«Tout ce qu’on sait faire, on l’a gardé en nous aujourd’hui»

«Tout ce qu’on sait faire, on l’a gardé en nous aujourd’hui»

Inquiet, Fabio Celestini, après la défaite de son Lausanne-Sport, dimanche au Letzigrund face à GC (2-0)? Déçu, surtout, que son équipe n’ait pas montré ce dont elle était capable. L’entraîneur du LS veut une réaction et surtout une attitude plus conquérante dès dimanche prochain face à Thoune (13h45 à la Pontaise).

 

Coach, qu’avez-vous pensé de ce match?

Ce que j’ai pensé de ce match… Et bien, disons que j’ai vu une équipe, GC, qui a joué son jeu comme elle sait le faire, avec ses armes. Et face à cette équipe qui a fait ce qu’on attendait d’elle, j’ai vu un LS qui n’a pas joué son jeu, qui n’était pas à 100%. Et quand vous n’êtes pas à 100% en Super League, c’est compliqué, encore plus ici sur le terrain de GC, une équipe européenne.

Votre équipe n’était pas à 100% de ses capacités?

Pas tous les joueurs, en tout cas. On a eu de la retenue, on a été trop appliqués. On a mis des choses en place cette semaine et mon équipe les a appliquées, c’est le bon mot, c’est pour cela que je le répète. Mais le football, ce n’est pas que de l’application, c’est de l’interprétation. Aujourd’hui, on a eu de bons soldats, pas de bons footballeurs.

En clair?

Ce que je veux dire, c’est qu’à un moment donné, il faut montrer son talent! Aujourd’hui, clairement, on ne l’a pas fait. On a été sages, on est venus pour voir ce qu’était la Super League, sans prendre de risques. C’est frustrant depuis la touche, parce que je sais que cette équipe a du talent, je le vois tous les jours. On l’a vu en préparation aussi, mais aujourd’hui, non.

On a eu le sentiment que vous avez joué trop bas, parfois… Les deux buts de GC proviennent de deux frappes à l’extérieur de la surface, d’ailleurs.

Le problème, ce n’est pas d’être trop bas ou pas. C’est normal, parfois dans le match, d’être bas sur le terrain de GC, une grosse équipe du championnat. Mais par contre, il faut mettre beaucoup plus d’agressivité, sortir sur le porteur du ballon! En Challenge League, une frappe à 25 mètres, elle peut passer au dessus. Quand c’est GC en face, c’est Caio et c’est en pleine lucarne. Sortir sur le frappeur sans hésiter, ça fait aussi partie du talent, ça fait partie des qualités de footballeur.

Le manque d’expérience peut-il expliquer cette défaite?

Je peux entendre ça, pas de souci. On a beau répéter aux joueurs que la Super League c’est comme ci ou comme ça, il faut qu’ils le voient d’eux-mêmes. Aujourd’hui, ils ont vu. Il y avait de l’incertitude, je peux comprendre.

Quelle genre d’incertitude?

Les gars se demandaient s’ils avaient le niveau pour jouer en Super League. On peut le leur dire, ils peuvent le croire. Mais tant qu’ils ne l’ont pas vécu, qu’ils n’ont pas touché l’herbe, qu’ils ne sont pas entrés dans le stade, il y a ce doute. C’est pour cela que je vous dis qu’il faut prendre ce match comme une découverte. Mais maintenant, c’est bon, on a vu! Aujourd’hui, qui a joué en Super League au LS parmi les titulaires?

Pak et Jérémy Manière.

Au total, ils doivent avoir 20 à 25 matches de Super League. En face, Kim Kallström, je ne vous fais pas son palmarès! Voilà, c’est ça, on apprend. C’est le métier qui rentre. Maintenant, j’attends d’eux qu’ils élèvent leur niveau et surtout qu’ils montrent leur talent. S’il n’y en avait pas, je serais inquiet. Mais cette équipe en a. Il faut qu’elle se libère.

Dès dimanche prochain contre Thoune?

J’espère! On a vu par moments qu’il y avait des phases de jeu intéressantes. En début de deuxième période, on a compris qu’on pouvait bousculer GC, mais il nous a manqué, j’insiste, ce talent en phase offensive. Ce dribble, ce décrochage, cette frappe… Tout ce qu’on sait faire, on l’a gardé en nous aujourd’hui. Pourtant, je suis sûr que si on avait marqué un but, vous auriez vu un autre LS juste après.

Vraiment?

Oui. Vous avez vu le changement d’attitude de Musa Araz après le 2-0, par exemple? Il a commencé à faire les bonnes courses, à aller presser, à prendre les autres avec lui, à parler… A 2-0, on a senti une libération, celle de l’équipe qui n’avait plus rien à perdre. Alors, si on était revenus à 2-1, je vous assure que vous auriez vu autre chose encore pendant les dernières minutes. Maintenant, on doit apprendre de cette défaite, se parler beaucoup plus sur le terrain, et jouer de manière libérée dès le prochain match.

Un joueur comme Kim Kallström, vous en rêvez?

Il a été fort, je suis d’accord. Il revient à peine de vacances et vous voyez comme il joue, pfff.. Il faut juste dire bravo. Après, si vous me parlez du LS, la réalité, c’est qu’on n’a pas Kim Kallström. Vous m’avez entendu, j’ai dit ces derniers jours que j’aurais aimé trois joueurs d’expérience durant ce mercato. Mais on ne va pas pleurer, se lamenter ou que sais-je! Kim Kallström, on ne peut pas se l’offrir, donc on va le construire. C’est ça, la réalité du LS.

Si on vous dit qu’on a bien aimé votre charnière centrale Monteiro-Manière aujourd’hui, vous êtes d’accord?

Oui, je les ai trouvés bons les deux. Eux, ils ont montré leur talent aujourd’hui. Ils ont été au niveau.

Ecrire un commentaire

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*