Trois questions à… Pietro Rinaldi

Trois questions à… Pietro Rinaldi

La II d’Azzurri 90 LS vient de gifler Saint-Sulpice (10-2) grâce notamment à un quadruplé d’Antonio Zarlenga. La route vers les finales est dégagée, mais les hommes de Pietro Rinaldi et de Nicola Arena doivent encore affronter Chêne Aubonne (dimanche 25 mai à 15h, à Aubonne), Crissier IA et Bursins-Rolle-Perroy II. Pas facile, mais les Azzurri comptent cinq points d’avance sur Aubonne, actuel 3e. Crans et Azzurri sont à égalité au premier rang avec 46 points, mais les Corbeaux sont largement meilleurs au fair-play que les Lausannois, qui ont cependant bien progressé dans ce domaine lors de ce second tour.

Pietro Rinaldi, ce choc à Aubonne dimanche s’annonce décisif!

Oui, on a l’occasion de se qualifier pour les finales en allant s’imposer là-bas. Je pense que Crans va aller chercher la première place, mais nous avons bon espoir d’avoir la deuxième. Nous sommes dans une bonne dynamique et nous allons préparer ce match sereinement. On a conscience que ce sera un gros choc et on va passer une semaine à conditionner les joueurs pour qu’ils soient prêts dimanche.

Un match nul vous satisferait-il?

C’est sûr que ce ne serait pas forcément un mauvais résultat… Mais on ne jouera pas pour un point, je peux vous l’assurer! On va vraiment y aller pour gagner, ne serait-ce que pour être sûr de laisser Crissier également loin derrière. On doit jouer contre eux la semaine d’après, et on aimerait bien que ce match n’ait plus aucune importance. Je vais le dire comme ça: on va tout faire pour gagner et s’il y a un nul, on l’accueillera avec plaisir.

A titre personnel, vous allez quitter le poste d’entraîneur de cette II…

Oui, on peut l’annoncer, c’est officiel. J’ai donné ce que j’ai à donner et toutes les bonnes choses ont une fin. Nous avons répondu à la mission confiée par M. D’Attoli, qui était de rapprocher la II de la 2e ligue. Si on n’y arrive pas cette saison, ce sera pour la prochaine. Il s’agissait d’une volonté forte de sa part, et je suis heureux et fier du chemin parcouru. On a gravi les échelons avec cette équipe, depuis la 5e ligue. Ce qui me plaît, c’est que nous avons réussi à créer un état d’esprit très clubiste, avec d’anciens joueurs de la première équipe. Je me suis beaucoup inspiré de ce qu’a fait Jean-Philippe Karlen, une personne que j’apprécie énormément et un excellent entraîneur. J’essaie d’être proche de mes joueurs, comme j’ai pu voir qu’il l’était. J’ai eu la chance d’être quelques fois dans le vestiaire avec lui et j’ai aimé sa philosophie. Cette II est une vraie équipe de club et je pense que M. D’Attoli peut en être fier aujourd’hui.

Categories: 3 questions à, 3e ligue

Auteur