Un point, entre fierté et regrets

Un point, entre fierté et regrets

« Mon sentiment? De la déception. On n’a pas le droit de laisser filer la victoire comme ça! Il restait une minute et demie, c’est tout! Quand on vient de marquer le 2-3, on déblaie, on met une balle en tribunes, l’autre en touche. » Claude Gross a beau se repasser dans sa tête l’action du 3-3, à la 94e, il ne comprend toujours pas. Il y a eu ce long dégagement, cette déviation de Pak, et cette reprise d’Antonio Marchesano, encore lui. Au bout du temps additionnel, face à un kop biennois en folie, le meneur de jeu seelandais a réussi son… troisième but de la soirée. Les Montains, qui venaient de marquer le 2-3 par Drilon Pacarizi quelques instants auparavant, sont abattus. Eux qui pensaient tenir leur première victoire de la saison devront patienter. Alors oui, il y a des regrets, c’est sûr. Mais il doit aussi y avoir de la fierté d’avoir offert un superbe spectacle à un public ravi. Oui, Le Mont a fait beaucoup pour son image mercredi.

Un FC Le Mont ultra-offensif

Car ce choc, soyons clairs, a été splendide. La Tissot-Arena avait vécu une première un peu triste le week-end dernier, avec un vilain 0-0 entre Bienne et Wil. Mercredi, devant 2513 spectateurs ravis, le show a été total entre deux équipes qui se sont rendues coup pour coup. Claude Gross avait déjà donné le ton d’entrée, en alignant une équipe ultra-offensive. En clair? Une ligne de quatre derrière et Xavier Hochstrasser devant la défense. Et sinon? Deux ailiers ultra-offensifs, Drilon Pacarizi et Adrian Alvarez. Un joueur de classe au coeur du jeu, Daniel Gygax. et deux vrais attaquants, Bojan Dubajic et Ohran Mustafi! Clairement, Le Mont ne venait pas à Bienne pour défendre ou pour visiter la Tissot-Arena. En face, les Seelandais s’alignaient en 4-2-3-1 avec trois joueurs vaudois titularisés: Jérémy Manière en défense centrale, Thibault Corbaz au milieu de terrain et Benjamin Kololli sur le côté droit.

Mustafi face à Frick, comme à Servette pour le match du maintien en mai dernier

La première mi-temps? Dominée par Bienne, mais pas de façon trop outrageuse non plus. L’ouverture du score était cependant dans l’air, mais la défense montaine est coupable d’avoir laissé Antonio Marchesano trop seul, lui qui n’a eu aucune peine à tromper Jonas Omlin d’un petit ballon entre les jambes du gardien lucernois (33e). Sonnés, les Vaudois? Pas vraiment, non. Trois minutes plus tard, Adrian Alvarez était accroché et déséquilibré par Kofi Schulz dans la surface de réparation. Penalty transformé sans trembler par Ohran Mustafi, qui en avait déjà marqué un face à Jérémy Frick. C’était au Stade de Genève et Mustafi avait offert le maintien au Mont sur ce coup-là, tirant… exactement où il l’a fait mercredi. Frick s’en était rappelé et a plongé du bon côté, mais le tir de l’attaquant était trop bien placé. 1-1 à la pause!

Le Mont était meilleur à onze contre onze

La deuxième période débutait par un coup du sort, l’expulsion de Zlatko Hebib. L’ancien défenseur d’Yverdon Sport, déjà averti, a commis une faute d’antijeu inutile et a dû laisser ses partenaires à dix dès la reprise. Une expulsion d’une naïveté folle, mais qui n’a pas déstabilisé Bienne, bien au contraire. Le Mont, avec un homme de plus, s’est retrouvé complètement emprunté et n’a pas su faire le jeu. « C’est vrai, on a été bons à 10 », relevait avec pertinence Jérémy Manière. Bienne a même tiré sur le poteau peu après, par l’excellent Kreso Ljubicic. Le Mont a connu son plus grand passage à vide de la 50e à la 65e, alors même que Bienne jouait avec un homme de moins! La possession de balle était biennoise, les occasions aussi, et on commençait vraiment à se demander ce qui n’allait pas chez les Vaudois.

Une très belle action pour le 1-2 de Xavier Hochstrasser

Mais heureusement, ils se sont réveillés peu après l’heure de jeu et ont vraiment montré un beau visage. Le 1-2 est tombé au terme d’une action magnifique, avec un débordement de Drilon Pacarizi, un centre pour Adrian Alvarez qui a pu dévier pour Xavier Hochstrasser. L’ancien joueur d’YB et de Lucerne a fixé Jérémy Frick et l’a trompé d’un petit ballon à ras de terre. Du très bon travail et la preuve que Le Mont sait aussi jouer au football. Malheureusement, l’expulsion de Ferid Matri à un quart d’heure de la fin, allait changer un peu la donne et le match, dès lors, allait devenir complètement fou.

Sept minutes de folie furieuse

En clair? Le 2-2 splendide d’Antonio Marchesano à la 86e (enchaînement contrôle de la poitrine et volée sous la latte en se retournant), le 2-3 de Drilon Pacarizi à la 93e (débordement d’Adrian Alvarez, talonnade géniale de Luis Pimenta pour Pacarizi) et le 3-3 de Marchesano à la 94e, devant un kop en furie. Les supporters seelandais ont poussé leur équipe à la victoire dans leur tout nouveau stade et on préférera retenir ces belles images de communion.

 

Un match bon pour l’image

Bien sûr, pour qu’il y ait six buts et deux expulsion dans un match, il faut qu’il y ait eu des erreurs. Elles ont été nombreuses et elles empêcheront peut-être Patrick Rahmen et Claude Gross de dormir. Mais nous, on ne va pas jouer aux hypocrites: on a adoré cette soirée de football, dans un stade neuf, avec un public heureux et six buts devant nos yeux. Le Mont a perdu deux points, Bienne aussi, mais au final, chacun en a gagné un. Et surtout, Bienne et Le Mont ont offert un spectacle magnifique et proposé une belle publicité pour la Challenge League. Ça ne rapporte pas de point? C’est vrai. Mais c’est bon pour l’image. Et comme Le Mont veut apparemment la soigner, ce match-là est bon à prendre.

Les hommes du match

Antonio Marchesano a été génial. Trois tirs, trois buts, pour le meneur de jeu du FC Bienne. Arrivé cet été de Winterthour, il fait déjà très forte impression et restera dans l’histoire comme le premier buteur officiel de la Tissot-Arena. Il a tellement bien fait les choses qu’il a débuté par un triplé. Sinon? Jérémy Manière a été très fort, comme toujours. Une valeur plus que sûre en défense centrale. Il a gagné tous ses duels, que ce soit face à Bojan Dubajic ou Ohran Mustafi.

Du côté du Mont, mention très bien à Xavier Hochstrasser. On avait un peu peur pour lui vu la configuration ultra-offensive du Mont et, comme d’habitude, il a couru pour plusieurs. Il sortait d’une prestation très moyenne face au LS et, comme tous les bons joueurs, il a réagi sur le terrain. Son 1-2 est bien mis et il a globalement été très bon. Adrian Alvarez mérite également sa place dans cette rubrique. Pour sa première titularisation de la saison, il a été impliqué sur les trois buts de son équipe! Il obtient le penalty du 0-1, dévie le centre de Pacarizi pour le 1-2 de Hochstrasser et centre pour Pimenta, qui talonne pour Pacarizi, sur le 2-3. Il a fait les mauvais choix, parfois, et manque encore de lucidité. Sa débauche d’énergie est telle qu’il manque encore de qualité dans le dernier geste, mais il a tenu 90 minutes sans baisser d’intensité, ce qui est déjà bien.

Les prochains rendez-vous

Le Mont va en Coupe de Suisse défier le SC Buochs (1re ligue), quart de finaliste l’an dernier. Coup d’envoi à 20h.

FC Bienne – FC Le Mont-sur-Lausanne 3-3 (1-1)

Buts: 33e Marchesano 1-0; 36e Mustafi, pen. 1-1; 70e Hochstrasser 1-2; 86e Marchesano 2-2; 92e Pacarizi 2-3; 94e Marchesano 4-4.

Arbitres: M. Sandro Schärer, assisté de M. Vital Jobin et de M. Stephan Jedelhauser.

Bienne: Frick; Zangger (82e Kilezi), Manière, Hebib, Schulz; Ljubicic, Corbaz; Kololli, Marchesano, Brunner (50e Ferati); Karlen (63e Pak).

Entraîneur: Patrick Rahmen

Le Mont: Omlin; Reis, Tall, Matri, Ciss; Alvarez, Gygax (63e Chappuis), Hochstrasser, Pacarizi; Dubajic (75e Fermino), Mustafi (63e Pimenta).

Entraîneur: Claude Gross

Tissot-Arena, 2513 spectateurs. 47e, expulsion de Zlatko Hebib (deuxième avertissement). 74e, expulsion de Ferid Matri (deuxième avertissement).

Categories: Football d'élite

Ecrire un commentaire

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*