Val-Bal pense déjà à la saison prochaine

Val-Bal pense déjà à la saison prochaine

Le FC Vallorbe-Ballaigues a réussi le joli exploit de gagner ses 10 matches du deuxième tour, dans le groupe 3 de 3e ligue. En battant Thierrens II samedi, pour le dernier match de la saison, les hommes de Jean-Yves Bonnard réaliseraient le parcours parfait: 11 sur 11! Mais cela ne sera pas suffisant pour accrocher une place de finaliste, sauf miracle énorme. Il faudrait en effet que Porto s’incline à domicile face à Champagne en récoltant sept cartons de plus que Val-Bal sur ce dernier match… Les hommes de Paulo Vieira ne commettront pas cette erreur et Vallorbe terminera donc 3e.

En début de saison, Jean-Yves Bonnard nous avait accordé une interview pour parler de la politique du club et des fameuses annonces passées dans « France-Football », qui avaient fait passablement parler autour des talus. 26 matches plus tard, il tire le bilan.

Son sentiment sur cette 3e place

C’est frustrant, forcément. Imaginez-vous qu’on peut faire 11 sur 11 et ne pas terminer dans les deux premiers! C’est la faute à notre premier tour, bien sûr. A Noêl, on avait 13 points… On est revenus très fort, mais Bosna et Porto ont bien résisté, bravo à eux. On espérait une petite baisse de régime de leur part, mais elle n’est jamais venue. Je les félicite et leur souhaite bonne chance pour les finales. Nous, on est un peu abattus, mais on va rebondir.

Les ambitions pour la saison prochaine

On aura l’ambition de monter, on ne va pas se cacher. En tout cas, on serait ridicules de le faire (rires). Tout le monde va rester, même si quelques-uns de nos joueurs sont sollicités ces derniers temps. Forcément, on joue bien, on gagne, donc les individualités ressortent. Ils ont reçu des coups de téléphone et, même si on ne peut jurer de rien en période de mercato, ils m’ont tous dit qu’ils n’allaient pas y prêter attention. Je pense qu’ils ont une parole et je suis sûr qu’ils vont la tenir. On aura donc de nouveau une super équipe, avec quelques renforts. Sans prétention aucune, j’espère juste que ce ne sera pas trop long… Là, on a vu sur ce deuxième tour qu’on menait rapidement de 3,4 ou 5 buts et après, ça ne ressemble plus à rien. Les gars, il va falloir les garder sous pression et faire en sorte qu’il y ait du challenge la saison prochaine. On va faire une préparation en ne jouant que contre des 2e ligue, afin de se tester un peu. Là, clairement, si on ne monte pas, ce sera compliqué de garder tout le monde. Ces joueurs-là ont le niveau pour aller plus haut. Un gars comme Marvyn Matip, je ne veux pas que vous le disiez trop fort, mais j’ai presque un peu mal qu’il joue en 3e ligue, avec tout le respect que j’ai pour ce niveau. Alors, ok, on fait encore une année là, mais on veut et on doit monter.

La politique de recrutement du club

Chez nous, on ne parle pas d’argent ou de primes et j’en suis très heureux. Les joueurs viennent chez nous pour une raison très simple, donc je vous ai déjà parlé: je dirige la succursale lausannoise d’une agence de placement. Aujourd’hui, j’ai six ou sept joueurs qui travaillent pour moi et que j’ai réussi à placer dans diverses sociétés. C’est le bon nombre, je ne veux pas en avoir plus. Après, ça peut devenir compliqué à gérer… Là, pour l’instant, tout se passe bien, les gars sont très motivés. Il y en a même deux dont les patrons parlent de les prendre en fixe, ce dont je serais très heureux. Franchement, ils ont conscience de leur chance d’avoir un salaire qu’ils ne pourraient même pas rêver avoir en France et, du coup, ils sont très reconnaissants. Ils font les efforts, mais c’est un changement de vie pour eux. Les premiers temps, ils arrivaient aux entraînements avec des poches sous les yeux, on riait (rires). Ils n’avaient pas l’habitude de se lever à 5h du matin et ont dû s’habituer. Lors des matches de préparation, au début, ils étaient cramés! On croyait qu’ils ne savaient plus jouer au foot! Mais ils se sont adaptés et aujourd’hui, ils sont très à l’aise. Il faut bien comprendre que ces gars n’avaient jamais travaillé. Ils se levaient à 9h pour aller à l’entraînement et c’est tout. Aujourd’hui, je n’ai que des retours positifs de leurs patrons.

Le recrutement « France-Football »

Un échec. Je ne le referai pas, c’est sûr. Grâce à ces annonces, j’ai reçu plusieurs dossiers et deux joueurs sont venus, qui sont déjà repartis. C’est une erreur de ma part et je constate qu’aujourd’hui, on a beaucoup de joueurs français, mais qui s’adaptent bien, contrairement aux deux qui ne sont plus là. En lisant l’annonce, ils s’imaginent des choses, je ne sais pas… Ils étaient incompatibles avec notre réalité. Aujourd’hui, nos renforts viennent grâce aux gars qui sont déjà en place et qui leur parlent en bien du club. C’est plus facile aussi pour moi, je n’ai pas besoin de vendre le club: ils le connaissent déjà. Le déclencheur a été Huseyin Kilic, arrivé de La Vallée de Joux cet hiver. Il connaissait de bons joueurs à Vesoul, qui sont arrivés grâce à lui. Eux se sont plus tout de suite, tout comme ceux arrivés de Jura Sud, un autre bon club pas trop loin. Là, je peux dire qu’on a fait juste. Les petites annonces, c’est terminé.

L’ambiance d’équipe

En 30 ans de football, je n’avais jamais vécu une ambiance comme celle de cette saison. On a réussi à créer un vrai truc entre les Suisses et les Français, ils sortent tout le temps ensemble après les matches! Ils ont trouvé un coin sympa, le Monte Cristo à Pontarlier, ils y vont souvent tous ensemble et s’entendent vraiment. On a même organisé des barbecues, avec des merguez halal bien sûr! Il y a un vrai esprit dans cette équipe et c’est une de mes fiertés cette année. Le comité est content et moi aussi.

L’affluence au match

C’est un des points positifs de cette fin de saison, on sent qu’il y a un certain engouement. Depuis notre victoire face à Bosna, qui a été un tournant, on voit de plus en plus de monde. La tribune est presque pleine, il y a du monde autour du terrain… Vous savez, Vallorbe a quand même un passé et c’est un gros village qui s’intéresse au foot. Ils ont été très bien placés en 2e ligue, ils aiment le football ici! Les gens en parlent au bistrot, c’est un vrai thème de discussion. Attention, à l’échelle de la 3e ligue, je ne vous dis pas qu’on est des stars (rires). Mais il y a de l’intérêt, ça c’est sûr. Les juniors ont fait une banderole « Ici c’est Vallorbe », ils se prennent au jeu, nous encouragent… Franchement, c’est sympa.

La réputation de Vallorbe-Ballaigues

C’est compliqué dans certains coins, je ne vais pas le cacher. J’ai l’impression que tout le football vaudois a lu l’article qu’on a fait en début de saison (rires). On a eu droit à « Voilà les Frocards » et à quelques insultes bien senties suivant où on allait… A Vignoble, un club sympa, on a été très bien accueillis et je leur souhaite d’ailleurs de se sauver. A Chavannes-le-Chêne, aucun souci, comme face à Porto ou Bosna. Mais ailleurs, on a tout entendu, ça c’est clair.

L’identité vallorbière

On essaie de la conserver au maximum. Maurizio Rocca est un de nos joueurs importants, tout comme Xavier Leuba, qui a énormément progressé. Yvan Essobo est là depuis des années, Alex Facchinetti est toujours là, Baptiste Laffely aussi, et il y a des jeunes qui arrivent, comme Jordan Magnenat. Et je ne peux pas oublier de mentionner mon assistant Yves Favre, qui est au club depuis 31 ans! Il a une sacrée tronche, il me casse la tête parfois, mais il est toujours là, il met en place les exercices, il ronchonne un peu, mais il est indispensable. Je ne lui dirai jamais assez merci et je suis content de pouvoir le faire au travers de cet article.

Categories: 3e ligue

Auteur