Vevey-SLO: aussi un duel de buteurs

Vevey-SLO: aussi un duel de buteurs

Le choc que tout le monde attend est là, tout prêt! Vevey accueille Stade-Lausanne, ce samedi 22 mars, à 17h au Stade de Copet. Un choc massif, entre les deux premiers du championnat. Vevey est leader avec le même nombre de points (34), mais mène d’une toute petite longueur… au classement fair-play. C’est-à-dire qu’en cas de match nul samedi, mais avec un carton rouge pour Vevey, ce seraient les Lausannois qui repasseraient en tête!

Le championnat sera encore très long après, puisque les deux équipes auront 10 matches à disputer pour faire la différence. Mais ce choc au sommet sera aussi celui de deux formidables buteurs. Jonathan Caeiro (VS 05) en est à 17 buts, et Quentin Rushenguziminega (SLO) à 16. Seul Olivier Boumelaha (Bassecourt) peut rivaliser, dans les six groupes de 2e ligue inter.

Les deux adversaires ont des qualités en commun: vitesse, sens du but, technique, appels tranchants, mais n’évoluent pas tout à fait dans le même style. Le Portugais est un peu plus spectaculaire (ciseaux, roulettes en tout genre…) que « Rushen », qui a un peu plus de sens collectif. Mais tous deux sont des « tueurs » devant le but. Avec plus d’un but par match, il serait difficile de prétendre le contraire.

Vendredi, ils ont accepté de se prêter au jeu des questions d’avant-match. Caeiro nous a répondu juste avant l’entraînement de Vevey, et Rushenguziminega juste après. Y aura-t-il un vainqueur samedi? Et l’un des deux buteurs s’échappera-t-il au classement? Au match aller (7-2 à Vidy), le Lausannois avait frappé 4 fois, et le Veveysans 2 fois!

——————————————————————————————–

Ce qu’ils pensent du début de 2e tour de leur équipe.

Jonathan Caeiro: C’est plus compliqué qu’au premier tour, ça c’est sûr. On a déjà vu sur les deux premiers matches que les équipes nous attendaient plus. Contre UGS, on finit par gagner, mais on peut perdre de la même manière. Et à Perly, on fait match nul, mais on aurait pu tout perdre à plusieurs reprises. Ce qui est bien, c’est qu’on est solides: c’est comme ça qu’on aura une chance de lutter jusqu’au bout. On sait qu’on marquera une ou deux fois par match, donc si derrière on tient, on va gagner. L’accent, on le met sur la défense. Après, je vous le dis: on est leader aujourd’hui, mais la meilleure équipe du groupe, c’est Stade-Lausanne. Moi, ils m’impressionnent, et je peux vous dire qu’on n’est pas à leur niveau.

Quentin Rushenguziminega: On est mal entrés dans cette année 2014, tout le monde l’a vu. On a manqué de réalisme, moi le premier, et aussi d’un peu de réussite. Et dans le jeu, on n’est pas aussi fluides qu’au premier tour. Mais on ne s’affole pas, et on ne se prend pas la tête. On a travaillé sereinement cette semaine et on fait tout pour retrouver le niveau qui était le nôtre au premier tour.

——————————————————————————————–

Ce qu’ils pensent du match de samedi

Jonathan Caeiro: On entend parler de revanche, après le match aller. Mais nous, on ne raisonne vraiment pas comme ça. On se prépare à un gros match, entre le 1er et le 2e du classement, et, en plus, deux équipes vaudoises. On espère voir du monde au match, mais on sait aussi que, quel que soit le résultat, il ne sera pas définitif. Il y a encore des matches après. On doit se déplacer plusieurs fois à Genève, et on sait comment c’est difficile là-bas. Si on bat Stade-Lausanne et qu’on perd la semaine prochaine à Signal-Bernex, on se retrouvera au même point. La 2e ligue inter, c’est une bataille chaque week-end. Après, c’est sûr que si on gagne, on pourrait changer le regard des gens sur nous. Mais ce championnat va se jouer au mental.

Quentin Rushenguziminega: Nous, c’est clair, on veut envoyer un signal au reste du groupe. On veut montrer que Stade n’est pas mort. Le match aller? Pour nous, il ne change rien. On ne va surtout pas les sur-estimer parce qu’on a gagné 7-2 à l’aller. On sait que c’est une excellente équipe et que tout a tourné en notre faveur ce jour-là. Est-ce que eux vont être plus motivés, à cause de ce 7-2? Peut-être que ça va jouer un rôle de leur côté. Du nôtre, pas du tout.

——————————————————————————————–

Ce qu’ils pensent du titre de Roi des buteurs de 2e ligue inter

Jonathan Caeiro: Je ne peux pas dire que j’y pense tous les jours, mais je regarde, oui. Ce n’était pas un objectif en début de saison, mais forcément, quand vous êtes devant, ça vous intéresse. Après, ça ne change rien à mon jeu. Si je dois faire deux passes décisives dans un match, je les ferai. Quand Mickael Dogbé entre, je me décale souvent sur le côté, et lui passe en pointe. Il n’y a absolument aucun souci, je trouve ça normal.

Quentin Rushenguziminega: Franchement, je n’y pense pas. Je vous promets que c’est la vérité. Le seul objectif que j’ai est celui du club: monter en 1re ligue. Si je dois ne plus marquer un but jusqu’à la fin de la saison, mais que l’on décroche la promotion, je signe tout de suite.

——————————————————————————————–

Ce qu’ils pensent l’un de l’autre

Jonathan Caeiro: Je ne le connais pas dans la vie, mais je l’admire comme joueur. Il vient de 1re ligue, et je peux dire que c’est une sorte de modèle pour moi. J’aimerais faire ce qu’il a fait, et pour cela, je dois aller plus haut. Je le respecte énormément, et il suffit de voir ses statistiques pour se rendre compte quel genre de joueur il est. Mettre tous ces buts, ça veut dire quelque chose. Mais il n’y pas que lui, à Stade-Lausanne. On devra surveiller tout le monde, ils ont des joueurs qui peuvent être décisifs partout.

Quentin Rushenguziminega: On ne se connaît pas, mais je l’ai vu jouer au premier tour, et aussi l’an dernier lors des finales de promotion de 2e ligue. J’aime beaucoup son jeu. Il fait de belles remises, et j’aime ses appels. Et il marque tout le temps! On a à peu près le même nombre de buts, mais chez nous, le danger vient de partout. Chez eux, c’est surtout lui ou Mickael Dogbé qui marquent.

Categories: 2e ligue inter

Auteur