Venoge fait un pas important de plus en direction des finales

Venoge fait un pas important de plus en direction des finales

Luis Rodrigues est bien obligé de regarder derrière lui, vu que devant il n’y a personne. Leader incontesté du groupe 3 de 3e ligue, le FC Venoge est toujours invaincu en championnat cette saison, ayant compilé neuf victoires et quatre nuls, en se montrant de plus convaincant dans le jeu. Alors, l’entraîneur du FCV, le très compétent et sympathique Luis Rodrigues regarde derrière lui, pour voir, week-end après week-end, ses poursuivants perdre des points. Alors, juste après la victoire (0-1) de son équipe dans le derby face à La Sarraz-Eclépens II samedi, on lui a demandé s’il allait visionner les matches du dimanche, deux jolis Champagne (3)-Malley (12e) et Iliria (3e)-Grandson II (9e) étant au programme. La réponse du coach? Un regard en direction de la table de la buvette de La Sarraz où se trouvait sa charmante épouse et Luis Rodrigues de nous répondre: « Ça dépend, votre article sort quand? Parce que c’est effectivement mon intention pour ce dimanche après-midi, mais je n’ai pas encore négocié, j’aime autant qu’elle l’apprenne de ma part! » La passion du foot, comme on l’aime.

Carlos Alberto Correia, un plat du pied parfait

Si Luis Rodrigues était d’aussi bonne humeur, c’est bien sûr parce que son FC Venoge avait remporté la victoire quelques minutes plus tôt, dans un derby toujours aussi engagé. La deuxième équipe de la Sarraz-Eclépens, qui a encore besoin de points pour être vraiment tranquille dans ce championnat et qui ne pourra pas trop compter sur des renforts venus de la I ce printemps, a en effet mené la vie dure aux visiteurs. Les jeunes Sarrazins ont mis de l’intensité dans les duels, une bonne agressivité et ont livré une belle prestation. Avec un David Pittet toujours aussi fort en patron de la défense, lui qui gagne 90% de ses duels depuis quinze ans qu’il est actif dans le football vaudois, Venoge a eu de la peine à trouver des espaces, mais a tout de même réussi à marquer le 0-1 par Carlos Alberto Correia, parfaitement servi en profondeur. L’avant-centre n’a pas tremblé au moment d’ouvrir son pied et de tromper le tout jeune Loïc Devenoge, battu donc par un but de Venoge (pardon).

Yann Weber, comme on l’aime

La réserve de La Sarraz-Eclépens, poussée par un Yann Weber fidèle à lui-même sur le banc de touche, a bien réagi, manquant de peu l’égalisation à deux reprises avant la mi-temps. Son entraîneur, Yann Weber donc, a tout donné, lui aussi. Il y a des entraîneurs passifs, qui restent assis 90 minutes sur leur banc de touche. Il y a ceux qui se lèvent de temps en temps pour corriger un peu leur équipe. Et puis il y a Yann Weber, un débit de 140 mots à la minute, dont 137 adressés à l’arbitre, et une motivation de tous les instants pour son équipe. Avec lui sur la touche, pas de risque s’endormir, puisqu’il met au moins autant d’envie dans son job d’entraîneur que dans celui, désormais révolu, de joueur. Franchement, on l’aime, avec tous ses excès et sa mauvaise foi, et Luis Rodrigues en a souri pendant quasiment toute la rencontre, ne répondant qu’une fois, en toute fin de match, sur une touche litigieuse. Yann Weber, ange absolu en dehors du terrain, et démon tout aussi absolu de la 1re à la 90e minute. On peut aimer ou pas. Nous, on a choisi notre camp, mais les arbitres du canton ont le droit de ne pas partager notre amusement.

Un but, c’est tout

Bref, La Sarraz s’est retrouvé mené au score par l’invincible FC Venoge à la pause (0-1), un score qui n’a pas bougé jusqu’à la fin de la partie. Naji Abdelaziz Boulejiouch, le gardien-arbitre du FC Venoge, a eu peu de boulot, il l’a bien fait, et Venoge a surtout eu le tort de ne pas boucler l’affaire en contre. Carlos Alberto Correia aurait pu, aurait dû même, donner deux longueurs d’avance à son équipe en deuxième période. Il ne l’a pas fait, mais peu importe: les trois points sont là. « C’est tout ce qu’on va retenir, ou presque. Ce n’était pas un bon match, mais je m’y attendais un peu. C’est un derby, qu’il faut gagner. Nous, on a surtout essayé de garder notre calme », expliquait Luis Rodrigues. Supérieur dans le jeu, le leader Venoge ne devait en effet surtout pas laisser le match se pourrir. La Sarraz avait tout y a gagner, Venoge tout à perdre.

L’idéal? Assurer la place en finales le plus vite possible

« A ce titre, je suis content de l’équipe, on a montré un bon visage, même si j’aurais aimé plus de qualité de jeu. La semaine dernière, contre Veyron-Venoge, on perd deux points. Au moins, là, on a ramené la totalité de l’enjeu », se réjouissait l’entraîneur du FCV, à qui il reste neuf matches avant les finales. Et l’avance sur la barre, dimanche soir, sera au minimum de huit points. « On a de quoi voir venir, c’est vrai, convient Luis Rodrigues. Mais il ne faut pas se relâcher, surtout pas. Pour moi, l’objectif, c’est d’assurer notre place pour les finales le plus vite possible. L’idéal, je dis bien l’idéal, ce serait de conserver notre avance lors des sept prochains matches. On aurait ainsi les deux dernières parties pour se prépare comme il faut pour les finales. C’est ce que je dis à mes joueurs: assurons notre place le plus vite possible. » Le danger, avec une si grande avance, serait en effet de se relâcher un peu. Parce que Porto, Iliria et Champagne, les trois poursuivants, ne devraient pas perdre beaucoup de points en route.

Et Venoge était privé de joueurs importants, en plus

Alors, la bonne année pour le FC Venoge? Franchement, on y croit. L’effectif est équilibré, même s’il a subi deux gros coups durs cet hiver avec la blessure de Sébastien Pilet et l’arrêt de Lorenzo Bonnano, le chef de la défense. Le FCV a su faire face et a de la ressoude dans son contingent. Ainsi, samedi, Venoge s’est présenté sans Miguel Placido Ferreira (suspendu), Brian Baali et Mustapha Jakaj (vacances), trois joueurs importants. Les deux premiers avaient d’ailleurs marqué la semaine dernière face à Veyron-Venoge. Et Ouassim Belgaïd n’a pas joué non plus, soit dit en passant. Quand une équipe de 3e ligue arrive faire face à ce nombre d’absents et s’en va gagner un derby sans trop trembler, c’est bien qu’elle semble armée pour faire de belles choses. Les bases sont là, reste à finir le travail en beauté.

Les prochains rendez-vous

Gros match pour le FC Venoge dimanche prochain, le 10, avec la réception du FC Iliria Payerne à Penthalaz. Coup d’envoi à 15h. Le même jour, à 15h30, Porto Lausanne accueille La Sarraz II.

FC La Sarraz-Eclépens II – FC Venoge 0-1 (0-1)

Buts: 23e Carlos Alberto Correia 0-1.

Arbitre: M. Alexandre De Palma.

La Sarraz: Devenoge; Alex Dos Santos, Pittet, Zippo, Axel Dos Santos; Mattern, Dacaj, L. Llabjani (68e Bird), A. Llabjani, Tiago Alves; Dauti (75e Bütschi).

Entraîneur: Yann Weber.

Venoge: Boulejiouch; Ferraz, Jovanovic, Waldmann, Tutonda; Monteiro, Vitor Hugo Da Moura, Locatelli (70e Moreira Martins); Schiller, Carlos Alberto Correia, Demiri (88e Rufener).

Entraîneur: Luis Rodrigues

En Gravey.

Categories: 3e ligue, FC Venoge

Auteur

Ecrire un commentaire

Only registered users can comment.