Trois questions à… Antonio Morais

Trois questions à… Antonio Morais

Enfin! Il aura fallu attendre le septième match de championnat, mais l’ES Malley a remporté son premier point dans le groupe 1 de 2e ligue inter. Face à l’autre relégué de 1re ligue, UGS, les hommes d’Antonio Morais ont égalisé à la toute dernière minute, grâce à un but de Mohamed Ndiaye Diop. Cette réussite (la première de la saison!) fait un bien fou aux Stelliens. Ceux-ci vont d’ailleurs accueillir bientôt de nouveaux joueurs, dont le Serbe Novica Milenovic. Ce latéral gauche, qui évoluait en première division serbe il y a encore quelques mois, sera qualifié la semaine prochaine.

De quoi croire au maintien, alors que le premier non-relégable, le FC Vernier, est déjà à six points? Antonio Morais, revenu dans son club de coeur au début de l’été (en provenance de Venoge), n’a pas pu empêcher une descente inévitable en 2e ligue inter cet été, et, lucide, sait que se maintenir sera compliqué cette année, mais travaillera dur pour que ce soit le cas.

Antonio Morais, à quel point ce match nul vous fait-il du bien?

C’est un excellent résultat, qui nous donne confiance, c’est sûr. Dans les autres matches, en étant menés de trois ou quatre buts à la mi-temps, on n’espérait plus rien. Les autres équipes n’avaient qu’à gérer le match. Mais là, il n’y avait qu’un but de retard, donc l’atmosphère était un peu différente, c’était plus tendu, dans le bon sens du terme. Alors, c’est sûr qu’on a été dominés, je ne vais pas dire le contraire, mais on a été courageux et on égalise à la dernière minute. A Genève, ce n’est jamais facile. Mais c’est encourageant, oui. Forcément, après six matches et zéro point, je ne vais pas dire le contraire. Notre équipe change beaucoup, et nous allons encore accueillir quelques joueurs, qui ne sont pas encore qualifiés. Nous avons Novica Milenovic, qui s’entraîne avec nous depuis quelques semaines, mais aussi deux bons joueurs venus de Tunisie, et un jeune Belge très prometteur. Ils ne sont pas encore qualifiés, parce que les transferts internationaux prennent un peu plus de temps, mais on devrait pouvoir compter sur eux la semaine prochaine.

Comment ces joueurs-ià arrivent-ils en 2e ligue interrégionale suisse?

En fait, on ne les récupère que maintenant, car ils espéraient tous autre chose. Ils visaient des ligues supérieures à la nôtre, et ont d’ailleurs toujours cette ambition, en venant chez nous. Mais ils doivent s’adapter à l’équipe, on doit les intégrer. Cela prend du temps.

Depuis votre arrivée, il y a eu peu de victoires, et une relégation. N’est-ce pas trop compliqué pour vous? N’êtes-vous pas découragé?

Non, non, je savais très bien où je venais. Je savais très bien que ça allait être difficile. On continue à travailler, et notre objectif est le maintien. On sait bien que ça va être difficile, je connais le football, mais j’y crois, et on y croit tous. On travaille pour cela, et on cherche à progresser. Mais on a joué les premiers matches avec des joueurs venus de 3e et de 4e ligue, on savait tous pertinemment où on allait. Là, j’espère un peu de stabilité et pouvoir travailler dans la continuité.