Julien Dubuis a montré la voie à Vevey

Julien Dubuis a montré la voie à Vevey

Non, Vevey n’a pas été bon samedi, pour la reprise du championnat de 2e ligue inter. Solide, oui, indéniablement. Mais cette équipe a manqué de trop de choses pour que l’on puisse vraiment s’enthousiasmer et la placer aujourd’hui, sans craintes, parmi les grands favoris de ce championnat. En fait, Vevey est une équipe au potentiel certain et les promesses que ce match face à Dardania a laissé entrevoir sont énormes, mais ce sont des promesses, justement, et pour espérer monter, il faut du concret. Le concret? Ce sont les trois points de la victoire, déjà, mais Dardania était tellement diminué (les Lausannois étaient douze…) qu’ils n’ont pas une signification énorme. Ne pas gagner ce match aurait été compliqué et Vevey, en le remportant, a fait le strict minimum. La saison est lancée, les trois points sont là et c’est l’essentiel.

Oui, Vevey peut monter. Mais le chemin est encore long…

On est trop sévères? Non, désolé. Les dirigeants de Vevey, durant cette intersaison, ont parlé ouvertement de promotion et doivent assumer ce statut. On apprécie la franchise, bien sûr, mais ce rôle de favori n’est pas forcément facile à endosser, même s’il se justifie par le très bon parcours de la saison dernière, mais aussi le projet global du club, ultra-pertinent, et la qualité d’un staff qui ne se discute pas. Oui, Vevey peut monter d’une ligue dans douze mois, mais le chemin est encore long pour y arriver. Samedi, face à un Dardania B, voire C, Vevey a peiné à proposer du jeu et à se créer des occasions, ne faisant la différence qu’à l’heure de jeu face à un adversaire éreinté.

Vevey a dû compléter l’effectif avec des joueurs de la II

Il y a des circonstances atténuantes à cela, évidemment. La première? Les absents. Titi Diaby et Korab Limani, les deux dernières recrues-phares, ne sont pas encore qualifiés. Cedrico Franja, Zoran Djukic, Bardhyl Hajdini et Loïc Funcasta n’étaient pas là, pour des raisons diverses. Sur le banc, Vevey n’avait que des joueurs de la II (hormis Dominique Quillet, le gardien remplaçant)… et en avait même un sur le terrain. Mais Mikael Versel, puisque c’est de lui qu’il s’agit, a une solide expérience de la Challenge League avec Baulmes… où il a d’ailleurs joué avec Jean-Charles Dubois, la nouvelle recrue veveysanne, lors de la saison 2006/2007 notamment! Le faire jouer un match de 2e ligue inter ne représentait donc pas un risque inconsidéré, même s’il fréquente, de sa propre volonté, plutôt les terrains de 3e et de 4e ligue ces dernières saisons.

Seuls quatre titulaires étaient là la saison dernière

Vevey a donc des absents et manque de rythme, ce qui est la deuxième circonstance atténuante. Le premier match de la saison est rarement brillant, toutes ligues et tous pays confondus, et plus encore quand une équipe a une cohésion à trouver. Vevey a changé passablement de choses cet été et seuls quatre titulaires de ce match face à Dardania étaient là la saison dernière. Leur nom? Fabio Provenzano aux buts, Thomas Pavlik en latéral droit, Stefano Protopapa devant lui et Julien Dubuis en milieu défensif. Trois titulaires indiscutables et un espoir très prometteur (Protopapa), donc. Il faut du temps pour mettre tout cela en place et la bonne nouvelle, c’est que Vevey en a. Aucune équipe ne semble être intouchable dans ce championnat, et même une défaite à Sierre la semaine prochaine n’aurait rien de très inquiétant. Ugo Raczynski a du temps pour mettre son équipe en place et intégrer les nouveaux gentiment, tout en remettant Jean-Charles Dubois sur pied.

Bashkim Sukaj et Jean-Charles Dubois en attaque, avec Juan Rodriguez en 10

Le Français est un merveilleux footballeur, de ceux qui peuvent décider du sort d’un match sur une idée, une inspiration, un geste venu d’ailleurs. Mais il sort d’une longue période sans jouer et doit retrouver du rythme et cela passe, inévitablement, par des minutes de jeu. Il en aura à Vevey, où Ugo Raczynski compte beaucoup sur lui, comme sur Bashkim Sukaj et Juan Rodriguez, ses deux autres atouts offensifs principaux. Samedi, l’entraîneur veveysan a joué avec Sukaj et Dubois en pointe, soutenus par Rodriguez, en 10 et avec le brassard. Le Marseillais aime avoir des responsabilités et sentir que l’on compte sur lui. A Vevey, il est servi, tant le jeu tourne autour de lui et la confiance de ses coéquipiers une réalité.

C’est lui, d’ailleurs, Juan Rodriguez, qui a eu la première occasion du match, mais il a mis trop de temps à tirer en bonne position (13e). La deuxième action? Pour Bashkim Sukaj, qui jouait bien le coup, mais ne cadrait pas (19e). 0-0 à la mi-temps, donc, avec une nette domination veveysanne.

Dardania n’était pas prêt pour un match de 2e ligue inter

On n’a pas trop parlé de Dardania? Parce qu’il n’y avait pas grand-chose à en dire, en fait. Bonne surprise, les Lausannois ont accueilli Geoffrey Cadet pendant la pause, ce qui constitue un sacré renfort défensif. Sinon? Le jeune Jesir Nebijovski est arrivé de Renens, et Dardania a encore énormément d’absents. De nombreux joueurs sont encore au pays, et Premtim Francaj, attaquant de la II (4e ligue) a été titularisé samedi et est d’ailleurs à créditer d’une bonne partie. A noter que 9 des 11 titulaires étaient déjà la saison dernière, ce qui témoigne d’une stabilité nouvelle à Dardania. Mais samedi, l’effectif à disposition de Paulo Diogo était bien trop limité, même pour un match de reprise.

Les Lausannois ont vécu une préparation compliquée, c’est un fait. Ils seront plus nombreux lors des prochains matches et on ne se fait pas trop de souci pour eux, mais ce match à Vevey venait un peu trop tôt pour eux et même pour leurs supporters. D’habitude, les duels entre les deux clubs sont toujours chauds, mais là, rien. Dardania est venu sans supporters, ou quasiment, ceux-ci mettant l’accent au mois d’août sur d’autres priorités.

Julien Dubuis, comme un symbole

Du coup, le match a été un bizarre, sans émotions, sans trop de passion, mais avec une délivrance, finalement, pour Vevey. Celle-ci est tombée de manière logique, tant les Veveysans étaient la meilleure équipe, mais il a fallu attendre la 64e et une très belle finition, pied gauche, de Julien Dubuis pour enfin concrétiser cette domination. Comme un symbole, la solution est venue des pieds d’un « historique » du club de la Riviera. Julien Dubuis n’a que 28 ans, mais il est un des cadres de cette équipe et il a eu la bonne idée de montrer la voie dans cette nouvelle saison. Vevey n’est pas encore prêt? Lui l’est.

Après cette ouverture du score, Vevey s’est contenté de gérer et a même inscrit le 2-0 par Juan Rodriguez, qui a contourné Dardan Miftari pour doubler la mise, finissant d’un tir à ras de terre. Du bon travail. On l’a dit, l’essentiel était fait. Mais Vevey devra montrer plus dans les matches à venir, bien plus.

Ils ont dit à footvaud.ch

 

Julien Dubuis, milieu de terrain de Vevey
Si ce sont les vieux qui montrent la voie? Oui, on peut le dire comme ça! C’est sûr qu’on aura ce rôle-là aussi, qui est un peu nouveau pour moi. Sur le terrain aujourd’hui, nous sommes trois titulaires réguliers de l’an passé, donc forcément qu’on a des automatismes à trouver et que nous, les « anciens », on doit assurer la transition, on peut le dire comme ça. Vous trouvez que notre jeu n’était pas très fluide ce soir? Vous avez raison, à mon avis. Mais c’est normal, on doit apprendre à se connaître. On a changé beaucoup de choses, des joueurs titulaires sont partis, d’autres sont arrivés. Mais quand on voit la prestation des jeunes, leur qualité individuelle, il y a de quoi être confiant. Et surtout, ils nous ont amené une mentalité qui nous a manqué l’an dernier. Ils viennent de Team Vaud, ils ont une mentalité presque professionnelle, sans exagérer, qui nous fait du bien. On a une équipe intéressante, avec de l’expérience et de la jeunesse. Si j’ai pensé à quitter Vevey cet été? Pas du tout, non. C’est sûr qu’au début, en voyant des titulaires partir, j’ai eu un peu peur, mais le discours de tout le staff m’a vite rassuré. Ils ont été clairs en affirmant leurs ambitions, donc je savais que ça allait venir. Et lorsque je vois les recrues qui sont arrivées, il y a de quoi être largement rassuré.

Jean-Charles Dubois, attaquant de Vevey
C’est bien de commencer par une victoire. C’est même plus que bien, c’est très important. Ca vous fait plaisir de me revoir en Suisse? C’est gentil, moi aussi ça me fait plaisir de revenir (rires). J’ai fait ce choix parce que la Suisse me manquait, je suis content d’avoir retrouvé ce pays. J’avais décidé de rentrer en France, quand ma fille est née, il y a deux ans. Je voulais rester près de Thonon, ne pas trop me disperser. Aujourd’hui, j’ai décidé d’accepter le projet que me présentait Vevey. J’aurais pu aller à Monthey, j’en étais tout proche, mais Vevey a été plus convaincant, même en étant une ligue en-dessous. Il y a la volonté d’aller en haut, les infrastructures sont de qualité, le complexe est parfait pour quelqu’un comme moi, qui veut se remettre en forme. Et en plus, je connais bien Ugo Raczynski, avec lequel j’ai joué à Bex à l’époque. La 2e inter, un niveau trop bas pour moi? C’est gentil de votre part… Oui, j’ai joué en Challenge League, mais j’ai surtout joué quatre matches lors des deux dernières saisons! J’ai eu deux hernies discales, mais c’est désormais derrière. Je veux revenir à un bon niveau, mais j’ai besoin d’encore un peu de temps. Vevey est ambitieux, moi aussi. Mais c’est sûr que je ne suis pas encore à 100%. Je n’ai effectué qu’un match et demi avec l’équipe, mais je vois déjà que ce groupe est bon. Il y a des jeunes, qui ont faim. Ils ne veulent pas rester en 2e ligue inter et c’est important. On doit avoir la mentalité de toujours gagner.

Les hommes du match

Du côté de Vevey, on a aimé la prestation de Mattia Lovato. Ce jeune homme est né en 1992, mais a montré une belle assurance, déjà. Associé à Mikael Versel dans l’axe de la défense, il ne s’est jamais affolé et a gagné l’immense majorité de ses duels. Serein. Julien Dubuis est une valeur sûre, on l’a dit, et il a eu le grand mérite d’inscrire le but de la libération.

Du côté de Dardania, bon match de Jocelyn Tavares. Yverdon ne le trouvait pas au niveau de la 1re ligue, mais en 2e ligue inter, il fait de belles différences sur son côté gauche. Latéral très offensif, il n’hésite pas à entrer dans le terrain et à percuter. Intéressant et même plus que ça. Hamid Draoui, le milieu droit, a, lui aussi, de belles qualités de percussion. Il a réalisé un bon match, mais a manqué de soutien pour espérer mieux.

Les prochains rendez-vous

Prochain match le samedi 16 août pour tout le monde. Dardania recevra Saxon à 17h à Chavannes-près-Renens, tandis que Vevey se déplace à Sierre. Coup d’envoi à 19h30 pour ce premier gros choc du championnat.

FC Vevey Sports 05 – Dardania Lausanne 2-0 (0-0)

Buts: 64e Dubuis 1-0; 79e Rodriguez 2-0.
Arbitres: M. Ferreira, assisté de M. Barbosa et de M. Mermoud.
Vevey: Provenzano; Pavlik, Versel, Lovato, Schmidt; Protopapa (83e Erroutbi), Dubuis, Henrique; Rodriguez; Dubois (76e Atangana), Sukaj.
Entraîneur: Ugo Raczynski.
Dardania: Miftari; Djeladini, Georgiev, Cadet, Tavares; Draoui, Ciftci, Vladimirov, Bajrami, Nebijovski; Francaj (75e Rudaj).
Entraîneur: Paulo Diogo.
Notes: Stade de Copet.

Categories: 2e ligue inter