Le superbe week-end de Stade-Lausanne

Le superbe week-end de Stade-Lausanne

Andrea Binotto est un homme qui fait attention aux mots qu’il emploie et qui soigne son vocabulaire. Pas question d’en dire trop, ou de s’enflammer avec des déclarations sortant de l’ordinaire, surtout face à un journaliste. Ainsi, à l’heure de commenter la victoire de Stade-Lausanne à Plan-les-Ouates, samedi, il a tenu à rester mesuré: « Nous avons livré une performance solide. C’était un match sérieux de notre part. » Ce net succès, 0-4 (buts de Nicolas Tebib, Brice Ngindu, Andreas Soos et Matheus Fungilo), permet à son équipe de se rassurer et de prendre trois points d’avance sur la deuxième place, désormais détenue par le FC Sierre. Vevey a en effet perdu à la dernière minute à Chênois et recule à la 3e place. Le SLO, qui est largement meilleur que Sierre au classement fair-play, se remet à nouveau en bonne position.

Stade restait sur 4 points en 6 matches!

Mais il serait faux de croire que le boulevard vers la 1re ligue Classic est tracé, comme on a pu le penser cet hiver. Avant de gagner samedi, Stade restait sur une série d’une victoire, un nul et quatre défaites dans ce championnat de 2e ligue inter! Un début d’année indigne d’un prétendant à la promotion, tout simplement. On l’a dit et répété, Stade était irrésistible au premier tour, et la machine à gagner de l’automne semblait s’envoler vers la promotion. Les résultats mitigés de Vevey, son plus sérieux concurrent, auraient dû permettre aux Lausannois de s’envoler, mais leurs médiocres résultats les en a empêchés.

« Certains de nos joueurs cadres sont en train de retrouver leur niveau »

Comment expliquer cette différence, alors que l’équipe est exactement la même, mis à part les arrivées de Pietro Arena et de Stéphane Cando. Andrea Binotto, toujours: « C’est une bonne question… Je dirais que certains de nos joueurs cadres sont en train de retrouver leur niveau et de revenir en forme. Ce peut être une explication. La préparation a peut-être été laborieuse, et, les mauvais résultats s’enchaînant, la dynamique a été perturbée. Quand la perte de confiance s’installe, c’est difficile de rebondir. Une équipe de football, c’est une centaine alchimie… Et là, on l’avait un peu perdue. »

Le protêt de La Sarraz en Coupe de Suisse? « Pas de commentaire »

Si Andrea Binotto parle à l’imparfait, c’est qu’il estime que la crise est passée. « Oui, je le pense. On a fait deux bons matches, celui de ce week-end à Plan-les-Ouates, et celui en Coupe de Suisse face à La Sarraz-Eclépens, que l’on a gagné également. » Ce match a fait l’objet d’un protêt de la part de La Sarraz-Eclépens, qui se demandait si Pietro Arena avait le droit de jouer, lui qui avait disputé les qualifications de 1re ligue Classic avec Azzurri. La réaction d’Andrea Binotto? « Pas de commentaire. Ce qui m’intéresse est que nous avons gagné ce match sur le terrain » Estime-t-il la requête de Jean-Philippe Karlen fondée? « Pas de commentaire », sourit-il. Faisons-les pour lui: le protêt de La Sarraz a peu de chances d’aboutir.

Pas d’éclat de voix, pas de chambardement: un SLO fidèle à son image

Stade-Lausanne reste donc sur deux bons matches, et semble avoir passé la tempête et retrouvé ses cadres. Andrea Binotto ne les nommera pas, mais ils sont connus de tous, et sans eux à leur meilleur niveau, le SLO ne montera pas. Par contre, Stade-Lausanne a montré ce qui faisait une partie de sa force, pendant la série de défaites: une vraie stabilité à tous les niveaux. Les joueurs n’ont pas été mis sous pression de manière exagérée et ont eu droit à une intervention du président, mais positive. Dans d’autres clubs, ils auraient eu droit au fouet. Là, le staff stadiste est resté tranquille, à l’image du club dans son entier. L’avis d’Andrea Binotto: « Vous avez raison, et il faut le souligner. Le club est resté uni et n’a pas tout chamboulé. C’est agréable, et je pense que c’est une bonne chose. »

Il reste six matches (Collex-Bossy, Malley, UGS, Servette M21, Perly-Certoux et Dardania). En en gagnant cinq, Stade-Lausanne sera promu. C’est aussi simple que ça. S’il est vraiment sorti de sa mauvaise passe, il le fera sans aucun problème. Sinon? Ce sera comme en 2011, 2012 et 2013, il sera passé tout près..

Le SLO II renforcé a ventilé Bursins-Rolle-Perroy

Voilà pour la première équipe, mais la II a également fait fort ce week-end. En battant Bursins-Rolle-Perroy très nettement (5-0), les joueurs de Giuseppe Guzzardi sont repassés au dessus de la barre en 2e ligue. Eric Fonjallaz et Atef Ammari se sont offerts deux doublés, avec un but de Piero Arena au milieu de tout ça. Il faut dire que le SLO II avait fière allure dimanche, avec les titularisations de Sébastien Pilet, Jamel Kaissi, Mario Papa, Piero Arena et Alexandre Badibanga, cinq joueurs habitués à jouer plus haut. De quoi largement prendre la mesure d’une équipe de Bursins pas en grande forme en ce début d’année avec 5 matches et 0 point. L’équipe de Jean-Paul Lamon tient la route dans le jeu, mais manque de qualité et de détermination, pour l’instant, dans les deux surfaces de réparation.

Si le FC BRP avait gagné ce dimanche, il aurait été quasiment sauvé, avec 11 points d’avance sur la barre. Mais là, le regroupement est général. Le SLO II, néo-promu, a toutes les chances de se sauver, et semble bien mieux armé qu’au premier tour, même s’il ne pourra pas bénéficier de tous les joueurs pré-cités à chaque partie.

Seul bémol ce week-end? La défaite de la III

Le SLO a donc parfaitement géré son week-end, et espère simplement que ceux à venir soient tout aussi fructueux. La seule mauvaise note? La défaite de la III, en 5e ligue, face à Prilly III. Mais, sans manquer de respect à personne, le club s’en remettra.

Categories: 2e ligue inter

Auteur