Terre Sainte peut en faire beaucoup plus

Terre Sainte peut en faire beaucoup plus

Footvaud tire cette semaine son bilan du premier tour des sept clubs vaudois de 1re ligue. Forcément, notre analyse est subjective et basée sur ce que l’on a vu, ou cru voir, lors des 14 premiers matches de la saison. Sixième équipe à avoir son article, l’US Terre Sainte.

Les autres articles de la série

Stade-Lausanne-Ouchy est désormais une valeur sûre de 1re ligue

Echallens a été impossible à suivre

Azzurri a retrouvé sa solidité défensive

Bavois, une attaque de feu et un collectif soudé

Yverdon en a terminé avec sa phase d’adaptation

Le bilan du premier tour

Terre Sainte étant sur la barre, il n’est pas catastrophique… ce qui ne veut pas dire qu’il est bon. La 12e place sur 14 est synonyme de sauvetage à la trêve, mais le but était quand même d’être un peu plus tranquille cette année. Terre Sainte a pris quelques claques (Bavois 4-8, La Chaux-de-Fonds 0-6 et Naters 1-4), mais a battu Signal Bernex, Lancy et Martigny, ses trois adversaires principaux dans la course pour le maintien. Ces trois victoires-là sont extrêmement importantes.

Le point très positif

En engageant plusieurs attaquants cet été, le but était clair: enfin marquer des buts. L’USTS manquait de poids offensivement ces dernières saisons et les recrutements de Romaric Nya, de Sylvain Komenan et d’Idriss Maanane allaient dans ce sens. A ce titre, la première partie de championnat a été très réussie, puisque l’USTS termine avec la 6e attaque, un seul petit but derrière Azzurri et Stade-Lausanne. L’USTS, enfin, concrétise ses actions. En plus, les buteurs sont bien répartis. Romaric Nya et Paul-Henri Pilloud en sont à quatre, Alessandro Albii en est à trois, tandis que Momo Rabhi et Idriss Maanane ont chacun marqué deux fois.

Le point à améliorer

Terre Sainte a la 13e défense, mais ce n’est pas le plus préoccupant. En fait, cette équipe sous-performe régulièrement en raison d’un manque d’ambition et d’audace. Patrick Duval, une personnalité que l’on aime bien d’ailleurs, se cache régulièrement devant le manque de moyen des siens. C’est vrai, l’USTS n’a pas le budget d’autres, mais cette excuse-là ne doit servir que pendant la période de mercato. Une fois que le championnat a commencé, c’est le ballon qui parle, et la qualité des entraînements, ainsi que leur fréquence. Terre Sainte peut en faire plus, beaucoup plus, et ne pas se contenter du minimum, c’est à dire se sauver en mai. On aimerait voir cette équipe plus compétitive une fois, jouant avec plus de rage au ventre. Ce n’est pas impossible du tout: il y a deux ans, à peine, l’USTS atteignait les finales de 1re ligue. Et cette compétition n’était pas plus exigeante en 2013 qu’en 2015. Simplement, cette équipe jouait avec plus de coeur et d’intensité.

Le joueur du premier tour

Grégoire Bovet. Le défenseur a été très bon, mettant comme toujours ses qualités au service du groupe. Il n’est pas le plus flamboyant des défenseurs, mais il est efficace et très fiable. Il est rare de le voir passer au travers d’un match et il a véritablement été l’un des hommes forts de l’USTS durant ce premier tour. On aurait pu citer Mohamed Ammar et le gardien Alexandre Duvoisin, aussi.

Le joueur du deuxième tour

Paul-Henri Pilloud. Lui aussi est une valeur sûre de l’effectif de Patrick Duval et est un homme qui répond toujours présent. Infatigable à mi-terrain, il défend autant qu’il attaque et ses quatre buts du premier tour témoignent de son activité. On a toujours bien aimé ce joueur, toujours irréprochable dans l’attitude et prêt à partir au combat. Un vrai joueur de 1re ligue.
Fc Azzurri 90 Ls vs Us Terre Sainte 1-1

Ce qui va se passer cet hiver

Pas grand-chose, a priori, même si des changements sont peut-être à prévoir au sein du staff. Terre Sainte va faire avec ses moyens, comme toujours, en cherchant simplement à compenser des départs éventuels. A voir si ceux-ci arrivent.

Categories: 1re ligue, US Terre Sainte

Ecrire un commentaire

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*