Trois voitures de police à Payerne

Trois voitures de police à Payerne

Iliria Payerne (3e ligue) recevait Bosna Yverdon (2e ligue) sur le terrain synthétique du Stade Municipal de Payerne mardi soir. L’enjeu? Une place au premier tour principal de la Coupe vaudoise. Hélas, la rencontre n’a pas pu aller jusqu’à son terme.

Match interrompu à cinq minutes de la fin

Alors que le score était de 1-1 à quelques minutes de la fin, l’arbitre de la rencontre a sifflé un penalty pour Bosna. A ce moment-là, et selon plusieurs témoignages, un joueur yverdonnois, qui avait été remplacé à l’heure de jeu et était allé se doucher, a voulu revenir dans l’enceinte grillagée, mais un membre du club d’Iliria l’en a empêché, lui expliquant que seuls les joueurs pouvaient y aller. Le joueur en question, avec tout l’équipement de Bosna, lui a expliqué qu’il était joueur, sur la feuille de match, mais rien n’y a fait. Le ton est monté et le joueur s’est alors fait agresser par plusieurs personnes, notamment à coup de barre de fer. Les membres du club de Bosna ont alors appelé la police, qui est arrivée avec trois voitures et six gendarmes.

Nijaz Alic: « Les joueurs d’Iliria ont été exemplaires »

Plusieurs heures après les faits, Nijaz Alic était toujours choqué. Le président de Bosna a fermement condamné l’attitude des Payernois: « On a eu peur pour notre vie. Ils nous ont dit qu’ils allaient nous tuer et ils ont violemment frappé notre joueur. Heureusement, on a pu le tirer à l’intérieur, où il n’y avait aucun danger. Les joueurs d’Iliria ont été exemplaires, je tiens à le dire. Tout s’est bien passé avec eux pendant le match, même s’il y a eu une expulsion de chaque côté. L’équipe n’a rien à se reprocher. Par contre, les spectateurs et les gens du club, c’est une honte. »

Le joueur en question a déposé plainte à la police

L’arrivée de la police a permis de calmer les choses et le joueur agressé n’a pas hésité à déposer plainte. « Il est sorti du poste de police à 1h du matin », précise le président de Bosna. Du côté de l’ACVF, on préfère ne pas trop s’avancer pour l’instant. « On a reçu le rapport de l’inspecteur fair-play et il est clair. On attend maintenant le rapport de l’arbitre pour décider de la suite », explique le secrétaire général Alain Klaus.

« Une poignée d’inconscients ruinent nos efforts »

Fehmi Sylaj, président d’Iliria, sait que son club risque gros et s’en inquiète: « Je n’étais pas au match, ayant un engagement ce soir-là. Les faits précis, je ne peux pas vous les donner. Ce que je sais, par contre, c’est qu’on ne doit pas s’attendre à une quelconque indulgence. Moi, ça me fait ch… parce qu’on travaille sans relâche pour faire vivre ce club et qu’une poignée d’inconscients ruinent nos efforts. Si on doit prendre des mesures à l’interne, on le fera. Mais de nouveau, aujourd’hui, je ne sais pas encore précisément ce qui s’est passé et qui est impliqué. » Le président était lui aussi touché, lui qui oeuvre pour son club et qui sait que ce genre d’incidents est très dommageable pour la réputation d’Iliria.

Categories: Coupe vaudoise

Ecrire un commentaire

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*