Trois questions à… Ugo Raczynski

Trois questions à… Ugo Raczynski

Le FC Vevey Sports 05 a remporté ses six derniers matches de championnat! En comptant la Coupe suisse (qualification face à Dardania), Zoran Djukic et ses coéquipiers ont fait tout juste depuis sept rencontres. Une série impressionnante pour le néo-promu, emmené par un Jonathan Caeiro plus que jamais en feu. Samedi, les Veveysans sont allés s’imposer à Plan-les-Ouates (0-4) grâce à un triplé de leur attaquant portugais et à un but du Togolais Mickaël Dogbé. Stade-Lausanne-Ouchy ayant perdu à Servette M21, Vevey se trouve à trois points de la première place. Mieux, les joueurs d’Ugo Raczynski ont désormais cinq points d’avance sur le troisième, Perly-Certoux!

Ugo Raczynski, on pensait que Vevey serait solide cette saison. Mais de là à pointer à la 2e place, tout près du SLO… Est-ce une vraie surprise pour vous?

C’est vrai que nous ne sommes qu’à trois oints de la premiere place. Nous sommes désormais un solide numéro 2. Cela va peut-être vous faire sourire, mais l’objectif est toujours le maintien, pour préparer au mieux la saison prochaine. On veut l’obtenir le plus vite possible et c’est vrai que là, ça tourne bien. Mais je ne suis pas surpris, non. La majeure partie de ce groupe a déjà connu la 2e inter, avant la descente en 2e ligue régionale. J’ai une grande confiance en eux. Et voilà, on est là. Le travail paie. Mais bon, on ne va pas trop s’enflammer. On a vu ce qu’a donné notre match contre Stade-Lausanne…

Justement, depuis ce sec 7-2 et la défaite la semaine d’après face à Perly (3-4), vous gagnez tous vos matches et, surtout, vous ne prenez plus de but, ou quasiment. Est-ce dû à votre choix de ne jouer qu’avec un attaquant, soit Jonathan Caeiro, soit Mickaël Dogbé?

C’est vrai, que l’on avait pris onze buts en deux matches et que depuis, nous n’en avons pris qu’un. Il y a une prise de conscience de la part des joueurs. C’est bête à dire, mais la 2e ligue régionale, ce n’est pas la 2e ligue interrégionale. Les efforts, il faut les faire. En ce qui concerne Dogbé et Caiero, oui, nous avons fait le choix de jouer qu’avec un attaquant. Contre Chênois, ils ont joué les deux et ils ont dynamité la défense adverse. Mais ce sont deux joueurs à vocation très offensive. C’est vrai que ce n’est pas naturel pour eux de défendre. Heureusement pour eux, d’ailleurs! Mais cela nous oblige à ne jouer qu’avec un d’entre eux, pour l’équilibre de l’équipe. Et comme Caeiro fait de vraies différences, les mêmes qu’il faisait en 2e ligue, c’est lui qui a la place pour l’instant. Dogbé est plus utilisé comme joker. Et là, vu notre série, c’est difficile de changer quoi que ce soit. Mais bon, on l’a encore vu ce soir, Caeiro met deux buts, on fait rentrer Dogbé, il donne un assist à Caeiro et il marque le quatrième!

Est-ce que votre attaquant togolais vit bien cette situation?

Mais tout le monde le vit bien, vu que ça marche. C’est un systeme qui fonctionne, ce serait malvenu de le changer. Mais attention, c’est le football, tout peut être vite remis en question. Aujourd’hui, ce qui compte, c’est de rester humble. On l’ vu aujourd’hui, ça peut se jouer à rien. Plan-les-Ouates, un bon adversaire,  manque un penalty, et on marque les deux premiers buts juste derrière. Ca se joue à pas grand-chose. On n’oublie pas d’être ambitieux, on joue chaque match pour gagner, mais il faut garder cette humilité. Si on aimerait rester invaincus jusqu’à la trêve? Oui, ce serait une belle récompense pour tout le groupe. On a travaillé sur la continuité de la saison dernière, mais on a amené quelques joueurs pour être compétitifs en 2e inter, et tenir le choc. Cela a amené certains titulaires de l’an dernier à se retrouver sur le banc. Mais ils ont la bonne attitude: quand ils entrent, ils apportent quelque chose. Je peux faire des changements sans rien enlever à la qualité et à la performance d’ensemble. Cela, c’est très précieux, aussi.