Trois questions à… Marc Hubacher

Trois questions à… Marc Hubacher

« Oui, je suis allé placer ma tête en fin de match! On a la chance d’avoir un super tireur de corners, Samuel Guignard, et je n’avais qu’à être là, au bon endroit. » Marc Hubacher, le gardien du FC Bottens, est trop modeste: son but égalisateur face à Cheseaux a permis aux joueurs d’Alexandre Guignard d’arracher un point en toute fin de match, dimanche. Avec ce 1-1, le FCB conserve sa première place, à égalité de points avec Amical Saint-Prex. Direction les finales de promotion? L’ancien gardien du FC Echallens y croit, mais met ses coéquipiers en garde contre tout excès de confiance. A 34 ans, il se verrait bien continuer l’aventure en 2e ligue.

Marc Hubacher, s’agit-il du premier but de votre carrière?

Non, le deuxième! J’avais déjà marqué avec Echallens, en 1re ligue. Mais les sensations sont les mêmes en 1re ligue ou en 3e ligue. Quand vous voyez les filets trembler, c’est génial! On n’a pas eu trop le coeur à fêter ce but, pourtant, car on était surtout déçus du résultat. Franchement, on a perdu deux points, et on met un terme à une belle série au début de ce deuxième tour. C’est ce qui arrive quand on se montre un peu moins solidaires, un peu moins combatifs… Nous ne sommes pas une équipe meilleure que les autres. On devient meilleurs quand on se bat tous ensemble. Et dimanche, cela a été moins le cas que lors des autres matches. Face à Jorat-Mézières, une excellente équipe qui vaut mieux que son classement, on a gagné 0-1 à l’extérieur en étant solides et solidaires du début à la fin.

Vous dites que votre équipe n’est pas meilleure que les autres, mais vous avez quand même de belles individualités! Vous-même aux buts, Fabio Grosso devant, Samuel Guignard au milieu de terrain…

Oui, je n’ai pas dit que nous n’avions pas de bons joueurs. Mais si on parle de Fabio, par exemple, il nous fait énormément de bien quand il est là, mais il n’est pas présent à chaque match. Sincèrement, cette équipe de Bottens, c’est surtout un amalgame réussi entre les plus anciens comme nous et les plus jeunes. Le mélange a bien pris, et nous sommes toujours en course pour les finales. On est bien partis, mais comme je vous l’ai dit, il ne faut pas qu’on oublie nos valeurs. C’est la condition pour y arriver.

Bottens en 2e ligue, c’est un projet réaliste et viable?

Oui, bien sûr. On a la chance d’avoir une belle équipe, avec une superbe ambiance et de la qualité. On a un entraîneur, Alexandre Guignard, qui connaît très bien le football mais sait s’adapter au niveau où il est, et il y a une belle dynamique dans ce club avec des gens qui s’impliquent autour du président. On veut aller en finales, et bien sûr aller au bout. Moi, personnellement, j’ai très envie d’aller en 2e ligue, et je pense qu’on pourrait y arriver. On le voit dans ce groupe 4 de 3e ligue, qui est très fort: on rivalise largement et on pourra se maintenir, je le pense vraiment. Si c’était pour prendre des seilles tous les week-ends, ce ne serait pas la peine, mais il y a de la place, j’en suis convaincu. Dans la région, Assens y est déjà, mais joue le haut de tableau. Nous, on pourrait convaincre de bons joueurs de la région de nous rejoindre, pour construire une équipe de milieu de classement. En 3e ligue, il y a beaucoup d’offre là autour. En 2e ligue, on pourrait attirer des joueurs plus facilement, je pense. En tout cas, on va jouer le coup à fond.

Categories: 3 questions à, 3e ligue

Auteur