Trois questions à… Manuel Gonzalez

Trois questions à… Manuel Gonzalez

Parmi les cinq clubs vaudois engagés dans le groupe 1 de 2e ligue inter, il en est un qui se bat pour sa survie, avec coeur et enthousiasme. Si Malley est dernier, Dardania 10e et que Stade-Lausanne et Vevey sont confortablement installés en haut de classement, le FC Renens est 12e (premier relégable), mais à égalité de points avec Vernier (11e). Après un début de championnat très compliqué pour une équipe composée en partie de joueurs n’ayant jamais connu ce niveau, la progression a été intéressante et une belle série de matches où l’équipe est restée invaincue (quatre, dont deux victoires), avant une claque reçue lors de la dernière journée (0-7 au Censuy face à Collex-Bossy).

Son entraîneur Manuel Gonzalez, pour sa première expérience à ce niveau, peut être satisfait. Son équipe est encore en course pour le maintien et cela, c’est déjà une réussite, même s’il peut s’appuyer sur des joueurs de très bon niveau comme Burak Demircan, Toumi Trabelsi et Antonio Zarlenga, pour ne parler que de ces trois joueurs-là. La bonne nouvelle réside dans le retour de blessure de Marcello Corcetto, qui devrait être disponible pour le deuxième tour. Mais le mois de décembre n’est pas celui des vacances footballistiques, en tout cas pour le staff du FCR. Il faut étudier les dossiers des éventuels renforts, sans les moyens des équipes de 2e inter, dans un club qui a changé de train de vie depuis cet été.

Manuel Gonzalez, avez-vous le temps de profiter des fêtes?

Le championnat est fini, mais on travaille, je vous le promets! Avec Pino Varquez, on a fixé une séance de travail le 2 janvier, pour préparer le 2e tour. D’ici-là, on va souffler un peu, quand même. Mais on n’a pas arrêté. Le but, c’est de tout faire pour être prêt au 2e tour, pour aller chercher ce maintien. Ce serait une sorte de miracle, mais on va tout faire pour que ce soit possible. Et pour ça, il n’y a pas d’autre solution que le travail. Parce que faire venir des joueurs, quand vous ne pouvez rien leur promettre, c’est très compliqué. L’avantage maintenant, c’est qu’ils savent tous quand je les appelle que je n’ai pas d’argent pour eux. Je n’ai même plus besoin de le leur dire!

Avez-vous vraiment besoin de changer l’équipe? Elle a bien progressé durant ce premier tour…

Oui, et on peut tous en être très fiers! On était vraiment bien en fin de tour, mais le dernier match, à domicile face à un très bon FC Collex-Bossy, nous a fait très mal. Cela montre aussi nos limites. On va essayer de se renforcer, mais intelligemment. Vous avez raison, il ne faut pas tout chambouler. On va tout faire pour que tout le monde reste, mais on ne pourra faire aucune folie financière. Je pourrai vous en dire plus au début de l’année, c’est encore un peu tôt.

Le départ d’Onur Yildiz à Sion M21 doit vous remplir de fierté, non?

Oui, tout le club est content, moi comme les autres. Cela montre qu’on travaille bien ici. Mais vous savez, les conditions ne sont vraiment pas faciles. On entend des bruits tous les jours, des rumeurs… On doit en faire abstraction. J’ai décidé de protéger la I, pour pouvoir travailler sereinement. Et les joueurs sont exemplaires. Quand je vois un joueur comme Toumi Trabelsi, avec son expérience, se mettre au service des jeunes, cela m’encourage. J’espère que tous vont rester au 2e tour, on a besoin d’eux. Des joueurs comme d’expérience comme des jeunes. On veut aller chercher ce maintien, et c’est possible. On connaît mieux notre équipe, mais aussi les autres. On va encore mieux travailler, même si à Renens, c’est plus compliqué qu’ailleurs aujourd’hui.

Categories: Divers