Vevey montre qui est le patron de la Riviera

Vevey montre qui est le patron de la Riviera

Les Montreusiens regagnent leur vestiaire, tête basse, et sont obligés de passer devant celui du Vevey Sports. Depuis le couloir, ils ne peuvent s’empêcher de jeter un oeil et de constater la joie de leurs adversaires, matérialisée bien vite par un cri de joie, rapidement suivi de plusieurs autres. Qu’y a-t-il de pire que de voir son plus grand rival s’imposer chez soi? Dans le football, pas grand-chose et Montreux doit vite évacuer ces scènes-là et se replonger le plus vite possible dans le combat contre la relégation.

Alain Baré: « Le match le moins important de la série »

Car oui, Vevey est venu gifler le MS samedi au Stade Eugène-Parlier. Le score? Le même qu’au match aller, soit un très sec 0-4! S’il fallait un patron à la Riviera pour cette saison 2014/2015, il n’y a pas de doute: celui-ci s’appelle Vevey. « Les gars sont abattus et je le comprends, mais je leur ai dit de relever la tête. Cette défaite n’a rien de dramatique. Sur la série de trois matches face à Sierre, Vevey et Saxon, le moins important des trois, comptablement parlant, est celui d’aujourd’hui », explique Alain Baré, président tout sauf traumatisé par cette défaite. L’ancien buteur de l’Olympique Lyonnais a évidemment raison: le match de samedi prochain à Saxon vaudra de gros points et mieux vaut gagner la confrontation face à un adversaire direct que celle face à une équipe de milieu de tableau.

Un Montreux-Sports trop gentil

Tout cela est vrai, mais perdre un derby par quatre buts d’écart ne peut pas être considéré comme un bête accident. En fait, Montreux a eu le tort de se montrer trop gentil, ce qui est rarement une bonne idée, dans un match comme celui-ci. Les hommes de Cédric Faivre restaient sur deux succès et ont cru pouvoir rivaliser avec Vevey dans le jeu, sans mettre d’agressivité. En clair? Ils se sont vus trop beaux et ont oublié que, dans un match comme celui-ci, il faut avoir envie de se mettre minable avant de penser à être beau. Car, à armes égales, sans agressivité, il n’y a pas photo: Vevey a plusieurs cases d’avance sur Montreux.

Le coup-franc splendide de Juan Rodriguez

Les Veveysans ont vraiment livré une belle prestation samedi à Chailly et ont amplement mérité ces trois points. Emmenés par un Juan Rodriguez intenable, ils ont fait la différence d’entrée, justement grâce à leur capitaine. Le Marseillais a frappé un coup-franc splendide, de 25 mètres, dans la lucarne d’un Fabio Provenzano qui n’y pouvait rien (13e). Avant cela, Henrique De Amorim avait déjà placé un coup de tête au dessus. Vevey, plus volontaire et mieux organisé, contrôlait le milieu de terrain. Darko Bondzic, Mohamed M’Sabeg et Henrique ont accompli un travail remarquable et complètement étouffé des Montreusiens incapables de trouver des solutions et de servir leurs attaquants.

Les attaquants du MS n’ont pas eu de ballons

Micky Custodio, Eric Rameau et Nelson Oliveira, le fameux trident offensif montreusien? Aucun de ces trois hommes n’a reçu de ballon exploitable, ou presque. Ils ont beaucoup couru, souvent dans le vide, jamais face au but. Dans ces conditions, dominé dans le jeu, Montreux aurait dû s’en remettre aux coups de pied arrêtés, une de ses grandes forces. Mais même là, samedi, Vevey était le plus fort.

Vevey, maître du sol… et des airs

Une preuve? Le 0-2, tout simplement. Juan Rodriguez trouvait, sur coup-franc, la tête de Ndiaw Ndiaye. Le puissant Sénégalais frappait fort du chef, mais Fabio Provenzano s’offrait la parade de la soirée en déviant en corner. Sur le coup de coin, tiré par Rodriguez, Henrique plaçait un coup de boule parfait. Vevey régnait dans les airs, c’est clair. Le 0-3, signé Henrique de près, et le 0-4, inscrit par Ndiaw Ndiaye en face à face, ont enfoncé le clou et offert une victoire de prestige à des Veveysans désormais hors de la zone de relégation.

Vevey peut encore terminer 5e

Ils ont raté leur saison? Peut-être, mais s’imposer deux fois dans le derby avec un différentiel de 8-0 permet de se consoler un brin et, mine de rien, la 5e place est encore jouable, ce qui atténuerait le constat de saison décevante, tant un deuxième tour réussi est plus important qu’un premier tour bien maîtrisé. Le choc face à La Sarraz-Eclépens, le 23 mai à Copet, sera important de ce point de vue.

Le MS à Saxon samedi, avant quatre affiches genevoises pour finir

Le mot de la fin? Il sera pour Montreux et on en revient à la réaction que doit engendrer cette lourde défaite. Si les Montreusiens gardent les oreilles en bas, ils seront relégués. Désormais, ils doivent ranger ce revers dans un placard et n’en garder que la frustration. Ils ont eu une chance dans leur malheur, samedi. Tous leurs adversaires directs, et on dit bien tous (Sierre, Saxon et Plan-les-Ouates) ont perdu. La donne est simple: il faudra en laisser deux derrière dans cinq matches. Le prochain choc, déjà, sera important puisque Saxon accueillera le MS. Trois points en Valais seraient une bonne idée, avant de terminer le championnat par quatre affiches genevoises.

Il a dit à Footvaud.ch

Ugo Raczynski, entraîneur de Vevey

Si on est les patrons de la Riviera? Je ne crois pas qu’on puisse dire ça, non. Je ne raisonne pas comme ça, en tout cas. C’est sûr que ce n’est pas un match comme les autres, mais le meilleur moyen de le gagner, c’est encore de le préparer comme un match normal. J’ai bien aimé ce que j’ai vu, mais je pense qu’on peut être encore meilleurs dans le jeu. Après nos deux défaites par un but d’écart à la 90e minute, je me suis remis en question comme entraîneur, forcément. Comment faire en sorte que cela tourne dans notre sens? C’était obligé que cela vienne à un moment, on se créait des occasions, on était bons, et on perdait à la 90e… Ce soir, on a marqué quatre buts, ce qui est vraiment bon pour la confiance.

Là, ce soir, je pense qu’on est sauvés, mais il ne faut pas se relâcher maintenant. Il reste cinq matches et on doit déjà penser à préparer la saison prochaine. Les joueurs doivent maintenant montrer s’ils ont envie de rester et s’ils sont dignes de porter ce maillot encore une saison. Cet été, on va construire une belle équipe et on va observer le comportement de tout le monde dans ces derniers matches. Il y a les joueurs en fin de contrat et qui doivent prouver pendant un mois qu’ils méritent de prolonger et il y a ceux qui sont sous contrat encore une année qui doivent nous montrer que l’on n’a pas forcément besoin de se renforcer à leur poste. A eux de jouer.

Les hommes du match

Du côté de Montreux, Richmond Rak a fait une bonne partie à mi-terrain. Evidemment, il est au dessus dans l’intelligence de jeu et la technique et il apporte beaucoup aux Montreusiens. Nelson Oliveira a beaucoup donné sur son côté. Il a pas mal défendu et amené un peu de danger, notamment grâce à quelques frappes bien appuyées.

Henrique De Amorim a été bon au milieu et s’est offert un doublé. Bonne prestation du Brésilien, auquel il ne manque que la constance pour être un joueur de très haut niveau. Sinon? Il a tout. Juan Rodriguez a sûrement été le meilleur joueur sur la pelouse. Son ouverture du score est magnifique et il a offert le 0-2 sur corner. En plus de ses qualités sur coup de pied arrêté, déjà connues, il a fait de vraies différences dans le jeu. Il est moins explosif qu’avant, mais il peut toujours éliminer ses adversaires dans un petit périmètre.

Les prochains rendez-vous

Vevey reçoit UGS samedi 9 mai, à 17h30 à Copet. Le même jour, à 18h, Montreux ira affronter le FC Saxon en terres valaisannes.

Montreux-Sports – FC Vevey Sports 05 0-4 (0-1)

Buts: 13e Rodriguez 0-1; 53e et 61e Henrique De Amorim 0-3; 78e Ndiaye 0-4.

Arbitres: M. Rodrigues, assisté de M. Rahimi et de M. Seillon.

MS: F. Provenzano; Y. Provenzano, Cheminade (81e Torest), Mammone, Abaidia; Rak (81e Faivre), Ndebele (46e Tahri), Clerget; Custodio, Rameau, Nelson Oliveira.

Entraîneur-joueur: Cédric Faivre

VS: Quillet; Pavlik, Diaby, Lovato, Schmidt; M’Sabeg, Henrique De Amorim; Rodriguez, Bondzic (73e Dafir), Hajdini (65e Protopapa); Ndiaye (79e Dubois).

Entraîneur: Ugo Raczynski.

Stade Eugène-Parlier, Chailly. 300 spectateurs.

Auteur

Ecrire un commentaire

Only registered users can comment.