Terre Sainte a trouvé son attaquant

Terre Sainte a trouvé son attaquant

Romaric Nya Ngatcha, 23 ans, formé au FC Metz. Le nom du nouvel avant-centre de l’US Terre Sainte est connu de tous les défenseurs de 1re ligue, eux qui ont souvent souffert face à sa puissance et son sens du but. Vainqueur de la Coupe Gambardella avec les Lorrains en 2010, il a poursuivi sa carrière en Suisse, ne parvenant pas à franchir le cap du très haut niveau malgré un passage à Sion M21.

Le Franco-Camerounais sort de trois saisons à Naters, seule la dernière étant vraiment décevante. Personne n’a oublié la saison 2013/2014, lors de laquelle il avait été étincelant (11 buts et 16 assists). Dans le Haut-Valais, il avait un statut de professionnel, mais se retrouve désormais sans emploi. Libre de s’engager où il le voulait, il a opté pour Terre Sainte. Un choix vraiment étonnant, mais Patrick Duval, son nouvel entraîneur, nous explique pourquoi Romaric a fait le pari des Rojalets.

 

Coach, vous l’avez trouvé votre cador!

Cador, on verra à la fin de la saison! Pour l’instant, on a trouvé un attaquant, on va dire. Non, je plaisante, évidemment. On est très heureux d’avoir Romaric parmi nous. Et oui, pour reprendre votre mot, on a l’impression d’avoir un cador.

Vous disiez souvent que vous manquiez seulement d’un attaquant pour passer une saison loin de la relégation. Maintenant, plus aucune excuse!

Oui, j’ai souvent dit cela. Vous savez, à Terre Sainte, on a des qualités, mais on manquait de percussion. Aujourd’hui, je pense qu’on en a.

Comment avez-vous réussi à le faire venir?

Mais je le connais depuis longtemps, Romaric!

Ah bon?

Mais oui! A chaque fois qu’on jouait contre Naters, je lui lançais un petit pique, lui disant qu’il serait mieux chez nous, qu’on était un petit club sympa. Je lui disais qu’il ne parlait pas allemand, qu’il était le seul joueur francophone, que c’était mauvais pour son moral… Je le charriais, mais avec une arrière-pensée à chaque fois. Vous savez, je le connais bien, depuis son passage à Metz. J’en parlais avec Joël Muller, qui m’en a toujours dit le plus grand bien. Alors, cet été, quand j’ai appris qu’il était sur Lausanne et qu’il avait cassé son contrat avec Naters, je n’ai pas manqué l’occasion de lui reparler.

Mais Romaric, c’est un professionnel du football! Vous n’arrêtez pas de nous dire que vous êtes un club démuni…

Ah, mais c’est toujours le cas, rassurez-vous. Romaric, c’est un professionnel du football, vous savez raison. Mais là, il n’a pas d’employeur. On lui offre l’occasion de se relancer et de se faire voir par des puissants clubs genevois, lausannois et peut-être même frontaliers. Mon pari, c’est qu’il marque 20 buts cette saison. S’il le fait, il retrouvera un employeur, on se serrera la main et on se dira mutuellement merci.

Vous n’avez pas dû faire d’effort supplémentaire pour le faire venir?

Vous, vous connaissez mal mon président (rires)… Il est évidemment au maximum de ce qu’il peut toucher chez nous, club le moins riche de 1re ligue romande. Mais c’est tout. On ne va pas inventer l’argent qu’on n’a pas.

Vous avez d’autres arrivées cet été?

Ah oui! Un autre attaquant arrive!

Qui?

Idriss Maanane, de Lancy.

Mais il est fort, lui, non?

Pas mal, oui! Ca a l’air de vous surprendre qu’on signe des bons joueurs. Attention, vous allez devenir désagréable (rires)! Plus sérieusement, c’est un joli transfert. Momo Rabhi est toujours là, donc on a trois attaquants intéressants. On devrait pouvoir arriver à jouer à deux devant cette saison, ce qui nous permettra de mettre plus de poids offensif… On aura d’autres options et on ne sera plus forcément « l’équipe qui joue bien mais ne marque jamais ».

Bon, on se réjouit de voir ça. Sinon?

On a fait signer un défenseur quand même, Michaël Bleve. Il arrive de Collex-Bossy, je crois beaucoup en lui, tout comme en Alexandre Pakutu, un ancien joueur du Stade Nyonnais. Et on a encore deux jeunes arrivés de la formation de l’Evian-Thonon-Gaillard. Je vous invite à venir les voir, ça vaut la peine.

Ca fait quand même pas mal d’arrivées, tout ça. Vous nous aviez habitué à plus de stabilité, coach!

Il le fallait, parce qu’on a quand même pas mal de départs…

Qui exactement?

Benoît Bryand a rejoint Echallens. Arnaud Golay part. Greg Whibley s’en va à Versoix, Guillaume Golay probablement au Stade Nyonnais, mais j’ai entendu qu’il y avait des soucis là-bas… François Meuris et Behar Bajrami s’en vont aussi. Et Kevin Bally est parti à Echallens. Lui, il m’a déçu, parce qu’il m’avait assuré qu’il resterait. Je rentre de vacances, j’allume votre site, je vais voir les articles de 1re ligue et je constate qu’il a signé à Echallens. Voilà, sujet clos.

Quels seront donc vos gardiens cette saison?

On a un jeune venu de Gingins, à très fort potentiel. Il s’appelle Mickael Henzen. Ferdy Lamon va très bien s’en occuper et il va progresser encore très rapidement. Sinon, évidemment, Yohann Lacroix, qui restera jusqu’à fin août, moment où Alexandre Duvoisin revient d’Angleterre. On aura donc toujours deux gardiens, il n’y aura pas de souci. A part ça, vous me parliez de stabilité…

Oui?

Je dois vous dire que je suis heureux que ce groupe se régénère un peu. Là, si je compte large, on a changé un tiers de l’effectif par rapport à la saison dernière. Je trouve ça très bien, très sain. Le noyau de base est toujours là, les frères Albii, Pilloud, Fontolliet, Granjon…

Vous allez encore bouger le contingent?

C’est possible, mais tout se décidera cette fin de semaine au plus tard. Vendredi, on a un tournoi amical, on fera les derniers tests à ce moment-là. Après ça, je voudrai travailler avec mon groupe définitif.

Categories: 1re ligue, US Terre Sainte

Ecrire un commentaire

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*