Thierrens doit retrouver le feu

Thierrens doit retrouver le feu

“Il nous manque le feu, le petit coup de dzé, comme on dit!” Maurice Séchaud, en une phrase, a tout résumé. Le président du FC Thierrens connaît son club mieux que personne et sait que lorsque le FCT joue sans passion, sans mettre le feu, il redevient un club quelconque. Et s’incline à domicile face à Gumefens-Sorens. Rageant, car “le Thierrens”, comme aime le dire Maurice Séchaud, a les armes pour faire tomber n’importe qui au Marais. Mais vendredi soir, en match avancé de la 5e journée, Thierrens s’est trop compliqué la vie. Trop de touches de balles en phase offensive, trop de décalages inutiles, trop de prises de tête… et trop peu de jeu direct.

Où est passé le jeu direct du FCT?

Car là est la grande force du FC Thierrens: son jeu ultra-offensif, avec des vagues successives qui déferlent sur une défense adverse qui finit, à un moment donné, par craquer. Thierrens n’a jamais été une équipe qui fait tourner le ballon, qui construit ses actions patiemment. Ce n’est tout simplement pas dans sa culture. Et à force de chercher des solutions qui n’existaient pas, Thierrens est tombé droit dans le piège et s’est fait battre par une équipe de Gumefens/Sorens tout sauf impressionnante. Et ce soir, le FCT est sous la barre. Anecdotique après cinq journées? Oui, car cette équipe a les ressources pour s’en sortir, bien sûr, et qu’il reste suffisamment de journées pour rebondir. Mais Thierrens et Patrick Müller auraient tort de penser que cette défaite n’est qu’un accident. Le FCT doit vite retrouver son jeu direct, celui qui lui fait gagner des points, sous peine de ne jamais décoller vraiment dans ce championnat.

Patrick Müller est dans la même situation que Pep Guardiola au Bayern

Patrick Müller est un très bon entraîneur, et sait donc parfaitement que le plus dur est devant lui: réussir à imposer sa patte, tout en ne dénaturant pas le jeu d’une équipe qui sait très bien jouer au football, mais ne sait pas encore gagner en jouant bien au football. En fait, Patrick Müller est au-devant d’un défi compliqué: réussir à faire progresser son équipe dans le jeu de passes et la circulation du ballon, tout en conservant les valeurs “historiques” du club, qui l’ont amené là où il est, c’est-à-dire à être une bonne équipe de 2e ligue inter, sans aucun moyen financier. En fait, en transposant la problématique à une autre échelle, Patrick Müller se retrouve dans la situation de Pep Guardiola au Bayern Münich. Arriver dans un club qui tourne bien est forcément plus compliqué, même pour un des meilleurs techniciens du monde.

Mais attention: si le technicien doit s’adapter à son club, le contraire est également vrai. David Tenthorey, l’ancien entraîneur du FCT, nous l’avait confié, alors que l’engagement de Patrick Müller venait d’être rendu public. “On a fait un cadeau aux joueurs, en allant chercher un entraîneur venant de 1re ligue”, nous expliquait-il cet été. Le FCT, c’est sûr, peut franchir un palier avec son nouvel entraîneur. Mais là, le temps presse déjà et les points doivent commencer à entrer. Avec trois défaites en cinq matches, le bilan comptable est pour l’heure insuffisant dans une 2e ligue ultra-compétitive et homogène.

Le retourné phénoménal de Nelson Longo pour le 1-0

Tout n’a pas été noir, loin de là, face à Gumefens vendredi soir. Thierrens a dominé toute la première demi-heure, ouvrant magnifiquement la marque grâce à un retourné spectaculaire de Nelson Longo (32e). L’avant-centre marque régulièrement des goals d’anthologie et aucun doute que celui-ci finira en bonne place dans sa collection personnelle. Son ciseau, du droit, finissait dans la lucarne de Rumo, qui n’y pouvait absolument rien. Enorme. Malheureusement, les Fribourgeois allaient revenir dans la partie quelques dizaines de seconde plus tard. Régis Gnahoua profitait d’un ballon perdu sur le côté gauche de la défense thierranaise et servait parfaitement Bussard, dont la reprise était parfaite. 1-1 à la pause, un résultat logique, car Thierrens avait dominé jusqu’au 1-0, mais a fortement subi ensuite.

L’égalisation de Guillaume Pasche… et le 2-3 dans la foulée

En deuxième période, Gumefens allait clairement monter d’un cran, inscrivant le 1-2 dès le retour des vestiaires. Et là, souvent, Thierrens se révolte et, solidaire, retourne la situation, surtout face à son “kop”. Hélas, rien de tout cela. Le FCT s’empêtrait dans ses trop nombreuses touches de balles et ses remontées du terrain trop lentes et trop peu surprenantes. Il y a bien eu quelques occasions, c’est sûr, mais pas tant que cela, finalement. On a bien cru, pourtant, que le FCT était revenu dans la partie, grâce à l’égalisation de Guillaume Pasche. Le défenseur central coupait magnifiquement un coup-franc rentrant de Ludovic Forestier, et égalisait à 2-2, à un petit quart d’heure de la fin.

Longo trouve le poteau à trois minutes de la fin

Hélas, mille fois, hélas, le FC Gumefens/Sorens, en contre, allait inscrire le 2-3 de la victoire, juste avant que Nelson Longo ne trouve le poteau sur un bon centre au cordeau de Florian Cornu (87e). Une dernière occasion pour Jérôme Ruch (89e), et le match était terminé sur cette défaite mortifiante.

Le week-end sera long à Thierrens, avant l’entraînement de lundi. Rien de grave, on le répète, car le championnat est encore long, mais Thierrens a du boulot. La bonne nouvelle? Se faire mal, se remettre en question, se dire les choses en face et réagir n’ont jamais fait peur à personne dans le Jorat.

Les hommes du match

Du côté de Thierrens, on a aimé le match de Guillaume Pasche. Pour son retour à la compétition (il n’avait joué qu’une mi-temps avec la II), il a plus qu’assuré en défense centrale. Et il s’est fait l’auteur d’une égalisation splendide. Il aurait été le vrai héros du match en inscrivant le 3-3, sur corner, mais son coup de tête était trop bien cadré pour tromper Rumo. Nelson Longo mérite lui aussi une mention dans cette rubrique, grâce à son but, venu d’une autre planète. Il n’a pas été énorme dans le jeu, mais s’est battu, comme toujours. Un guerrier.

Les prochains rendez-vous

Thierrens sera à Romont, le samedi 14 septembre à 17h30. Un court déplacement, d’où il n’est pas impossible de ramener les trois points. Gumefens accueillera, le même jour, le FC La Sarraz-Eclépens. Coup d’envoi à 19h.

FC Thierrens – FC Gumefens/Sorens 2-3 (1-1)

But: 32e Longo 1-0; 34e Bussard 1-1; 48e Doutaz 1-2; 77e G. Pasche 2-2; 83e Doutaz 2-3.
Arbitres: M. Sirimsi, assisté de M. Rebetez et de M. Callarec.
Thierrens: Aeberhard; Braun, G. Pasche, Forestier, Pillot (89e Sauty); Pineda (71e L. Jaquier), Roder; Ruch, Aymon, Y. Nicolas (59e Cornu); Longo.
Entraîneur: Patrick Müller.
Gumefens: Rumo; Monteiro, Rauber, V. Ropraz, S. Rporaz; Ramabaja (80e Sergio Lopes), Pablo Vasquez; Allemann (83e Thönen), Bussard, Doutaz; Gnahoua.
Entraîneur: Jams Zahno.
Notes: Terrain du Marais.