Vainqueur du derby, Vevey fait un pas de plus vers la promotion

Vainqueur du derby, Vevey fait un pas de plus vers la promotion

«J’espère vraiment que cette équipe de Vevey arrivera à ses fins cette saison, cela ferait un magnifique promu. Cette après-midi, on a tout essayé. On venait ici pour prendre du plaisir, jouer au ballon et offrir un beau spectacle au nombreux public qui s’est déplacé. Au final, même si mes joueurs repartent déçus, on n’y est pas trop mal arrivé». Metin Karagülle avait le sens de la formule, samedi en début de soirée, après la défaite de son FC Aigle face au leader. Pourtant, il venait de perdre une belle opportunité de reprendre la troisième place du groupe, un objectif qui tient à cœur au coach aiglon. Le terrain venait simplement de rendre son jugement, et l’homme fort du FCA l’acceptait avec honneur: aujourd’hui, Vevey Sports a été le patron sur son gazon de Copet et a mérité mille fois de faire un nouveau pas de géant vers la promotion.

Devant 720 spectateurs, Vevey n’avait pas le droit de flancher

Il faut dire que le «VS» avait de quoi être surmotivé: un match nul accroché à la dernière minute, mardi à Meyrin face au dernier concurrent qui sépare encore cette équipe de la promotion et qui lui permet d’avoir son destin entre ses mains à trois journées de la fin, un derby contre le voisin chablaisien du bout du lac et un nombre de spectateurs qui a de quoi faire rêver à l’échelle de la 2e ligue inter (ils étaient 720 à assister à ce match!). Tout cela avec la perspective qu’une défaite du Meyrin FC, dans le même temps, associée à une victoire veveysanne pourrait déjà quasiment les envoyer au 7e ciel. Non, aujourd’hui Vevey n’avait pas le droit de flancher.

Spectateurs

Un FC Aigle étouffé d’entrée

Sur le terrain, les locaux ont rapidement mis les choses au clair: Si le FCA comptait les mettre en danger, il faudrait, déjà, réussir à leur prendre le ballon, puisqu’ils ne l’ont pas lâché des 45 minutes initiales. Le résultat? Une première mi-temps plaisante, de par son intensité et sa qualité technique, où les occasions ont, néanmoins, été une denrée rare. Alors qu’on était entré dans le deuxième quart du match, Stefano Protopapa était le premier à se mettre en évidence. Sa tête obligeait Pape Amadou Samb à une belle détente au sol. On en restait à 0-0, mais Vevey commençait à trouver des ouvertures à sa domination alors qu’Aigle ne parvenait décidément pas à se rapprocher des cages défendues par Mickaël Castejon.

Le VS force la décision au meilleur moment

C’est donc logiquement que N’Diasse N’Diaye et ses coéquipiers se voyaient récompensés, quelques minutes plus tard, de la domination qu’ils exerçaient jusqu’à présent sur cette partie. «Deux buts totalement évitables», commentera Metin Karagülle après coup. Les Veveysans ne faisant pas les choses à moitié, c’est non pas un, mais, effectivement, deux buts que ceux-ci ont inscrit en l’espace de … quatre minutes. Si ces deux réussites énervent gentiment le coach aiglon, il faut bien reconnaître que la première est splendide et ne doit rien à personne.

On était même bien heureux de pouvoir savourer à nouveau l’ouverture de N’Diaye pour Andi Ukmata, dans le dos de la défense, sur l’écran géant du Stade de Copet (34e, 1-0). Par contre, en relâchant coupablement un corner d’Ayoub Rachane, Pape Amadou Samb avait, effectivement, toutes les raisons de s’attirer les foudres de son entraîneur. Surtout que, derrière, Stefano Protopapa ne se faisait pas prier pour expédier ce ballon au fond (38e, 2-0). Les visiteurs ne s’étaient déconcentrés rien qu’un instant, mais le score avait eu le temps de prendre un aller simple pour l’enfer. On ne joue pas le leader tous les jours…

Kingsford Aboagye aurait pu remettre son équipe en selle

C’est pourtant après cet épisode, au retour des vestiaires, qu’Aigle s’est montré le plus convaincant. Et c’est tout à son honneur! Puisque même menés de deux longueurs, face au solide leader qu’incarne ce FC Vevey Sports 05 et n’ayant plus grand chose à jouer au classement, les joueurs de Metin Karagülle ont montré du caractère. La reprise à peine sifflée que Kingsford Aboagye alarmait déjà Mickaël Castejon d’une puissante frappe. Les Aiglons étaient venus pour jouer et se faire plaisir? D’accord, mais ils l’ont fait mille fois mieux après le thé. Totalement décomplexés, ceux-ci se créaient même la plus grosse occasion de la seconde période. Kingsford Aboagye se voyait parfaitement servi à l’entrée de la surface. La frappe enchaînée de ce dernier, à bout portant, était belle, mais pas parfaite, et, dans ces cas-là, Castejon est toujours là. On comprenait alors vite que, pour revenir après avoir manqué pareille aubaine, Aigle allait avoir besoin d’un petit miracle.

Mickaël Castejon: «On ne nous a pas fait de cadeaux jusque-là, il n’y a aucune raison que ça commence»

Alors? Alors Aigle a poussé, avec ses moyens, en tentant de créer la panique dans les rangs adverses. Mais rien n’a permis au FCA d’atteindre la sérénité et le sérieux veveysan. Avec de telles qualités poussées à ce degré-là, ceux-ci ont dû dégoûter jusqu’au moindre éventuel émissaire du Meyrin FC, obligé de compter sur un faux-pas des Vaudois pour espérer leur chiper la première place.

D’ailleurs, les Genevois ayant débuté leur confrontation face à Conthey une demi-heure plus tard, on en a profité pour demander à Mickaël Castejon, solide gardien du VS, s’il comptait se réunir avec ses coéquipiers en attendant de recevoir le résultat de leur adversaire direct. La réponse a fusé: «Non, ce n’est pas au programme. On ne nous a pas fait de cadeaux jusque-là, il n’y a aucune raison que ça commence aujourd’hui. Meyrin ne va certainement pas lâcher de points durant ce sprint final. Si on veut être promu, on sait à quoi s’en tenir». Le dauphin ayant finalement gagné à Conthey (0-3), il n’y avait, de toute façon, aucune raison de célébrer quoi que ce soit. La donne reste exactement la même, sauf que, maintenant, il ne reste que deux matches!

«On n’était pas là pour faire le spectacle»

«Évidemment, on s’attendait à une partie compliquée cet après-midi», poursuit le goal veveysan. «Tout ce qui comptait, c’était la victoire. On n’était certainement pas là pour faire le spectacle. On a été solides, certes, mais Aigle s’est quand même montré dangereux plusieurs fois en seconde période. On a de quoi être heureux de notre performance, après les nombreux départs et arrivées en milieu de saison, il a fallu retrouver une osmose. Cela n’a pas été évident, mais on s’y est fait assez rapidement malgré tout, et il semblerait que ça nous réussisse plutôt bien».

Ce qui est certain, c’est que des trois marches qu’ils restaient à grimper à Vevey Sports, celle-ci était sans doute la plus imposante, et cette équipe l’a franchie avec une aisance assez déconcertante. Paré pour la 1re ligue? Pour cela, il faudra afficher le même sérieux contre Collex-Bossy (8e) puis Plan-les-Ouates (11e). Et ensuite, on l’espère franchement, on pourra l’écrire officiellement.

Un compte-rendu de Florian Vaney

Les prochains rendez-vous

Samedi prochain, le 28 mai, Collex-Bossy reçoit Vevey.  Le même jour, à 17h, Aigle accueille Conthey.

FC Vevey Sports 1899 – FC Aigle 2-0 (2-0)

Buts: 34e Ukmata 1-0; 38e Protopapa 2-0.

Arbitres: M. Daniel Locci, assisté de M. Bastien Seillon et de M. Carmine Imbriaco.

VS: Castejon; Pavlik, N’Diaye, Baluzeyi, Hajdini; Ebibi (69e Rubangura), Morina, Rachane; Nkufo (72e Jahaj), Ukmata (59e Ciavardini), Protopapa.

Entraîneur: Hervé Bochud.

Aigle: Samb; Cvelbar, Mavakala, Kone Die, Keita; M’Sabeg, T. Ukhadja, A. Ukehaxhaj (80e Ngamiaka), Erroutbi (65e Paulinho); Aboagye, Hyseni (65e Allouchi).

Entraîneur: Metin Karagülle.

Stade de Copet, 720 spectateurs.