Suchy a tenu son exploit jusqu’à la 88e

Suchy a tenu son exploit jusqu’à la 88e

« Ca fait mal de se faire égaliser à deux minutes de la fin. On voulait vraiment gagner ce match, on en avait beaucoup parlé entre nous. C’est frustrant. Après, je ne vais pas dire que c’est illogique. On a quand même pas mal subi en 2e période. Mais bon, on est tout de même déçus. » Dominique Favre, le très bon défenseur central du FC Suchy-Sports, croyait fermement à l’exploit dimanche matin, face à un FC Champvent II qui présentait un bilan parfait de 9 victoires en 9 matches. Et Suchy a fait ce qu’il fallait jusqu’à la 88e, ouvrant la marque par Arnaud Baruchet (32e), avant que Salvatore Siragusa ne vienne « sauver » un point pour Champvent, à la 88e. Le FCC est donc toujours invaincu, mais a perdu ses premiers points de la saison.

Michael Daburon: « On savait que ce serait compliqué ici »

Si Champvent avait 100% de points gagnés dans ce championnat jusque-là, Kim Castellino et ses hommes savaient très bien que ce déplacement à Suchy (3e) n’aurait rien d’une promenade du dimanche matin. Le capitaine Michael Daburon ne dit pas le contraire: « On savait très bien que ce serait compliqué ici. Suchy se défend avec ses armes, et joue très bien le coup. On s’était dit avant le match que ce n’était pas forcément le jour où on allait devoir bien jouer, mais qu’il était important d’amener les ballons devant et d’aller au duel. C’est difficile de jouer autrement ici. Et on s’en est bien sortis, on a eu beaucoup d’occasions… On aurait du égaliser bien avant, mais on ne peut s’en prendre qu’à nous-mêmes. » Vrai, Champvent a trop gâché de possibilités nettes, notamment au cours d’une deuxième période passée intégralement dans le camp du FC Suchy. Mais ce n’est qu’à la 88e qu’une toute petite faille a été trouvée. Trop tard pour espérer trois points.

Un FC Suchy discipliné, même sans Olivier Gaillard

Suchy s’est battu de la première à la dernière minute et a mérité ce point, qui récompense son courage et sa discipline. En l’absence de son meilleur joueur, Olivier Gaillard (suspendu), le FCSS a pris ce match comme il fallait le faire pour croire à l’exploit: avec envie. Disposé en 4-2-3-1, avec une paire de récupérateurs très intéressante (le Russe Andreï Mikahïlitchenko et le Valaisan Arnaud Baruchet), Suchy a posé bien des problèmes à Champvent en première période. « On a mis du temps à s’adapter et à comprendre comment les contrer », admettait Michael Daburon. Mais c’est bien le FCC qui frappait en premier dans ce match, grâce à sa jeune garde.

L’équipe de Kim Castellino, un joli mélange entre anciens de la I et jeunes talents

Champvent II est une équipe composée à moitié d’anciens joueurs de la I venus continuer à prendre du plaisir (Sébastien Bardet, Mathieu Jaquemet, Michael Daburon, Nicolas Glauser, Anthony Golay…) et à moitié de très jeunes éléments du village et des environs. Le tout donne un mélange intéressant, avec notamment un milieu de terrain composé de Michael Daburon en milieu défensif et aboyeur, d’Anthony Vial en n°10 technique et de trois jeunes avions, Eric Chautems, Yann Rufener et Nathan Karlen, tous titulaires dimanche matin. Un « mix » qui porte ses fruits. La première action, on l’a dit, a été l’oeuvre d’un « espoir », Nathan Karlen, mais sans grand danger pour Arnaud Loesch, l’excellent gardien sécheron.

Celui-ci allait avoir d’autres occasions de s’illustrer, notamment à la 12e (belle claquette sur une tentative de Manuele Panasci) et surtout à la 27e. Yann Rufener adressait un tir vicieux, avec rebond, qu’Arnaud Loesch sortait de la main opposée! Un réflexe phénoménal du dernier rempart du FCSS, pour une action qui avait largement le poids d’un but. Tout le banc du FC Champvent était déjà deux mètres dans le terrain pour célébrer cette ouverture du score, mais le gardien valaisan a dit « Non, monsieur! »

Champvent était un peu meilleur que Suchy, mais pas de très loin. La défense à quatre du FCSS était bien en place et, au sein de celle-ci, Frédéric Bapst (que nous avions interviewé ici) mérite une mention. A 42 ans, il joue face à des gamins qui n’ont même pas la moitié de son âge et arrive à être meilleur qu’eux. Le plus fort? Blessé à la fin du premier tour, il est revenu, aussi bon qu’avant, et toujours aussi en forme. Dimanche matin, il a été excellent de la 1re à la 80e minute à son poste de latéral droit, avant de baisser de pied, comme l’ensemble de son équipe. Impressionnant.

Le but du genou d’Arnaud Baruchet

Et si Champvent a eu les meilleures occasions, c’est Suchy qui a ouvert la marque grâce à un but du genou d’Arnaud Baruchet (32e). Un coup-franc bien tiré par Gilles Jenni, une hésitation dans la défense chanvannaise et 1-0 pour Suchy! Et les joueurs de Yann Rouilly auraient même pu doubler la mise, sur un bon coup-franc de Yannick Perdrisat, de peu à côté (45e). Bref, mi-temps atteinte à 1-0 pour Suchy, avec une autre mauvaise nouvelle pour Champvent: la blessure d’Anthony Vial, son leader technique.

Anthony Golay et ses occasions de la 2e période

Alors, « caisse » le FC Champvent? Non! L’équipe de Kim Castellino a de la ressource, et l’entrée d’Anthony Golay, son attaquant légendaire, lui a fait le plus grand bien. « Titi » a amené toute son expérience et son intelligence de jeu en deuxième mi-temps, et s’est créé une palanquée d’occasions. Les plus belles? Un raid solitaire plein axe, conclu par une frappe à côté (77e) et une reprise acrobatique sauvée par Loesch (82e). Avant cela, Nicolas Glauser avait manqué le cadre de peu, de la tête (75e). Sinon? Des frappes, des centres, et quelques tentatives, toutes bien maîtrisées par l’incroyable Arnaud Loesch, qui s’est imposé comme un des meilleurs gardiens de la région dès son arrivée à Suchy.

Salvatore Siragusa, le sauveur sur corner

Dominique Favre, qui a tout donné, comme chacun de ses coéquipiers, a vraiment cru à la victoire: « Plus le temps passait, plus je me disais que c’était bon. Arnaud sortait tout, et comme on ne lâche jamais rien, j’étais persuadé que c’était bon. Et puis bon, il y a eu cette série de 5 ou 6 corners… » Salvatore Siragusa, entré à peine plus tôt, avait en effet une autre idée que de reparti battu de Suchy dimanche matin. Corner de Manuele Panasci à la 88e, et tête de l’imposant « Salva »: 1-1! Champvent a encore eu une occasion d’inscrire le but de la victoire, par Nicolas Glauser, mais sans succès. Un point chacun, c’est tout!

Champvent II se dirige vers les finales

Champvent peut sereinement préparer les finales: il en fera partie, quasiment à coup sûr. Michael Daburon, toujours: « On n’y pense pas encore, on doit encore faire des points. Mais bon, bien sûr qu’au fond de nous… » Ce n’est pas un secret: Champvent II a le potentiel pour y arriver et compte toujours 9 points d’avance sur son adversaire du jour. A 10 matches de la fin, cela devrait être suffisant.

Dominique Favre: « Certains quand ils viennent ici, sont un peu surpris »

Mais pourquoi donc est-ce aussi compliqué de venir jouer à Suchy pour les équipes visiteuses? Dominique Favre a son idée: « Parce que, comme déjà dit, on ne lâche rien. Et encore plus à domicile qu’à l’extérieur, c’est vrai. Il y a du monde qui vient nous voir et on a l’envie de tout donner. On est fiers de jouer ici, pour ce club. On sait que l’on ne propose pas du grand football, mais on ne triche pas. Certains, quand ils viennent ici, sont un peu surpris. Ils ont peut-être un peu trop l’habitude du confort. Quand vous venez jouer à Suchy, vous devez vous changer à 300 mètres du terrain. Et la surface de jeu est celle d’une équipe de 4e ligue, pas d’une structure professionnelle. Ca peut déstabiliser certains. » C’est aussi ça, le football qu’on aime.

Les hommes du match

Arnaud Loesch a été le meilleur homme sur la pelouse, sans aucune discussion possible. Il a tout repoussé, jusqu’à cette fameuse 88e minute. On a déjà tout dit sur lui, pas besoin d’en rajouter. Mention très bien également à Gilles Jenni. Il a plus l’habitude de jouer en attaque ou au milieu de terrain, mais il a parfaitement tenu le choc en défense centrale. Il a beaucoup parlé, et dirigé sa défense à bon escient. Il s’est offert un assist, en plus. Fort. La paire de récupérateurs Mickhaïlitchenko-Baruchet mérite également une mention, tout comme Frédéric Piaget.

Du côté de Champvent, les entrants de la 2e période ont fait la différence. Anthony Golay est éternel, et on aime tout chez lui: le style, l’élégance et l’efficacité. Il n’a pas marqué, mais il a tout fait juste et pesé sur la défense. On l’a dit, Champvent II est un mélange d’expérience et de jeunesse. Il est du côté « expérience », et il l’assume bien. Seigneurial. Mention très bien aussi à Salvatore Siragusa. Dix minutes de jeu, un but. Là aussi, l’expérience a parlé et, après tout, c’est logique. Dans ce genre de match, face à un adversaire aussi compliqué à jouer que peut l’être Suchy, ce sont les vieux grognards qui font la différence.

Les prochains rendez-vous

Suchy recevra le FC Vallée de Joux II, le dimanche 23 mars, à 10h. Le même jour, à 15h30, le FC Champvent II se déplacera à Montcherand.

Le plan-fixe

FC Suchy-Sports – FC Champvent II 1-1 (1-0)
Buts: 32e Baruchet 1-0; 88e Siragusa 1-1.
Arbitre: M. Fasola.

Suchy: Loesch; Bapst, Favre, G. Jenni, Gaspar; Mikhaïlitchenko, Baruchet; Perdrisat, F. Piaget, Bridel; Loutan.
Sont entrés en jeu: Roy, Plantier, Ordonez.
Entraîneur: Yann Rouilly.

Champvent: Oberhänsli: Jaquemet, N. Glauser, Bardet, Poget; Daburon; Karlen, Vial, Chautems, Rufener; Panasci.
Sont entrés en jeu: Golay, Siragusa, Keller.
Entraîneur: Kim Castellino.

Notes: Terrain de Suchy.

Categories: 4e ligue

Auteur