Terre Sainte avait dressé une muraille à Vidy

Terre Sainte avait dressé une muraille à Vidy

Le choc vaudois de samedi entre le leader Stade-Lausanne et Terre Sainte, à Vidy? L’éternelle histoire de l’équipe qui vient pour défendre, face à celle qui a le ballon, mais ne trouve pas les solutions. En première période, ce schéma a même été poussé jusqu’à la caricature entre les deux équipes. La possession de balle du SLO jusqu’à la 45e minute? On n’a bien sûr pas de statistique précise, mais disons qu’un 75% ne nous paraît pas exagéré. Le score à la pause? 0-0. En deuxième période, l’USTS est sortie un peu plus et aurait même pu l’emporter en toute fin de partie, lorsque Behar Bajrami a obtenu le penalty de la gagne à la 82e. Robin Enrico a cependant choisi le bon côté et sauvé un point pour son équipe. 0-0, score final.

Stade-Lausanne toujours en position très favorable

Ce point, finalement, fait les affaires des deux équipes, ce qui n’était pas forcément évident au départ. Stade-Lausanne, qui espérait bien sûr s’imposer face à une équipe luttant pour le maintien, se contentera aisément de ce nul qui le rapproche des finales. Pourquoi? Parce qu’Azzurri et Echallens ont perdu, déjà, mais aussi parce que ses « concurrents » éventuels du groupe 3 ne se sont pas imposés. On ne va pas se perdre dans des considérations trop mathématiques, quoique ça pourrait faire plaisir à Andrea Binotto, mais disons simplement que ce nul n’est pas la contre-performance comptable du siècle pour le SLO, qui pourrait même, mais c’est loin d’être une garantie, être finaliste sans prendre le moindre point dans les deux derniers matches. Ce serait mieux de ne pas essayer, quand même.

Terre Sainte a une balle de match face à Monthey

Et pour Terre Sainte? Encore plus simple: Meyrin, un concurrent direct, a perdu, et l’USTS compte quatre points d’avance sur les Genevois, à deux matches de la fin. Samedi prochain, c’est Monthey, déjà relégué, qui vient à Coppet. Là, le calcul est facile: une victoire et le maintien sera acquis. Une occasion comme celle-là ne peut pas, ne doit pas, se rater. Terre Sainte doit prendre ces trois points-là et s’offrir un dernier voyage à Guin en tongs, avec les caisse de bières à l’arrière du car, un barbecue à la mi-temps et des entraînements beaucoup plus relax pendant la semaine. Mais pour cela, on le répète, il faut gagner face à Monthey, même 1-0, même sur penalty, même du pointu.

Voilà pour la semaine prochaine, d’accord. Mais pour aujourd’hui? Ce 0-0 a une histoire, quand même, qu’il convient de raconter le mieux possible.

Andreas Soos aligné en pointe

En l’absence de Quentin Rushenguziminega, suspendu, Andrea Binotto avait opté pour un 4-2-3-1, ou 4-3-3, avec Julien Ruchat en meneur de jeu et Andreas Soos en avant-centre, Stevo Gasic et Brice Ngindu occupant les côtés du « losange offensif ». Pas de révolution, donc, et il appartenait à Soos, un attaquant très intelligent et réfléchi, à occuper le poste stratégique d’attaquant de pointe. Il ne s’agissait évidemment pas de remplacer l’irremplaçable, mais d’amener ses qualités propres.

Stade-Lausanne-Ouchy a eu la balle tout le long

La première mi-temps? Largement dominée par Stade-Lausanne-Ouchy, en tout cas pour ce qui est de la possession de balle. Les Stadistes ont très bien fait circuler la sphère, mais ont clairement manqué de rythme pour vraiment mettre en danger une équipe de Terre Sainte très bien en place. Patrick Duval n’avait apparemment pas demandé à ses joueurs de produire un festival offensif et l’USTS s’est montrée très disciplinée. La preuve? Kevin Bally n’a eu… aucun arrêt à effectuer durant les 45 minutes initiales. Le SLO avait des idées, mais pas la percussion nécessaire. Sa seule occasion réelle, l’équipe d’Andrea Binotto se l’est d’ailleurs procurée en contre!

Guillaume Golay, le ratisseur

On jouait la 22e minute et Brice Ngindu, enfin, trouvait de l’espace sur son côté. L’ailier pouvait aller un bout, comme l’on dit, et centre pour Julien Ruchat. A dix mètres, excentré et en déséquilibre, l’ancien joueur de Pully frappait au dessus. C’est tout et c’est peu, mais il faut dire que Terre Sainte a vraiment laissé peu d’espaces derrière et au milieu, où Guillaume Golay a été absolument impérial à la récupération. Un Golay 100% filtre, osera-t-on. Une action pour l’USTS? Une seule, à la dernière seconde, avec une puissante frappe hors-cadre de Mohammed Rabhi.

Il ne faut jamais parler des absents, mais…

Le même Rabhi a eu le 0-1 dans le viseur, mais son tir de la 61e, dans une position relativement similaire, était lui aussi non cadré. Comme en première période, SLO avait le ballon, mais l’USTS ne se livrait pas et Stade souffrait vraiment à approcher des buts de Kevin Bally. On s’en voudrait d’insister là-dessus, mais l’absence de Quentin Rushenguziminega se faisait sentir à chaque instant. On ne devrait pas parler des absents? Quand on voit un match avec un bloc qui défend face à une équipe qui cherche la solution en vain, forcément que l’on se dit que la présence du meilleur buteur de 1re ligue, tous groupes confondus, aurait pu changer quelque chose.

Robin Enrico sauve un point pour Stade

Et alors que l’on se disait que, quand même, SLO allait passer l’épaule, enfin, l’USTS a commencé à se montrer dangereuse. Momo Rabhi a commencé par envoyer un bon coup-franc en direction du petit filet des buts lausannois, mais Robin Enrico a sorti la parade nécessaire (71e). Ensuite? Le même Enrico a détourné le penalty de Bajrami (82e), avant d’être parfaitement bien placé sur une frappe de Guillaume Golay qui avait le poids du 0-1 (90e). Trois arrêts décisifs, qui ont offert un point à Stade-Lausanne. Sincèrement, si l’USTS avait gagné, cela aurait été un hold-up. Mais les victoires en subissant le jeu font partie du football, surtout lorsqu’on joue le maintien. Dommage pour Terre Sainte, il y avait la place pour un braquage, mais SLO ne l’aurait pas mérité.

Il a dit à Footvaud.ch

Paul-Henri Pilloud, milieu de terrain de l’USTS

C’est sûr que la tactique, c’était de leur laisser le ballon et de contrer du mieux qu’on pouvait. En première mi-temps, c’était vraiment extrême, je crois qu’on n’a pas touché la balle une seule fois! J’exagère? A peine! On n’a vraiment rien fait, mais en deuxième période on s’est quand même créé des situations intéressantes et on aurait pu repartir avec les trois points. Ça aurait été le coup parfait! Il y a eu le penalty de Behar et l’occasion de Guillaume… C’est rageant, parce qu’avec la victoire on pouvait être sauvés ce soir si les autres résultats étaient bons. Allez, au final c’est un bon point, mais il laisse quand même des regrets vu la fin de match.

Les hommes du match

Le meilleur homme sur le terrain pour les Stadistes? Disons que Fabian Geiser a été bon en défense centrale, comme très souvent, et qu’Axel Danner a essayé de faire des différences sur son côté. Mais le vrai homme du match est Robin Enrico, qui a sauvé son équipe de la défaite en choisissant le bon côté sur le penalty de Behar Bajrami.

Guillaume Golay a été exceptionnel dans l’axe du milieu de terrain. Il a récupéré énormément de ballons, a tenu sa place sans reculer d’un mètre et a gagnés ses duels. Un patron et un leader. Il ne lui a manqué que d’inscrire le 0-1 à la 90e… Gros match également de Grégoire Bovet en défense centrale. Infranchissable, tout simplement. Il a même essayé d’aller une ou deux fois de l’avant, en fin de match, ce qui a failli provoquer une crise cardiaque chez Patrick Duval. Soucieux de préserver la santé de son entraîneur, il a évité de le faire trop souvent.

Les prochains rendez-vous

Stade va à Yverdon samedi prochain, avant de recevoir Team Vaud. L’USTS accueille Monthey, puis ira à Guin.

Stade-Lausanne-Ouchy – US Terre Sainte 0-0

Arbitres: M. Hajdarevic, assisté de M. Maire et de M. Mendes.

SLO: Enrico; Danner, Geiser, Le Neün, Rego; Fungilo, Gudit; Ngindu, Ruchat (79e Rochat), Gasic (73e Gashi); Soos (58e Cando).

Entraîneur: Andrea Binotto

USTS: Bally; Nikravesh, Fontolliet, Bovet, Whibley; G. Golay, Daniel Dos Santos (63e Granjon), Pilloud; F. Albii, A. Albii (89e A. Golay), Rabhi (77e Bajrami).

Entraîneur: Patrick Duval

Stade Juan-Antonio Samaranch. 83e, Robin Enrico repousse un penalty de Behar Bajrami. 90e, expulsion de Sébastien Le Neün (deuxième avertissement).

Categories: 1re ligue, US Terre Sainte

Ecrire un commentaire

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*