Trois questions à… David Orlando

Trois questions à… David Orlando

Place aux quarts de finale de la Coupe vaudoise! Le FC Aigle (7e du groupe 1 de 2e ligue) accueille Gland, cinquième de ce même groupe, mardi 16 avril (19h30). Une étape vers le titre? Le FC Aigle peut compter sur un atout de poids, son entraîneur. David Orlando, deux fois buteur en finale de la Coupe suisse 1991 (victoire inoubliable 3-2 de Sion face à Young Boys), sait en effet mieux que quiconque comment soulever un trophée…

David Orlando, comment abordez-vous ce quart de finale?

On veut gagner, tout simplement. La Coupe est une compétition intéressante, et maintenant qu’on est en quarts, on veut aller au bout. Cela peut nous donner une dynamique intéressante pour la fin de la saison. On ne peut plus espérer disputer les finales, mais on souhaite se mettre à l’abri rapidement dans ce championnat si serré.

 

Que redoutez-vous chez cette équipe de Gland?

Oh, on les connaît bien, depuis le temps, et eux aussi! Nous sommes deux équipes de valeur assez égale. Ils nous ont battus chez nous en championnat, au premier tour (0-2), au terme d’un match assez équilibré. Ils sont très forts physiquement et redoutables sur coup de pied arrêté. Franchement, c’est la forme du jour qui décidera du vainqueur.

Vos plus jeunes joueurs savent-ils que vous êtes un homme de coupe? 

Oui, oui, ils le savent, ils m’en parlent assez souvent! Ils sont bien au courant que la Coupe, c’est important pour moi, et je le leur répète régulièrement. Vous savez, jouer une finale de coupe, c’est la même émotion pour un professionnel qu’en 2e ligue, vraiment. C’est une chance pour tout le monde, et les sensations sont les mêmes. C’est ça, la magie!