Un YS fatigué reste invaincu avant la trêve

Un YS fatigué reste invaincu avant la trêve

« Vous n’avez pas vu un bon match? Vous avez des bons yeux. au moins… » Vittorio Bevilacqua n’est pas du genre à embellir la situation. Non, YS n’a pas bien joué pour sa dernière sortie de l’année, samedi face à Guin. Mais les Nord-Vaudois ont été suffisamment solides pour tenir face aux Singinois et remporter un point au final tout à fait logique et ainsi conserver leur deuxième place à la trêve, quoi qu’il arrive. Au delà de ce triste 0-0, c’est bien cela qu’il faut retenir: lorsque Vittorio Bevilacqua affichera le classement à côté de son sapin de Noël, il verra un Yverdon Sport finaliste. Et on est sûr que ça le rendra heureux.

Guin avait pourtant reçu un penalty « cadeau de Noël »

Si YS a réussi à sauver un point sans être bon, c’est que sa défense a été à la hauteur, et largement. Emmenée par un Dadie Mayila qui évolue à très haut niveau depuis son retour, l’arrière-garde yverdonnoise est infranchissable. On pouvait craindre un peu que l’absence de Sacha Margairaz à mi-terrain (suspendu) ne mette un peu en difficulté la charnière centrale, mais il n’en a rien été. Même sans leur « filtre », Mayila et Mamoudou Mara ont été suffisamment à leur affaire pour que Guin ne se crée que peu d’occasions. La plus belle? Un penalty offert par M. Mühlheim aux Singinois, à la 53e. Marc Ummel, le gardien yverdonnois, était sorti tout à fait proprement dans les pieds de l’attaquant du SC Guin lancé face à lui et l’arbitre n’a d’ailleurs rien trouvé à y redire. Mais son assistant a insisté pour lui signaler une faute d’Ummel et M. Mühlheim l’a suivi… ce qu’il aurait clairement mieux fait de ne pas faire. Penalty-cadeau donc pour Guin, impeccablement sauvé par Ummel, parti du bon côté. Comme dirait l’autre, y a une justice.

Cinq buts contre Monthey, aucun contre Guin

Sinon? Rien, mis à part peut-être la bonne entrée de Dereck Isabella après la pause. Yverdon avait été tellement fantômatique offensivement en première période que le simple fait qu’il montre un peu d’envie a suffi à ce qu’il se montre dangereux. Vittorio Bevilacqua avait décidé de reconduire son 4-4-2, même privé d’Edin Becirovic, son meilleur buteur. Cela lui avait réussi contre Monthey la semaine dernière (5-2), mais les Valaisans sont tellement plus faibles que Guin que l’affaire promettait d’être différente ce samedi.

Juan Parapar et Yannick Nkufo, un duo d’attaque inoffensif samedi

Le duo d’attaque que « Bevi » avait choisi pour aller bousculer les Singinois? Juan Parapar et Yannick Nkufo. On n’ira pas jusqu’à écrire que s’il avait joué avec personne le résultat à la pause aurait été le même, mais disons qu’on n’en est pas loin. Parapar est un joueur étonnant, capable du meilleur comme de passer complètement au travers d’une rencontre. Cela été le cas ce samedi. Si fort depuis un mois, l’Espagnol n’a absolument rien montré samedi. C’est la (seule) raison pour laquelle on hésite encore à parler de lui comme d’un joueur dominant en 1re ligue. S’il arrivait répéter les performances, il serait un cador. Pour l’instant, il est « seulement » un joueur qui peut être un des meilleurs de 1re ligue un jour où tout lui réussit. C’est déjà bien? Evidemment. Mais il a le potentiel pour faire bien plus. Et Nkufo? On va le dire clairement: il est décevant. Cela ne nous fait jamais plaisir d’être aussi catégorique, mais il n’apporte de loin pas la plus-value espérée, lui qui semblait avoir une longueur d’avance sur la concurrence en début de championnat. Son bilan du premier tour? 0 but. C’est vrai, il a été blessé en début de saison, mais il devra montrer beaucoup plus au deuxième tour, car YS ne pourra pas compter offensivement que sur Becirovic à chaque match, tout le temps.

Une série de six victoires et quatre nuls

Si Dereck Isabella a eu un impact immédiat dès son entrée, s’attirant les applaudissements de l’exigeant public du Stade Municipal à plusieurs reprises, c’est aussi parce qu’il a apporté de la fraîcheur à une équipe qui en manque. « Il y a un peu de fatigue, c’est sûr », expliquait Toni Jankuloski un peu plus tard. Le dernier match de la saison, sur un terrain difficile (mais de loin pas aussi atroce que celui d’Azzurri-Lancy peu après), des jambes lourdes, un bon adversaire: YS a des circonstances atténuantes à faire valoir et s’en sort bien avec ce point, qui lui permet de continuer sa série d’invincibilité. La trêve est ainsi à double tranchant. Oui, les Nord-Vaudois sont fatigués, mais leur dynamique est tellement bonne, que ce soit en termes de résultats, de niveau de jeu ou d’ambiance d’équipe, qu’il est presque dommage que tout ce petit monde doive arrêter de se voir pendant deux mois. Yverdon, c’est à noter, reste sur 6 victoires et 4 nuls depuis sa dernière défaite, face à Bavois. Cela s’appelle un rythme de finaliste, ce qu’il est aujourd’hui. Et jusqu’au mois de mars en tout cas.

Les hommes du match

Dadie Mayila a évolué un cran au dessus de tout le monde. Un patron. On mentionnera également son camarade de la défense centrale, Mamoudou Mara. Puissant, grand, il a gagné ses duels, mais a encore une marge de progression dans la relance. Avec cette charnière-là, YS est taillé pour le combat.

Les prochains rendez-vous

Vacances pour tout le monde, lesquelles ont commencé par le repas de soutien de la première équipe, directement après le match. YS recommence l’entraînement le 26 janvier. Avec Vittorio Bevilacqua? A moins qu’un club de Super League ou de Challenge League l’appelle, ce sera le cas. Avec les mêmes joueurs? Pour 90% d’entre eux, c’est sûr.

Yverdon Sport – SC Guin 0-0

Arbitres: M. Mühlheim, assisté de M. Siegfried et de M. Tondelli.

YS: Ummel; Ciavardini, Mara, Mayila, Junior Montano; Momo (46e Pitronaci), Jankuloski, Demiri, Bühler; Parapar, Nkufo (46e Isabella).

Entraîneur: Vittorio Bevilacqua.

Stade Municipal, 400 spectateurs.

Categories: 1re ligue

Ecrire un commentaire

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*