Trois questions à… Andrea Binotto

Trois questions à… Andrea Binotto

Stade Lausanne se retrouve devant un véritable tournant dans le groupe 1 de 2e ligue inter. Ses deux prochains adversaires? Servette M21, à Genève, samedi 13 avril à 15h, et Azzurri Lausanne, à Vidy, samedi 20 avril à 16h30. Deux rencontres essentielles pour l’équipe d’Andrea Binotto, face à ses deux principaux rivaux pour la promotion. Avec sept points en quatre matches depuis la reprise, il faut vite redresser la barre, en tout cas comptablement.

Andrea Binotto, comment abordez-vous cette rencontre face aux jeunes Servettiens, déjà? 

On l’aborde comme une équipe qui vient de perdre en semaine… Il est impératif de faire un bon résultat, sous peine de se mettre dans une situation périlleuse. Et une semaine après, on reçoit Azzurri.

Comment expliquer cette défaite à Perly-Certoux?

Par un manque de réussite, principalement. On s’est créé de nombreuses occasions, notamment dans les premières minutes. On encaisse le seul but du match juste avant la mi-temps et on n’arrive pas à marquer, tout simplement. Dans le jeu, on est là, mais il faut mettre des buts, pour retrouver une dynamique positive, celle que l’on avait à la fin du premier tour. Contre Renens, on frappe le poteau (0-0), on a des occasions de l’emporter. A Perly aussi…

Le départ de Lyazid Brahimi à Azzurri peut-il expliquer ce manque de réalisme? Il était l’homme des dernières passes…

Non, cela n’a rien à voir. Les occasions, on se les procure, le ballon arrive devant le but. C’est là qu’on doit provoquer la réussite, pas ailleurs. Mon contingent est resté stable, on a compensé le départ de Brahimi par l’arrivée de Cédric Faivre, dans un autre registre. Le problème n’est pas là, il faut juste qu’on retrouve l’efficacité.