Thierrens, même plus une surprise

Thierrens, même plus une surprise

Les deux clubs vaudois du groupe 2 peuvent se montrer satisfaits de leur premier tour, à des degrés différents. Thierrens, 3e, et le Stade Payerne, 8e, sont globalement à leur place, même si les Broyards peuvent regretter certains points perdus alors qu’ils menaient au score. Voici notre regard sur leur première partie de saison, en six points.

 

FC Thierrens

(3e, 26 points, moyenne de 2 points par match)

Où ils en sont

Thierrens est 3e à la trêve, mais cette place est un peu trompeuse, puisque le FCT compte un point d’avance sur La Tour/Le Pâquier (4e), qui a un match en moins. A noter les sept buts de Nelson Longo, meilleur buteur du club joratois. Thierrens a la 4e défense et la 5e attaque du groupe.

Ce qu’ils ont bien fait

Comme d’habitude, le FCT a ventilé tout le monde sur son terrain du Marais. Six victoires, pour un seul match nul (face à Payerne), le bilan est remarquable. Personne ne peut venir gagner dans le Jorat, y compris le FC Bulle, qui y a concédé sa seule défaite de la saison. Le FCT adore ces samedis soirs à la maison et n’aime rien de plus que de voir arriver les équipes adverses arriver en car. Il y a toujours un petit soupçon de motivation supplémentaire et Patrick Muller n’a même pas besoin de faire de grandes théories dans ces cas-là… Mais Thierrens, on l’a dit souvent, ne joue pas (ou plus…) qu’à l’énergie, sinon il ne tiendrait pas tout en haut du classement depuis deux saisons maintenant. Il a d’abord d’excellents joueurs à tous les postes et un fonds de jeu en constante amélioration, qui lui permet de maîtriser les matches.

Les regrets

Il y en a deux. Le premier match de la saison à Farvagny, perdu 3-0, en est un. Ce jour-là, les néo-promus fribourgeois ont marché sur un FC Thierrens qui pensait peut-être que ce serait trop facile. Et quand Thierrens se permet de ne pas tout donner, même inconsciemment, il se fait ramasser. Autre résultat décevant, le vilain match nul à Portalban/Gletterens (0-0) lors d’un match où Patrick Muller se demandait si c’était bien son équipe qui jouait ou la III du FC Denezy.

Le joueur du premier tour

Thibaud Chevalley, sans aucun doute. A 24 ans, il n’a jamais été aussi fort et il aurait sa place dans n’importe quelle équipe de 1re ligue. Le FC Echallens n’a rien fait pour le retenir l’an dernier lorsqu’il a souhaité aller chercher du temps de jeu « en dessous » et le FCT peut dire merci tous les jours au club des Trois-Sapins. Patrick Muller l’utilise comme joueur de couloir droit dans son 4-2-3-1 et il est tout simplement excellent. Défensivement, son passé de latéral l’aiede à se montrer discipliné, mais sa puissance et sa technique le transforment en ailier à tout moment. Sa grande force? La transition attaque-défense, justement, à tel point qu’il serait même à l’aise dans un 3-5-2. Son bonus personnel? Il inscrit des buts de folie, tant à l’extérieur qu’à la maison. Il en est à cinq réalisations cette saison.

L’objectif du deuxième tour

Rester invaincu au Marais, comme en 2014. Thierrens veut faire de son terrain une forteresse imprenable et se fera un plaisir de faire tomber tous ceux qui s’y aventurent. La Chaux-de-Fonds et La Tour/Le Pâquier sont prévenus. Sur le plan comptable, le FCT essaiera de conserver sa troisième place et sera à l’affût de l’effondrement d’une des deux équipes de tête pour éventuellement viser plus haut. Même si Bulle et La Tchaux paraissent intouchables avec leurs huit points d’avance, on se gardera bien d’utiliser le mot « impossible » lorsqu’on parle de Thierrens.

Ce qui va se passer cet hiver

A priori rien. Aucun départ majeur n’est prévu, et Patrick Muller ne va pas chercher à amener de nouveaux joueurs. Il sera à l’affût de chaque occasion, c’est sûr, mais la dynamique de son groupe est tellement bonne qu’il ne va pas prendre le risque de la briser.

 

 

Stade Payerne

(8e, 16 points, moyenne de 1,2 point par match)

Payerne, le 23 août 2014, Stade Payerne-Schötz.  © Muriel AntilleOù ils en sont

Les Broyards sont 8e, avec six points d’avance sur la barre. Ils ont la 7e attaque et la 6e meilleure défense du groupe. Ils ont une particularité étonnante sur le plan statistique: à la maison, ils gagnent (4 fois) ou perdent (2 fois) et ne font jamais match nul. A l’extérieur, ils font match nul (4 fois) ou perdent (3 fois), mais ne gagnent jamais! Le meilleur buteur est Karim Diarra, avec cinq réalisations.

Ce qu’ils ont bien fait

Ils ont su gagner les matches qui comptaient. Les quatre victoires ont été obtenues face à Portalban, Bümpliz, Farvagny et Béroche, des adversaires directs dans la lutte pour le maintien. Les hommes de Cédric Mora sont allés chercher un magnifique point « bonus » à La Chaux-de-Fonds (2-2). Un véritable exploit puisque les Neuchâtelois ont terminé le championnat avec 11 victoires, 1 nul et 1 défaite! Néo-promu, le Stade Payerne a livré de belles prestations et s’est montré à la hauteur dans le jeu. Un autre bon résultat? Le nul à Thierrens (1-1), qui a perdu ce jour-là ses seuls points à domicile.

Les regrets

Le match à Ostermundigen en est un gros. Les Broyards menaient 0-1 sur le terrain du premier relégable lors d’un match très important et ont fini par s’incliner 3-2. On fait un peu de football-fiction, mais s’ils avaient remporté ce match, ils seraient potentiellement à dix points au dessus de la barre aujourd’hui et le maintien serait assuré… On ne peut évidemment pas compter ainsi, mais Payerne, d’une manière plus générale, peut regretter les points perdus après avoir mené au score.

Le joueur du premier tour

Arnaud Rapin. L’ancien portier de Team Vaud est une valeur sûre. Il a eu l’intelligence de vite faire le deuil d’une éventuelle carrière professionnelle, malgré d’évidentes qualités, et il ne le regrette pas. Parfaitement identifié au Stade Payerne, il s’implique énormément dans la vie du club mais n’oublie pas d’être excellent sur le terrain. A 25 ans, il peut encore espérer jouer en 1re ligue, mais on le soupçonne de vouloir finir sa carrière au Stade Municipal tant il incarne ce club à merveille.

L’objectif du deuxième tour

Se maintenir tranquillement. Cédric Mora veut que son équipe continue à progresser, sans renier ses principes. Le salut passera par le jeu et Payerne aimerait bien ne pas avoir à souffrir jusqu’au bout. Idéalement, les trois derniers matches seraient des amicaux… même si la perspective d’une dernière rencontre brûlante sur le terrain de Portalban/Gletterens serait forcément attractive pour les spectateurs et pour le caissier du club fribourgeois. Le Stade Payerne s’épargnerait bien ces frayeurs-là.

Ce qui va se passer cet hiver

A priori, pas grand-chose. Cédric Mora a réalisé un joli coup cet automne en faisant venir Christophe Hostettler, mécontent de son temps de jeu à Thierrens. Le Neuchâtelois a eu un impact immédiat et Payerne va surtout chercher à intégrer le plus de jeunes possibles au deuxième tour. Mais si d’aventure un gros départ devait se produire, aucun doute que le club broyard chercherait à le combler immédiatement.

Ecrire un commentaire

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*