Thierrens n’avance pas

Thierrens n’avance pas

Thierrens n’a pas encore l’étincelle, celle qui va lancer sa saison. Avec une victoire, quatre nuls et une défaite en six matches de championnat, il n’y a pas encore le feu dans la maison, c’est vrai, mais cette équipe ne montre pas tous les signes de sérénité. Benoît Pythoud nous avait prévenu il y a quelques semaines, cette saison avait de grandes chances d’être un exercice de transition, mais il avait quand même espéré, sans doute, un autre début de championnat que celui-ci. Samedi, face à Colombier, Thierrens n’a pas réussi à s’imposer à la maison et il faut bien constater que le terrain du Marais ne fait plus peur à grand-monde. Payerne est venu y gagner il y a peu et les Neuchâtelois de Colombier, avec un peu plus de réussite, auraient tout aussi bien pu repartir avec les trois points.

Thierrens était quasiment au complet

Ils ont ouvert la marque, d’ailleurs, les visiteurs, par Alan Meyer. Sa puissante demi-volée, de près, a trompé Thierry Curty, lequel n’y pouvait absolument rien. Fusillé à bout portant, le jeune portier thierranais a de nouveau livré un match solide, lui qui assure l’intérim en attendant le retour de Valentin Piot. Il n’a pas grand-chose à se reprocher sur ce match, ni sur son passage dans les buts. Thierrens savait déjà qu’il avait deux gardiens de valeur, mais les récentes performances de Thierry Curty l’ont encore plus prouvé. Fin de la parenthèse et retour au jeu, avec un FC Thierrens amorphe en début de match, comme absent. L’excuses des blessés ou des vacanciers ne tient plus: cette équipe était quasiment au complet et alignait son trident magique Ruch-Longo-Chevalley, le dernier nommé jouant dans une étonnant position de numéro 10, Dani Caseiro occupant le côté droit de l’attaque.

Nikola Jaksic a bien lu le penalty de Thibaud Chevalley

Alors, oui, Thierrens a connu une fin d’été compliquée avec toutes ces absences mais cela n’explique pas la pauvreté du jeu proposée dans les vingt premières minutes. Cela a été un peu mieux suite à l’expulsion du capitaine Alan Meyer, coupable d’un mauvais geste sur Guillaume Pasche. Le milieu de terrain du FCT est rude dans les duels et Meyer a voulu se faire justice lui-même au moyen d’un geste revanchard un peu trop voyant. Carton rouge direct, donc, et Thierrens à onze contre dix. Là, ce fut un peu mieux, jusqu’au penalty de Thibaud Chevalley à la 37e. But? Non! Nikola Jaksic avait choisi le bon côté et Colombier pouvait mener 0-1 à la pause.

Johnny a rallumé le feu après la pause

Heureusement pour Thierrens, Nelson Longo recevait un ballon à la 46e, dos au but, et pouvait servir intelligemment Jonathan Roder. Lancé à pleine vitesse, le blond milieu de terrain a appelé le ballon si fort que Longo a été « obligé » de le remettre en retrait: petit filet, parfait, belle finition de Johnny Roder. 1-1, dès le retour des vestiaires! Thierrens, dès lors, a continué à presser à 11 contre 10, mais n’a pas su trouver la faille. Jérôme Ruch a tenté deux frappes de loin (51e et 59e), les deux fois au dessus, et il a fallu une action combinée de deux entrants, Styven Lages et Cyril Dufey, pour que Darko Jaksic tremble un peu en fin de match, mais la tête de l’ancien joueur de l’ASHB n’était pas cadrée (88e).

Thierrens a fini à neuf, sans entraîneur

Thierrens n’a pas poussé comme il a parfois l’habitude de le faire face à son kop et a même fini à… neuf, M. Laski expulsant Nelson Longo de manière ultra-sévère (une main involontaire à mi-terrain qui amène le deuxième carton jaune…) puis Jonathan Roder dans les arrêts de jeu de manière plus méritée (deuxième carton jaune pour une faute évidente). Benoît Pythoud, qui avait contesté à raison mais de manière trop véhémente l’expulsion de Longo, a lui aussi été prié de regarder la fin du match depuis la buvette. Pas bon pour le classement fair-play, bien sûr, mais pas non plus pour le classement à proprement parler puisque Thierrens, avec cette succession de matches nuls, ne décolle absolument pas.

Il y a deux ans, exactement la même situation

Un coup d’oeil au classement suffit à s’en rendre compte: le FCT, aujourd’hui, est au dessus de la barre, mais de peu. Alors oui, la deuxième place n’est qu’à quatre points, mais au rythme où va le FCT actuellement, quatre points ne peuvent être atteints qu’en l’espace d’un mois, puisque Thierrens tourne à 1.2 point par match. Bien loin de ses standards habituels, mais il faut avoir un peu de mémoire. Il y a exactement deux ans, après cinq journées de championnat, le FC Thierrens était… sous la barre. Patrick Muller venait d’arriver et il devait imposer sa patte, tout comme Benoît Pythoud aujourd’hui. On avait écrit un article (lire ici) sur ce début de championnat raté sans savoir que derrière, Thierrens allait vivre deux des plus belles saisons de son histoire.

Le feu sacré va revenir

Il n’est donc évidemment pas trop tard pour Benoît Pythoud, qui ne doit pas paniquer, surtout pas. Thierrens doit continuer à travailler et le feu sacré, celui qui le rend invincible à la maison, va revenir. Mais pour cela, il faut que tous ses joueurs y croient, pas seulement les anciens, mais aussi ceux qui viennent d’arriver et qui n’ont pas encore compris ce que s’arracher pour aller sauver un ballon veut dire.

Les hommes du match

Yoann Braun a été parfait. Le latéral droit venu du nord de la France ne perd pas un ballon et les redonne toujours proprement. Il a été un peu moins offensif que d’habitude, mais a largement assuré défensivement. Très fort. Guillaume Pasche a livré une belle bataille à mi-terrain, comme toujours. Il a provoqué l’expulsion de son adversaire, a donné quelques coups et n’a jamais baissé en intensité. Un guerrier.

Les prochains rendez-vous

Thierrens sera à Farvagny/Ogoz, le samedi 19 septembre à 18h.

FC Thierrens – FC Colombier 1-1 (0-1)

Buts: 9e A. Meyer 0-1; 47e Roder 1-1.

Arbitres: M. Kristjan Laski, assisté de M. Hasan Tabakovic et de M. Slavko Martinovic.

Thierrens: Curty; Braun, Pittet, Burdet, Freymond (55e Chassot); Pasche, Roder; Caseiro, Chevalley (70e C. Dufey), Ruch (79e S. Lages); Longo.

Entraîneur: Benoît Pythoud

Terrain du Marais. 20e, expulsion de Bastien Geiger (geste revanchard sur Guillaume Pasche). 67e, expulsion de Nelson Longo (deuxième avertissement). 90e, expulsion de Jonathan Roder (deuxième avertissement).

Ecrire un commentaire

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*