Team Vaud a attendu la 88e contre La Sarraz

Team Vaud a attendu la 88e contre La Sarraz

Team Vaud M21 va garder l’essentiel de ce match, à savoir les trois points. La première journée de ce 2e tour mettait aux prises deux prétendants à la montée, même si Jean-Philippe Karlen a essayé de nous faire croire tout l’hiver que son FC La Sarraz-Eclépens n’était pas armé pour terminer en tête. On peut écouter attentivement l’entraîneur du FC La Sarraz-Eclépens, mais on n’est pas non plus obligé de le croire. Son équipe a les moyens de monter, c’est une certitude, et ce n’est pas la défaite à La Pontaise qui va nous faire changer d’avis.

Mais le fait est que c’est bien Team Vaud qui s’est imposé, 1-0, au terme d’un match très maîtrisé. La victoire des joueurs d’Alexandre Comisetti est logique et parfaitement méritée: ils étaient les meilleurs sur le terrain, c’est tout. Mais que la victoire a été longue à se dessiner! Il a fallu un dernier rush de Numa Lavanchy, une faute de Ludovic Zwahlen et un penalty impeccablement transformé par Ndiaye Ndiaw. Un coup du sort? Une victoire bien provoquée, plutôt.

Numa Lavanchy: « On a bossé physiquement comme des malades »

On a aimé cette équipe de Team Vaud, samedi à La Pontaise, parce qu’elle a géré tranquillement son match, sans s’affoler. Parfois, ces jeunes joueurs, manquant de l’expérience nécessaire, laissent filer ce genre de matches sur un détail, un coup de pied arrêté ou une erreur d’inattention. Samedi, ils l’ont gagné en montrant de la maturité, de la patience et du caractère. Et c’est La Sarraz-Eclépens qui a craqué, alors qu’on aurait plutôt pu penser que, plus le temps passait, plus une défaite lausannoise pouvait se profiler. « Mais nous, on savait qu’on allait faire la différence. On a bossé physiquement comme des malades, on a fait une grosse préparation. A le mi-temps, notre entraîneur nous a dit d’attendre, que ce 0-0 n’était pas forcément mauvais pour nous », explique Numa Lavanchy. Team Vaud a alors géré. En patrons du jeu.

Le but annulé pour Enrique en première mi-temps: litigieux

La Sarraz a eu des occasions, c’est sûr, et le but annulé pour Enrique (qui jouait à… Team Vaud au premier tour!) en première période (hors-jeu peu évident) aurait pu changer beaucoup de choses. Car les visiteurs, qui comptaient deux points de retard au coup d’envoi, ont tenu tête à Team Vaud en première période. Une frappe d’Enrique, encore, dans le petit filet (38e) et quelques incursions d’Hervé Rickli auraient pu leur permettre de mener au score. Mais Alex Gauthier (44e, frappe repoussée par Ludovic Zwahlen) a également eu l’occasion d’inscrire le premier but de la partie et, globalement, Team Vaud a été bien meilleur que son adversaire. Pas d’occasion énorme, mais beaucoup de situations chaudes, notamment pour Ibrahim da Veiga sur son couloir gauche. Les Lausannois, qui évoluaient avec Shaban Bekteshi (revenu d’Yverdon) en milieu défensif et avec un trident offensif Da Veiga-Gauthey-Lavanchy, ont joué haut et mis beaucoup de pression sur une défense sarrazine qui s’en est bien sortie en première période.

La Sarraz n’avait pas les armes offensives pour lutter, samedi

Mais c’est offensivement que les joueurs de Jean-Philippe Karlen ne pouvaient pas espérer beaucoup mieux. Sans Mikael Duperret (blessé) et avec Cédric de La Loma et Valon Hysenaj loin d’être à 100%, la force de frappe était amoindrie et Hervé Rickli se retrouvait bien seul en pointe. L’ancien buteur challensois aime avoir du soutien et, samedi, il faut bien dire qu’il n’en a pas eu beaucoup. Dylan Martin et Karim Benchagra ont beaucoup couru et n’ont pas démérité, loin de là. Pour son premier match en Suisse, Benchagra a montré quelques qualités, mais il est trop tôt, bien sûr, pour porter un jugement sur lui. A revoir. Quant à Dylan Martini, ses qualités de protection de balle et de technique sont connues. Reste à apporter de la percussion, ce qui lui manque encore aujourd’hui pour faire les différences qu’un joueur comme Numa Lavanchy peut faire. Mais il a la bonne mentalité et la volonté de progresser. Reste que samedi, La Sarraz ne pouvait pas espérer marquer un but, ou alors sur une balle arrêtée, voire sur un malentendu, ce qui parfois est la même chose.

L’entrée décisive de Ndiaye Ndiaw

Il n’y a eu ni l’un ni l’autre en deuxième période, et Team Vaud est allé chercher sa victoire grâce à l’entrée de Ndiaye Ndiaw. Le Sénégalais nous avait déjà fait belle impression avec Renens au premier tour et a confirmé ses qualités sur sa demi-heure de jeu. Un gabarit impressionnant, et une puissance qui lui ont permis de bouger Guillaume Salvi et David Geijo qui auraient sans doute préféré une fin de match plus tranquille. Ndiaw ne les a pas laissé souffler, et a même inscrit un but… refusé pour une faute peu évidente sur Ludovic Zwahlen, qui n’avait, à notre avis, pas complètement le ballon dans les mains. Ce n’était que partie remise pour Ndiaw qui pouvait transformer imparablement le penalty du 1-0, à deux minutes de la fin.

La faute de Ludovic Zwahlen sur Numa Lavanchy? Réelle

Qui dit penalty dit faute, bien sûr, et celle de Ludovic Zwahlen sur Numa Lavanchy, lancé face à lui, paraît indiscutable. L’avis de la « victime »: « Ca va vite, c’est clair, et je pense qu’il touche le ballon. Ca, c’est vrai, mais après, il ramasse tout. Et s’il ne me fauche pas, je marque. Pour moi, c’est un penalty. » S’en sont suivies quelques échauffourées, apparemment une ou deux gifles, mais Ndiaw, lui, ne s’est pas occupé de tout ça: contre-pied parfait, 1-0, merci et au revoir.

Team Vaud a 5 points d’avance sur La Sarraz

La Sarraz a ensuite tout tenté pour revenir, mais ce « tout » s’étant résumé à deux coups de pied arrêtés dans la boîte au milieu de nulle part, Team Vaud a pu fêter une victoire parfaitement méritée et prendre 5 points d’avance sur son adversaire du jour. Une avance définitive? Numa Lavanchy n’y croit pas: « Il y a deux ans, on avait pas mal d’avance sur Köniz et on a craqué. Non, rien n’est fait, surtout pas. Le championnat est encore long. C’est une victoire qui nous fait plaisir, mais la montée ne s’est pas décidée aujourd’hui. A mon avis, on a mérité de gagner. On a essayé de faire du jeu, malgré les conditions de jeu, l’état du terrain et le fait qu’il s’agissait d’un match de reprise.  »

Quelle équipe pour Team Vaud dans les semaines à venir?

5 points d’avance pour Team Vaud, donc, mais La Sarraz n’est pas écartée de la course, loin de là. « Charly » Karlen va bientôt récupérer tous ses guerriers et son équipe va faire partie de la lutte encore un bon moment, au même titre que le FC La Chaux-de-Fonds. Quant à Team Vaud, beaucoup de choses dépendent d’une donnée finalement assez simple: la situation du LS. Si le club-phare du canton « lâche l’affaire » en Super League, comme cela pourrait être le cas dans les semaines à venir, Numa Lavanchy et quelques-uns de ses camarades pourraient-ils être appelés à finir la saison au plus haut niveau?

Le principal intéressé, titulaire avec le LS plusieurs fois à la fin de l’année 2013, ne se pose pas la question: « On veut monter avec Team Vaud, c’est l’objectif depuis des années et on veut y arriver cette saison. Bien sûr que je suis heureux d’aller avec les pros, de m’entraîner avec eux. Mon objectif, c’est de jouer le plus possible avec eux. Cela fait trois ans que je suis en M21, et je m’adapte. Je sais le jeudi ou le vendredi avec qui je jouerai le week-end, mais je prends vite mes marques. La majorité des gars, je joue avec eux depuis les M16. On verra bien ce qui arrivera. » Tout le monde sera vite fixé, mais la problématique est toujours la même pour Alexandre Comisetti, qui ne sait que peu de jours avant le match quels joueurs il aura à disposition le week-end. Cela peut être un avantage, tout comme un inconvénient.

Les hommes du match

L’entrée de Ndiaye Ndiaw a tout changé du côté de Team Vaud. L’ancien joueur de Renens, né en 1994, a imposé sa puissance et fait tourner le match en faveur de ses couleurs. Il n’a joué qu’une demi-heure, mais cela lui a suffi pour faire forte impression. Fort. Bon match également de Numa Lavanchy. Il a fait de vraies différences sur son côté et a provoqué le penalty de la victoire sur un de ses nombreux appels en profondeur. Décisif.

Du côté de La Sarraz-Eclépens, le meilleur homme sur le terrain a sans aucun doute été Elmedin Hasanovic. Le milieu défensif a un volume de jeu hors-norme. Il a récupéré un nombre fou de ballons, et s’est régulièrement projeté vers l’avant. Il a un gros potentiel, qu’il doit parfois mieux exploiter. S’il est à ce niveau tout le deuxième tour, La Sarraz pourra s’appuyer sur lui. Un patron. On a bien aimé également la prestation de Labinot Morina côté gauche. Il a livré un gros duel à Numa Lavanchy, et l’a souvent dominé en première période. Sa deuxième mi-temps a été plus compliquée, mais les duels entre les deux hommes ont été de très haut niveau. Un joueur de caractère.

Les prochains rendez-vous

Week-end de congé pour Team Vaud la semaine prochaine (qui devait jouer contre Léchelles). Le dimanche 16 mars, à 15h, le FC La Sarraz reçoit Lutry. Gros derby vaudois en vue.

Le plan-fixe

Team Vaud M21 – FC La Sarraz-Eclépens 1-0 (0-0)
But: 88e Ndiaw, pen. 1-0.
Arbitres: M. Jankovic, assisté de M. Hofmann et de M. Namoni.
Team Vaud M21: Martin; Krasniqi, Diaby, Mendouca, Cuénod; Bekteshi, Gaillard, Waidi; Lavanchy, Gauthier (89e Hajdini), Da Veiga (56e Ndiaw).
Entraîneur: Alexandre Comisetti.
La Sarraz-Eclépens: Zwahlen; Vermot, Salvi, Geijo, Morina; Benchagra (65e Ukmata), Enrique, Hasanovic, De La Loma, Martini (64e Lekiqi); Rickli (60e Hysenaj).
Entraîneur: Jean-Philippe Karlen.
Notes: Stade Olympique de La Pontaise. Expulsion de Vermot (90e, coup au visage de Mendouca).

Categories: 2e ligue inter

Auteur