« Diables » et « Vikings » face aux guerriers helvètes

« Diables » et « Vikings » face aux guerriers helvètes

Le canton de Vaud était à l’honneur ce mercredi 24 janvier avec la réception du tirage au sort de la toute nouvelle compétition conçue par l’UEFA : la Ligue des nations. La Suisse hérite de la Belgique et de l’Islande.

Le Swisstech Convention Center d’Ecublens s’est paré de son habit de gala afin de recevoir le gratin du football européen. Les invités étaient conviés pour assister au tout premier tirage au sort de l’histoire de la Ligue des nations, compétition qui est appelée à remplacer les matchs amicaux et organisée par l’UEFA. Réparties en quatre ligues (A, B, C et D), les nations sont dirigées selon leur coefficient au classement européen.

« La Grande Suisse »

A ce petit jeu, la Suisse se place dans la ligue A et le pot 2 au même niveau que la France, l’Italie et l’Angleterre, excusez du peu ! Président de l’ASF, Peter Gilliéron se délecte de voir son Equipe nationale si haute dans la hiérarchie européenne : « Cela fait 15 ans que nous sommes de mieux en mieux classés. Je suis très heureux d’apercevoir que la Nati se trouve sur la même ligne que des nations historiques du football. Aujourd’hui, nous pouvons parler de la Grande Suisse ! »

Malgré ce nouveau statut, les « spécialistes » regardent toujours les tirages avec inquiétude en espérant éviter les gros. C’était à nouveau le cas, cependant Deco, ancien joueur portugais et finaliste de l’EURO 2004, a eu la main heureuse. La troupe de Vladimir Petkovic a hérité de la Belgique et de l’Islande dans le groupe 3. La poule 1, par exemple, est composée des Pays-Bas, de la France et de l’Allemagne. Le tirage aurait pu être bien pire. A noter que le premier de chaque mini-championnat se qualifie pour la phase finale de la Ligue des nations, qui aura lieu en juin 2019: demi-finale, petite finale, finale. Les quatre dernières formations de chaque poule descendront au niveau B.

« La compétition est une très bonne chose »

A l’issue du tirage au sort, Peter Gilliéron se montrait satisfait, mais émettait un léger regret : « Pour les spectateurs, ça aurait mieux d’avoir l’Espagne ou l’Allemagne ». Le responsable de l’ASF se réjouit tout de même de débuter : « J’ai milité pour celle-ci. C’est une très bonne chose pour le football européen. Les matchs amicaux perdaient de leur intérêt auprès du public et des médias. J’apprécie également que les nations soient réparties en fonction de leur niveau. »

Vladimir Petkovic se languissait d’affronter ces deux équipes : « La Belgique est une excellente formation qui comporte d’excellentes individualités. Nous avons perdu en amical contre elle, il y a deux ans (ndlr 2-1 le 28 mai 2016 but de Dzemaili, Lukaku et De Bruyne). Ces deux rencontres vont être intéressantes (ndlr elles se joueront en format aller-retour). Quant à l’Islande, c’est une nation qui monte et profite d’une génération dorée. Nous avons gagné et fait match nul ces dernières années. »

« La Suisse a gagné tous ses matchs pour le Mondial ? »

Heimir Hallgrìmsson, sélectionneur islandais, traînait dans la zone mixte avec la banane, répondant avec plaisir à toutes les demandes, au contraire d’un Didier Deschamps pressé de repartir. Un journaliste brésilien (!) voulait même savoir comment il a réussi à monter une telle équipe avec le froid et la neige, ce qui a bien fait rire l’intéressé. « Je profite de chaque moment. Le nom de mon pays est dans la plus haute ligue de cette nouvelle compétition, c’est incroyable ! »

La Suisse, l’entraîneur des « Strákarnir okkar » s’en méfie, même si sa première question était de savoir si la Nati avait gagné toutes ses rencontres des qualifications pour la Coupe du monde. « Nous les avons déjà affrontés, mais nous avons grandi depuis. Notre participation à l’Euro et  l’accession au Mondial le prouvent. Les joueurs vont pouvoir profiter de cette belle année qui nous attend avec des rencontres contre l’Argentine, le Nigeria, la Croatie, la Belgique et la Suisse ». Après avoir glané son premier match nul en 2014 (résumé vidéo), face aux hommes du capitaine Stephan Lichtsteiner (5 défaites et 1 nul au total), il serait temps pour l’Islande de l’emporter pour la première fois ? « Cela va être compliqué, car les Suisses sont très réguliers depuis une quinzaine d’années. Ils progressent bien, mais surtout, ne régressent pas ».

Décriée depuis ses débuts, la Ligue des nations doit faire son trou dans le paysage footballistique. Il faut rappeler qu’elle offre quatre places pour le Championnat d’Europe 2020 et offre la possibilité à de petits pays d’y participer étant donné qu’un ticket est offert à la ligue D. Ces prochaines années seront en tout cas dorées pour les amateurs de football avec dans l’ordre : la Coupe du monde en Russie, la Ligue des nations (premier rendez-vous le 6 septembre), Euro 2020, encore la Ligue des nations et le Mondial au Qatar !

Tirage complet: ici

Categories: Accueil, Football d'élite

Ecrire un commentaire

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*