Trois questions à… Nuki John

Trois questions à… Nuki John

Dardania Lausanne est tout simplement la meilleure équipe du 2e tour, dans le groupe 1 de 2e ligue inter. Avec cinq victoires en six matches, les Lausannois font très fort depuis la reprise, avec 19 buts marqués, soit une moyenne supérieure à 3 buts par match! Le maintien est désormais largement acquis, ce qui n’était pas forcément sûr à la trêve.

Samedi soir, Dardania a battu un de ses grands rivaux des dernières années, le FC Vevey, un des prétendants à la montée en 1re ligue Classic. En allant s’imposer 3-4 au Stade de Copet, les Lausannois ont fait fort, surtout après avoir été mené 2-0 par les Veveysans. Mais Vladimir Vladimirov, Gentian Bunjaku, Emilyan Ivanov et Simeon Zlatev ont offert la victoire aux hommes de Paulo Diogo. Du coup, on a eu envie d’appeler un président heureux.

Nuki John, vous nous disiez cet hiver que Dardania allait jouer le maintien, et vous êtes la meilleure équipe depuis la reprise! Vous nous aviez menti?

Non, non (rires)! Sincèrement, on est moins forts individuellement qu’au premier tour, mais collectivement, on est très bons. Il n’y a pas de star aujourd’hui, on est une vraie équipe. Et cela nous fait gagner des matches. On n’en a perdu qu’un, à Sierre, et j’estime qu’on aurait mérité mieux là-bas. C’est sympa, on a du plaisir à jouer ces matches, sans pression. Là, je crois qu’on a assuré le maintien.

Vevey joue la montée, et vous allez gagner là-bas, face à une équipe que vous connaissez bien…

Oui, c’était un super-match! On s’est retrouvé menés 2-0, mais on a retourné la situation pour mener 2-4.C’est dommage pour eux, mais ils ont encore les moyens de monter, c’est possible pour eux. Mais il faudra se méfier de tout le monde, rien n’est joué et je ne crois pas que Stade-Lausanne puisse faire un sans-faute jusqu’à la fin.

Comment s’annonce la suite? Vous êtes à 8 points de la tête, finalement… Avec la forme qui est la vôtre, vous pourriez encore rêver, non? A la trêve, vous aviez 15 points. Aujourd’hui, vous en avez 30!

La suite, c’est de continuer à jouer sans aucune pression. Je constate que ça nous réussit plutôt bien! De nouveau, on voit nos résultats et on me dit: « Mais tu as des stars? » Je réponds non, nous avons une équipe. Et c’est la réalité. Si l’on prend les Bulgares, je constate qu’individuellement, nous étions mieux armés au premier tour avec Nikolaï Tsvetkov et Todor Stoev, qui sont partis, même si « Vlade » Vladimirov est toujours là. Ceux qui sont venus cet hiver ont peut-être un peu moins de talent, je vous dis la vérité. Mais aujourd’hui, on gagne tous nos matches…

Auteur