Un titre de champion qui va rester dans les mémoires

Un titre de champion qui va rester dans les mémoires

Le Lausanne-Sport a été sept fois champion de Suisse. Neuf fois, les Vaudois ont soulevé la Coupe nationale. Et 23 années durant, ils ont bataillé sur les pelouses européennes. Pourtant, ce titre de champion de Challenge League 2015/2016 restera longtemps dans les mémoires des supporters vaudois, pour la manière dont il a été acquis. Par pour son suspense, non, mais bien pour la sensation inoubliable d’avoir réalisé la saison parfaite, tant sur le terrain qu’en dehors. Oui, le LS a fait tout juste depuis l’arrivée de Fabio Celestini et on ne demande qu’une chose: que cet état de grâce se prolonge.

L’extrême élégance du FC Aarau ce lundi

Lundi, dans ce Brügglifeld qui est un très bel endroit pour obtenir un titre de champion tant ce stade respire le football que l’on aime, les joueurs du LS ont crié leur joie pendant de très longues minutes. Les murs de la mythique enceinte ont tremblé et on doit souligner absolument l’extrême classe des Argoviens, joueurs, membres du staff et spectateurs, qui n’ont eu de cesse d’applaudir et d’honorer les Lausannois pour ce titre amplement mérité. Il faudra s’en souvenir, au cas où les Argoviens devaient venir une fois fêter quelque chose à la Pontaise ou à la Tuilière: ce lundi 9 mai 2016, ils ont été parfaits et il faudra leur rendre la pareille avec autant d’élégance, un jour proche ou lointain.

Le LS avait déjà donné un indice de sa force le 18 juillet 2015

Que ce Lausanne-Sport fait plaisir à voir, lui qui a su allier l’extrême compétence footballistique de Fabio Celestini à un esprit de groupe que l’on a rarement vu ailleurs. C’est plus facile quand on gagne? Oui, bien sûr, mais ce groupe n’a pas attendu d’être premier pour bien fonctionner. La preuve? On remonte à la première journée de ce championnat, il y a neuf mois, lorsque le FC Bienne menait 1-4 à la Pontaise à la 75e. Ce jour-là, une simple équipe aurait peut-être perdu 2-4, voire 3-4, au prix d’une remontée aussi belle qu’inutile. Mais ce Lausanne-Sport là a montré sa force mentale ce jour-là, déjà, s’imposant 5-4. On ne peut pas dire qu’on n’ait pas été avertis: dès la toute première journée de championnat, le LS nous avait envoyé un message. Ce samedi 18 juillet, Arnaud Bühler et ses copains ont expliqué à tout le monde qui ils étaient vraiment et ce qu’ils comptaient faire de cette saison. Encore fallait-il l’écouter…

Une bataille d’eau de fort belle facture

Lundi, ils ont fêté, encore et encore, au son des « Campeon, Campeon », histoire que Kevin Mendez, Santiago Feuillassier et Walter Pandiani se sentent comme à la maison. Ensuite? Beaucoup de musique, dont le fameux « I Will survive », bien sûr, et aussi d’autres morceaux que notre culture musicale inexistante nous empêche d’identifier, mais qui donnaient envie de frapper dans les mains et, apparemment, de s’envoyer pas mal d’eau à travers la tronche, vu que dix minutes des festivités, à peu près, ont été consacrées à cette activité assez amusante, on doit le reconnaître (surtout qu’on n’a pas été touché). Le meilleur au jeu de la gourde pleine d’eau? Mention très bien à Jetmir Krasniqi. Le grand perdant du jour? Sans doute le capitaine, Olivier Custodio, dont le t-shirt blanc devra sécher sur le dossier de son siège durant tout le trajet retour.

Le travail de Team Vaud enfin valorisé au plus haut niveau

Puisse le Lausanne-Sport conserver cet enthousiasme dans quelques semaines, quand les défaites seront un peu plus nombreuses qu’aujourd’hui. Pour que cette remontée dans l’élite, que l’on a pris tellement de plaisir à suivre cette saison, reste dans toutes les mémoires comme le premier pas d’un avenir radieux et non pas comme un succès sans lendemain. On a tellement envie de dire merci à Alain Joseph, un peu, et à Fabio Celestini, beaucoup, pour ce qu’ils ont apporté au football vaudois cette année, qu’on veut croire que cela va continuer dans les mois et dans les années à venir. Parce que si le travail de Team Vaud, et donc de l’ensemble du football vaudois, est valorisé aujourd’hui, c’est bien parce qu’enfin, la première équipe ouvre la porte à ses talents et ne les laisse pas s’envoler dans les clubs de 1re ligue après la fin de leur cursus.

Le LS a perdu plusieurs années

On le sait, on les voit toutes les semaines sur les terrains de 1re ligue. Ils s’appellent Stevo Gasic, Muamer Zeneli, Florian Gudit et ils font partie de ce qu’on a envie d’appeler la « génération sacrifiée ». Ils ne sont pas potentiellement aussi forts que ceux d’aujourd’hui, Olivier Custodio, Numa Lavanchy et Ming Yang-Yang? Désolé, mais ce n’est pas notre avis. Si ces trois joueurs-là sont aussi forts aujourd’hui, titulaires au sein du champion de Challenge League, c’est parce qu’ils ont des qualités naturelles, bien sûr, mais aussi parce que leur club leur a fait confiance. Ils ont mis du leur, le club a mis du sien. Le LS, il faut le dire, a perdu plusieurs années en ne faisant pas confiance en ce qui était sous son nez, et en allant chercher à l’étranger ce qu’il avait à la maison, mais heureusement, le club-phare du canton a inversé la tendance. Et pour cela, on ne peut que féliciter ses dirigeants pour le virage entrepris cette année. Bravo messieurs et surtout merci pour cette magnifique saison.

 

Les hommes du match

Nicolas Gétaz a tout fait lundi au Brügglifeld: il a marqué le 0-1 d’une reprise parfaite sur un corner de Samuele Campo (32e), il a provoqué le penalty du 1-2 de manière un brin naïve (69e) et il s’est fait expulser beaucoup trop sévèrement (84e), tout en débordant plusieurs fois et en défendant toujours aussi bien. Un match plein et son 5e but de la saison, déjà, soit autant que Numa Lavanchy, son penchant sur le côté droit. Les latéraux du LS ont donc marqué 10 buts cette saison! Belle prestation également de Samuele Campo, très convaincant à mi-terrain. Un but et un assist pour l’ancien capitaine du FC Bâle M21.

Les prochains rendez-vous

Lausanne reçoit Schaffhouse vendredi à 19h45 à la Pontaise.

FC Aarau – FC Lausanne-Sport 1-2 (0-1)

Buts: 32e Gétaz 0-1; 52e Campo 0-2; 69e Rossini, pen. 1-2

Arbitres: M. Tomasz Superczinsky, assisté de M. Carmine Sangiovanni et de M. Michaël Lüthi.

FCA: Deana; Nganga, Burki, Garat, Jaggy; Romano (67e Perrier), Peralta, Jäckle, Carlinhos; Rossini (73e Lieder), Josipovic (79e Radice).

Entraîneur: Marco Schällibaum.

LS: Castella; Lavanchy, Monteiro, Bühler, Gétaz; Manière; Campo (71e Dessarzin), Ming, Margairaz, Mendez (78e Marazzi); Pandiani (85e Alvarez).

Entraîneur:  Fabio Celestini.

Brügglifeld. 3440 spectateurs. 84e, expulsion de Nicolas Gétaz (deuxième avertissement).

Categories: Football d'élite

Ecrire un commentaire

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*