Turc Lausanne était tout simplement meilleur

Turc Lausanne était tout simplement meilleur

On va finir par croire que l’on est vraiment le chat noir du FC Donneloye. Depuis la création de footvaud.ch, au printemps 2013, nous n’avons que des souvenirs négatifs de nos visites au club nord-vaudois. Des défaites, des expulsions et même une relégation. Au point que l’on commence à se dire que la meilleure chose que pourrait faire le comité du FC Donneloye serait de nous interdire de stade, tant à domicile qu’à l’extérieur. Une preuve? En ce début de nouvelle saison, le FCD était en forme, allant chercher un point à Savigny-Forel avant de battre Chavornay en Coupe vaudoise. Pas de raison, donc, de trembler pour les Oies en allant à Chavannes pour affronter Turc, ce dimanche à 13h, croyait-on en se rendant au match. Le résultat? La première défaite de la saison pour Donneloye, avec deux joueurs expulsés. Le chat noir s’appelle footvaud.ch, clairement.

Il y encore quelques semaines, Turc était en 4e ligue et Donneloye en 2e, mais l’écart ne s’est vraiment pas vu sur le terrain principal de Chavannes. D’entrée, les hommes de Gökan Savci étaient les meilleurs et prenaient le contrôle du match. Un poteau après 30 secondes de jeu, et une emprise totale sur le jeu. Une illustration? A la 5e minute, l’entraîneur de Turc hurlait à ses joueurs: « On est bien, là! On continue comme ça! », tandis que David Tenthorey, quelques mètres plus loin, optait pour le classique: « Le match a commencé, les gars! On roupille, là! ». Tout était dit. Donneloye, disposé en 3-5-2, était étonnamment fébrile (le manque d’habitude d’un match à 13h?), mais… ouvrait la marque après huit minutes.

Jérôme Thomas – Raphaël Vanotti: un contre à 1000 à l’heure pour le 0-1

Une ouverture du score absolument imméritée, puisque les visiteurs entraient pour la toute première fois dans la moitié de terrain turque, mais tout à fait limpide. Une balle sur le côté, Jérôme Thomas qui va vite et centre très intelligemment à ras de terre pour Raphaël Vanotti. Du très bon travail. Même en l’absence d’Hervé Vallotton (opération aux dents), Donneloye prouvait que la contre-attaque faisait partie de son répertoire et Turc ne pouvait pas en croire ses yeux. Cela s’appelle se faire punir, et de fort belle manière.

Berkay Ozcan, quel joueur!

Mais les Lausannois reprenaient leur domination sous l’impulsion d’un Berkay Ozcan absolument étincelant. Le numéro 8 de Turc a un gros caractère, il provoque sans cesse ses adversaires, il râle sans arrêt, il parle, il est insupportable pour ses adversaires. Mais alors, pardon, quel joueur! C’est bien simple: il a tout. Ses contrôles orientés sont des merveilles, il a le dribble facile et, de son poste de milieu gauche, il n’hésite pas à demander le ballon et à en faire bon usage. Très fort. Jimmy Sesa, également un joli caractère, s’est embrouillé avec lui plusieurs fois, et on a aimé ce duel de haut niveau entre ces deux joueurs de couloir que l’on prendrait immédiatement si on devait former une belle équipe de 2e ou de 3e ligue. Bref, Turc était là, et bien là, et parvenait fort logiquement à égaliser avant la pause.

Daniel Santos égalise de manière logique

Le 1-1? Venu des pieds de Daniel Santos, le défenseur central, à la réception d’un long coup-franc repoussé en catastrophe par la défense de Donneloye. Turc allait même passer tout près du 2-1, à la 43e, mais Berkay Ozcan échouait face à Joël Riond, préféré à Damien Gfeller dans les buts du FCD. Match nul à la pause, mais pas de quoi être satisfait pour David Tenthorey et Christian Leuenberger, le duo d’entraîneur des Nord-vaudois. Le discours à la pause envers ses joueurs a été clair et, sans l’avoir entendu, on l’imagine ainsi: faites à peu près tout le contraire de ce que vous venez de faire pendant 45 minutes.

Le doublé pour Raphaël Vanotti

Les Oies sont ainsi revenues bien mieux en place après la mi-temps et, surtout, plus disciplinées et plus motivées. Le 1-2 à la 55e venait ainsi récompenser un vrai temps fort. Le but? Une frappe de Sébastien Jäggi, déviée par Jonathan Perez (le gardien lausannois) sur le montant de son but. Hélas pour lui, Raphaël Vanotti avait tout compris et inscrivait tranquillement son deuxième but personnel de la journée. Bien joué de sa part, en vrai chasseur de buts. Alors, Donneloye lancé vers les trois points et enfin entré dans le match? On l’a cru pendant une minute.

Donneloye a tenu son avantage durant quelques minutes seulement

Pourquoi si peu de temps? Parce que l’expulsion de Flavio Da Silva allait briser cette belle dynamique. Après avoir tenté le 3-5-2, on l’a dit, David Tenthorey avait demandé à Da Silva de reculer en défense centrale pour revenir en 4-4-2. Un choix payant, jusqu’au deuxième avertissement de Da Silva pour une faute indiscutable. Le premier jaune était peut-être un peu litigieux, mais le deuxième était net. Donneloye, donc, allait devoir jouer une demi-heure à dix. Mais, sincèrement, on sentaient Yann Leuenberger et ses coéquipiers capables de tenir. Cinq minutes plus tard, on s’était déjà trompé.

Muana Minkoue, le très bon attaquant lausannois, s’en allait en effet défier Riond en un contre un et inscrivait le 2-2 sur une superbe passe de Berkay Ozcan  à la 57e. Trois minutes après, un corner de Senad Murseli était repris de la tête par Daniel Santos pour le 3-2. Et là, en pleine confiance, avec un but d’avance et un joueur de plus, Turc avait match gagné. S’il y avait encore un doute, Aleksandar « Atik » Dikosavic se chargeait de le lever, en reprenant de la tête un corner de ce même Senad Murseli. Et dire qu’avec ses 2m, il n’a même pas eu besoin de sauter! 4-2 à la 70e, match plié.

A 10 contre 9 au coup de sifflet final

Et si vraiment il y a encore des gens qui pensaient que Donneloye pouvait revenir, l’expulsion de Jimmy Sesa (72e) allait se convaincre de faire comprendre à tout le monde que, non, le FCD ne repartirait pas avec un point de Chavannes dimanche. A 9 contre 11, les visiteurs devaient surtout penser à éviter une plus large défaite au cours d’une fin de match tendue. Dikosavic se fera d’ailleurs lui aussi expulser, et Noé Duc inscrira le 4-3, au bout des arrêts de jeu, sur un ballon mal négocié par Perez. Mais il était trop tard pour espérer quelque chose. L’après-match? Un peu de confusion, quelques échanges entre hommes et un peu d’agressivité qui devait sortir de part et d’autre. Bref, on se réjouit du match retour et on se dit que Turc sera attendu à Donneloye. Un match à cocher dans l’agenda, sans aucun doute.

Turc a le niveau de 3e ligue, c’est sûr

Quels enseignements tirer de ce match? Que Turc a le niveau de 3e ligue, déjà, mais on n’en doutait pas forcément après leurs 17 victoires d’affilée en 4e ligue l’an dernier et la manière dont ils ont survolé les finales de promotion. Aller jouer à Chavannes sera toujours compliqué et Turc possède quelques magnifiques joueurs et un collectif au point. On l’a déjà dit, et on le répète volontiers: le travail qu’accomplit Gökan Savci avec son équipe force le respect.

Et Donneloye? Sur ce match, mis à part le début de la deuxième période, on ne peut pas dire qu’on ait été séduit par ce que l’on a vu. Au delà des deux rouges, qui sont des faits de jeu, on n’a pas senti une équipe prête à se révolter et à tout faire pour aller chercher les trois points. Pour conclure, on tient à rassurer David Tenthorey: samedi prochain, face à Granges-Marnand, on ne fera pas le déplacement. Il y a donc largement de quoi espérer les trois points et une magnifique victoire.

 

Les hommes du match

Du côté de Turc, deux joueurs sont sortis du lot. Le premier? Berkay Ozcan. On en a déjà parlé, mais lui, il est spécialement fort. On l’avait déjà repéré en 4e ligue l’an dernier, et il confirme tout le bien que l’on pense de lui. Ses adversaires n’apprécieront pas de le voir dans cette rubrique, mais on n’est pas ici pour distribuer les points de bonne tenue, mais pour mettre en valeur des footballeurs de talent. Gros match également de Senad Murseli. Ce milieu de terrain axial tire tous les coups de pied arrêtés, et plutôt bien. C’est pls facile avec le double mètre d’Atik Dikosavic à la réception? D’accord, mais il n’empêche: le coup de patte est de qualité.

Gaëtan Pasche est une valeur sûre à Donneloye. A trois ou à quatre, il assure et ne passe jamais à côté de son match. Il a surtout été bon en première période, mais sa constance et son calme sont des qualités essentielles à une équipe qui peut manquer de ces vertus (surtout de la deuxième). Enfin, on mentionnera Jérôme Thomas, qui a eu le grand mérite de ne jamais rien lâcher, fidèle à son caractère. Il a eu des occasions, il s’est battu, et il finit avec le bilan d’un assist. On l’a beaucoup vu et c’est plutôt bon signe pour un attaquant.

Les prochains rendez-vous

Le FC Donneloye reprend le samedi 6 septembre, avec la réception de Granges-Marnand. Coup d’envoi à 19h. Turc ira à Payerne, affronter la II, dimanche 7 septembre à 14h30.

FC Turc Lausanne – FC Donneloye 4-3 (1-1)

Buts: 6e Vanotti 0-1: 28e Daniel Santos 1-1; 55e Vanotti 1-2; 57e Muana Minkoue 2-2; 60e Daniel Santos 3-2; 70e Dikosavic 4-2; 90e Duc 4-3.

Arbitre: M. Nunes.

Turc: Perez; Durmus (64e Bal), Daniel Santos, Nzita (70e Eberhard), H. Savci; Yildiz, A. Savci, Berkay Ozcan (78e Emini), Murseli; Dikosavic, Muana Minkoue.

Entraîneur: Gökan Savci.

Donneloye: Riond; Pasche, Leuenberger, Stubi (67e Mercier); J. Sesa, Flavio Da Silva, Lambercier (74e Duc), Porchet (64e M. Sesa), Jäggi; Thomas, Vanotti.

Entraîneur: David Tenthorey.

Chavannes-près-Renens, terrain principal. Expulsions de Flavio Da Silva (56e, deuxième avertissement), J. Sesa (72e, deuxième avertissement) et Dikosavic (89e, deuxième avertissement).

Categories: 3e ligue, FC Turc Lausanne