La troupe de Cornu est sur de bons rails

La troupe de Cornu est sur de bons rails

Le club présidé par Yannick Schelker, mécanicien de locomotive, va au-devant de jours meilleurs. A Chavannes, la troupe de Stéphan Cornu a, en effet, battu Sport Lausanne Benfica.

 

C’est l’heure d’un bon café à la pause. Il pleut, il vente, il fait froid à Chavannes en ce dimanche matin n’augurant rien de bon. « On aura le soleil en seconde mi-temps », dit Yannick Schelker, président du FC Grandson-Tuileries déjà souriant, à l’arbitre avant la rencontre contre Sport Lausanne Benfica. A la mi-temps, le score est de 1-1 (penalty marqué par Huguenin, 0-1, égalisation de Borges devant une poignée de spectateurs). « Cet été, il y a eu à Grandson beaucoup de changements – dans la une et dans la deux – et on a changé d’entraîneur au début du mois d’octobre (Stéphan Cornu a succédé à Daniel Costescu, dont ce n’était peut-être pas le bon moment pour être entraîneur en chef). En 8 ans, c’est la première fois qu’une telle situation se produit, mais Daniel est resté au club, il y assure des tâches. » Ces deux dernières saisons, le FC Grandson-Tuileries a tutoyé le haut du tableau (une fois premier, une fois deuxième). Pour cet exercice, il en ira différemment ; mais que de plaisir malgré tout. Ne serait-ce que celui de se revoir.

 

(Crédit photo: Raul Ferreira)

Des joueurs du cru

Les joueurs du FC Grandson-Tuileries sont des clubistes. « Jamais on ira chercher des éléments à l’extérieur. Le club est fort de 19 équipes. Le budget, pour l’ensemble, est de Frs 160´000.-. On est un des plus gros clubs vaudois en termes de formation. Les joueurs qui sont là sont du cru ; ou ont souhaité jouer chez nous », souligne en gras le Président, dans ce fauteuil depuis 2010 et mécanicien de loco depuis le mois d’août . « C’est un rêve qui s’est réalisé. » Il sourit. Auparavant, Yannick Schelker était RH dans une société privée. « Depuis quelques mois, j’apprends à vivre avec d’autres horaires.  Conséquence : ce sont mes présences aux matches. Elles sont inégales, mais pour le reste il n’y a pas de problèmes. Il faut s’organiser. J’ai une famille, elle aura toujours ma propriété. » Il siège aussi au Conseil communal. Il y défend, notamment, le projet pour une réfection moderne des installations destinées au foot.

 

Pour piloter une locomotive, Yannick Schelker a suivi une formation soutenue et très intense qui a duré 14 mois. « Le 18 août, j’ai reçu mon permis. Les CFF forment jusqu’à 42 ans, j’en ai 44. J’ai toujours voulu faire ça, conduire une loco et tout a commencé il y a longtemps, à Yverdon, quand j’ai entrepris un apprentissage de mécanicien sur machines aux CFF. »

 

 

Le FC Grandson-Tuileries, qui occupe le bas de classement, est-il désormais sur de bons rails ? En disposant de Sport Lausanne Benfica 2-1 (but de Tenka Sonam, 84e, son équipe évoluait pourtant à 10, expulsion de Chabod, 2 cartons jaunes, 70e), la troupe de Stéphan Cornu peut entrevoir son avenir avec davantage de sérénité. « Je suis très fier de mes joueurs », dit l’entraîneur. « Ils ont un état d’esprit extraordinaire, ils sont à l’écoute. Il y a de la qualité dans le groupe. » Ce sont aussi des bosseurs et sur le synthétique très fatigué de Chavannes et ses feuilles mortes, cette essence sportive, ajoutée à une belle maîtrise des émotions, leur a permis de vaincre.

Ecrire un commentaire

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*