Une fête de tirs dans un groupe 4 très spectaculaire

Une fête de tirs dans un groupe 4 très spectaculaire

276, 261, 283 et 289: ce sont les buts marqués dans chaque groupe de 3e ligue lors de la première partie de championnat. Les deux derniers sont donc les plus spectaculaires, d’autant qu’ils ont tous deux encore un match en retard à disputer. Aujourd’hui, après 65 parties, la moyenne de la poule 4 est de 4,4 buts par rencontre. Un joli total, qui a de quoi énerver certains gardiens de buts qui se verraient peut-être bien émigrer dans le groupe 2, là où ils n’encaissent « que » 3,9 buts par match… Alors, pourquoi le groupe dit « de la Broye et du Jorat » est-il le plus spectaculaire? Car il abrite certains artilleurs de choc, déjà, à l’image de Cyril Dufey (AS Haute-Broye), Bajram Shabani (Jorat-Mézières), Robi Papadia (Ecublens) ou Arton Ademaj (Iliria), sans oublier le trio Vallotton-Thomas-Vanotti à Donneloye. Mais peut-être que la domination sans partage de l’ASHB et du FCJM, qui ont mis quelques jolies claques (un 7-0 chacun, par exemple), peut également servir de réponse.

L’AS Haute-Broye et Jorat-Mézières impériaux

Car oui, les deux clubs voisins ont pris un peu d’avance dans ce groupe 4 et peuvent déjà demander à leurs joueurs d’écourter leurs vacances estivales. Avec 11 points d’avance sur Iliria (3e), l’AS Haute-Broye a une avance conséquente. Le FC Jorat-Mézières de Pierre-Alain Brülhart compte lui sept points d’avance sur les Albanophones de Payerne, et un match en moins! On a juste un regret, vu l’affluence formidable (500 personnes) du derby entre les deux équipes il y a quelques semaines: elles ne se retrouveront pas en finales, puisqu’elles seront dispatchées dans deux groupes différents, ce qui est évidemment normal. On parle trop vite? Bien sûr. Car Iliria et son nouvel entraîneur Serge Limat, ainsi que Donneloye et Ecublens, voire Savigny-Forel, n’ont pas abdiqué, loin de là.

Tout le monde parle d’Epalinges, qui, dans ce même groupe 4 l’année dernière, avait 11 points de retard à la trêve, justement! Gerardo Scoppettone et ses coéquipiers avaient démonté tout le monde lors des matches retour et l’un des poursuivants se voit bien effectuer le même chemin cette fois… L’un d’eux le peut-il? Oui, bien sûr.

Iliria va expérimenter la « méthode Serge Bapst »

Iliria Payerne? Et pourquoi pas? L’arrivée de Serge Bapst, le premier entraîneur non-albanophone de l’histoire, va apporter un regard extérieur qui pourrait permettre aux Payernois de réaliser une deuxième partie de championnat en boulet de canon. Désormais, ils sont chez eux au Stade Municipal, où ils se sentent bien et où la cohabitation avec le club résident se passe à merveille. Offensivement, ils sont impressionnants, mais peuvent mieux faire que lors du premier tour (25 buts inscrits, 5e attaque du groupe). Surtout, ils encaissent trop de buts! L’ASHB et le FCJM, réunis, en ont pris 20 au premier tour, soit 5 de moins qu’Iliria. Clairement, il y a un point à corriger de ce côté-là pour espérer mieux.

Thierrens II se voit bien finaliste, juste pour le plaisir

Thierrens II (4e) ne cherche pas la montée, mais ce groupe de copains se verrait bien disputer les finales, afin de vivre un été de folie au Grand Marais. L’état d’esprit de ce groupe est sa force, comme souvent à Thierrens, mais la II du FCT n’oublie pas de bien jouer au football, à l’image de Grégory Clot. Après avoir longtemps été à cheval entre la I et la II, il a décidé de se consacrer entièrement à la réserve et à l’encadrement des jeunes sur le terrain. Avec bonheur, vu son premier tour. Alors, Thierrens en surprise? On peine à y croire, mais à ces joueurs de nous faire mentir. Ce serait un exploit aussi fou qu’inattendu.

Donneloye a une carte à jouer, c’est sûr

Donneloye, le 9 novembre 2014, Donneloye-Chavannes-le-Chêne. © Muriel Antille

Le FC Donneloye semble plus redoutable. La relégation a été digérée et David Tenthorey semble avoir trouvé la bonne formule après des débuts compliqués où les Oies étaient plus proches de la zone rouge que de la bleue. Le FCD a terminé avec neuf points en trois matches et, avant cela, avait réalisé quelques jolies performances comme un 0-0 à Haute-Broye ou un 5-2 face à Iliria. Avec 16 points, il est possible de rêver aux finales, qui étaient l’objectif du début de saison. Donneloye est un club bien structuré, qui a le potentiel pour aller en 2e ligue. S’y installer semble pour l’instant plus compliqué, mais les finales sont jouables. Le résultat du match en retard entre Thierrens II et Jorat, le mardi 17 mars, sera intéressant. Si le FCT gagne, tout redeviendra permis. Dans le cas contraire, il y aura 11 points à reprendre en 11 matches. Chaud.

Ecublens a un joli contingent et peut aussi espérer revenir

Ecublens, de son côté, est en phase de reconstruction après sa chute en 3e ligue du mois de juin, même si de nombreux joueurs sont restés. Ivan Gaudiuso vit son premier mandat avec des actifs, après sa très belle carrière de joueur et le FC Ecublens est confortablement installé en milieu de classement, à égalité avec Donneloye. On ne rayera pas le FCE de la course pour les finales, car son ossature est celle de la saison dernière en 2e ligue (Jaime Martinez ou Gian-Marco Tonso dans les buts, Dani Alvarez, Cyril Luyet, Alain Charbonnet, Mattias Musco, Olivier Paltenghi, Julien Stoller, Carmelo Farinato et Robi Papadia… ). Ce contingent-là a de la qualité.

Savigny-Forel n’est fort qu’à la maison…

Le FC Savigny-Forel est, lui, à neuf points des finales et à huit points de la zone de relégation. Autant dire que les hommes de Dalip Limani ne craignent pas grand-chose. Ils auraient sans doute aimé être plus proches des places de finaliste, mais doivent leur place en milieu de classement à leur faiblesse à l’extérieur. Dans les chiffres? A la maison, ils ont remporté 13 points en 6 matches, un rythme de finaliste. A l’extérieur? 2 points en 5 matches, une allure de relégué. Tout est là. Il n’y a pas que sur le sympathique terrain de Saint-Amour que le FC Savigny-Forel doit se montrer redoutable, mais partout dans le canton. Et ce n’est pas un problème d’adversaire, loin de là.

… tout comme Granges-Marnand!

Le FC Granges-Marnand a retrouvé son entraîneur à succès, Luis Azpilicueta, mais souffre plus ou moins du même problème que Savigny-Forel. Dans les chiffres? Six matches et dix points à la maison. Cinq matches et trois points à l’extérieur, soit un total de 13 unités, qui ne place les Broyards que six points au dessus de la barre. Là aussi, il faudra faire mieux lors de la phase retour pour stabiliser le club en 3e ligue avant d’espérer mieux, qui sait, dans les années à venir.

Cheseaux a un calendrier infernal

Le FC Cheseaux est, il faut bien le dire, une des déceptions de ce premier tour et cela nous peine. Ce club est sympathique, son entraîneur Giuseppe Guzzardi et ses joueurs aussi, mais le FCC peine à se remettre de son accession ratée à la 2e ligue il y a aujourd’hui 18 mois, lorsqu’il s’était effondré dans la dernière ligne droite au profit du FC Ecublens. Cheseaux n’a pas eu de chance avec le calendrier, se chopant les quatre premiers d’affilée. Dans l’ordre? Haute-Broye, Iliria Payerne, Thierrens II et Jorat-Mézières, merci du cadeau! Marjan Jankuloski et ses copains s’en sont relativement bien sortis, engrangeant quatre points lors de cette série compliquée grâce notamment à un très joli succès à Mézières (1-2). On s’était dit que les matches suivants permettraient d’améliorer la moyenne, mais on s’est trompés. Celle-ci est restée bloquée à une unité par match. 11 parties, 11 points: le compte est bon, mais il ne réjouit pas les Chesalliens, qui ont terminé l’année par trois vilaines défaites (Savigny, Donneloye et Granges-Marnand). Ouch. D’autant que le calendrier sera le même au deuxième tour, bien sûr. Le FCC va même commencer par trois déplacements, sur les terrains d’Haute-Broye, Iliria Payerne et Thierrens avant de recevoir Jorat, qui aura une revanche à prendre. Il faudra bien prendre quelques points, sinon la ligne droite s’abordera en position de relégable.

La II de Stade Payerne a un peu d’avance sur Chavannes-le-Chêne et Turc Lausanne

Si les deux relégués (Donneloye et Ecublens) peuvent encore avoir quelques ambitions, les deux promus que sont Stade Payerne II et Turc Lausanne ne peuvent plus en avoir du tout. Les Broyards, désormais entraînés par Michaël Licciardi, ont 10 points et sont juste au dessus de la barre. Turc Lausanne, si flamboyant en 4e ligue, est à la traîne avec six points et une seule victoire, à domicile face à Donneloye. Les Payernois et les Lausannois se battront contre la relégation, tout comme le FC Chavannes-le-Chêne (7 points). Turc a un énorme désavantage: son classement fair-play catastrophique. Cela pourra avoir son importance au moment du décompte final.

 

Classement du groupe 4

Tous 11 matches, sauf Jorat-Mézières et Thierrens II (10 matches)

1.  AS Haute-Broye, 28 points
2. FC Jorat-Mézières, 24 points
3. FC Iliria Payerne, 17 points
4. FC Thierrens II, 16 points
5. FC Donneloye, 16 points
6. FC Ecublens, 16 points
7. FC Savigny-Forel, 15 points
8. FC Granges Marnand, 13 points
9. FC Cheseaux, 11 points
10. Stade Payerne II, 10 points
11. FC Chavannes-le-Chêne, 7 points
12. FC Turc Lausanne, 6 points

Categories: 3e ligue

Ecrire un commentaire

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*