même en parler, je ne prononce pas ce mot, je vous le laisse. Pour moi, elles n’existent pas, seul compte le prochain match. Ce qui manquait à cette équipe et que j’ai modestement amené, c’est cela: de la structure. Pendant le match, chacun sait où il joue et ce qu’il a à faire. Dans tel secteur, on fait ça. Dans un autre, on fait autre chose. Avant le match, comme aux entraînements, tout est structuré. C’est peut-être un détail, mais pour moi c’est important. Un exemple? Ils arrivent le mardi soir au terrain, ils font deux tours de terrain, ensuite un 4 contre 2. Après, quand tout le monde est là, de nouveaux deux tours de terrain. Je n’ai même pas besoin de le leur dire, ils savent qu’ils doivent le faire. Une fois cela fait, l’entraînement commence, ils sont dedans, concentrés. Ce n’est pas énorme, mais si vous additionnez toutes ces choses, cela donne du sérieux. »

« Saint-Légier et Napoli Vevey sont des favoris plus légitimes que nous »

Villeneuve est donc dans une dynamique intéressante, qui va l’amener à réaliser une belle saison de 3e ligue. « Mais de nouveau, on ne pense à rien d’autre qu’au match suivant. Dans ce groupe, de toute façon, je pense que Saint-Légier et Napoli Vevey sont des favoris plus légitimes que nous. Construisons notre club sans penser aux autres et de belles choses arriveront », conclut Christophe Maraux, entraîneur apprécié, mais qui n’oublie pas d’être exigeant: « Je reviens à ce que vous disiez au début: c’est bien d’être apprécié, ça me fait plaisir, mais il ne faut pas que les joueurs oublient quelle est leur place et quelle est la mienne. Je suis leur entraîneur et c’est seulement avec une certaine distance que cela peut marcher. » La structure, toujours.

Les hommes du match

Du côté de Vevey, gros match de Fidan Suljik. Ce jeune homme est contingenté avec la I, mais vient chercher du temps de jeu avec la II. Il a prouvé être au dessus de ses coéquipiers sur ce match et avoir envie. Ses qualités techniques et de percussion sont réelles et on a bien aimé son état d’esprit. Fabio Donia a également impressionné à mi-terrain. Il s’est beaucoup battu et a constamment essayé d’aller de l’avant.

Serge Gonzalez a sauvé les siens en deuxième période. Villeneuve a eu la chance d’avoir de bons gardiens depuis une année, avec, tout d’abord, Benny Motuta (parti au FC Le Mont), puis Gonzalez. Il a de l’expérience, une certaine roublardise, mais, surtout, une belle présence physique et des qualités indéniables d’anticipation et de lecture du jeu. Un grand gardien, mais ce n’est pas une surprise. Sinan Sahanic est entré, il a marqué le seul but du match et a beaucoup travaillé. Belle envie, belle activité. Même s’il n’a pas tout fait juste, il n’a jamais renoncé.

Les prochains rendez-vous

Vevey se déplacera à Ollon vendredi prochain, le 10 octobre, à 20h. Villeneuve accueillera le FC Aigle II, samedi 11, à 17h30 à La Tronchenaz.

FC Vevey Sports 05 II – Villeneuve Sports 0-1

Buts: 42e Sahanic 0-1.

Arbitre: M. Boulejiouch.

Vevey: Teixeira; Hajdini (41e Mesot), Marinelli, Nick, Novo; Suljik, Widmer (84e Cardoso), Donia, Gallaz; Atangana (67e Stifani), Akedjro.

Entraîneur: Christophe Marinelli.

Villeneuve: Gonzalez; Cochard, Brönnimann, Mbokina, R. Pochon (74e Martinho); N. Basque (36e Sahanic), Djurdjevic, Delugin, Caravello (18e R. Basque); Nelson Oliveira, Stojanovic.

Entraîneur: Christophe Maraux.

Stade de Copet, terrain principal. 75e, expulsion de Brönnimann (deuxième avertissement).