Suchy s’impose dans le « Classico » à Vaulion

Suchy s’impose dans le « Classico » à Vaulion

« Si c’était important de venir gagner ici? C’était capital, indispensable, mettez tous les adjectifs que vous voulez! » Olivier Gaillard, le chef de meute du FC Suchy-Sports, sait mieux que personne qu’un Classico ne se joue pas, il se gagne. Et jeudi soir à Vaulion, c’est Suchy qui a gagné, nettement, grâce notamment à une très bonne performance de son attaquant Loïc Loutan. Vainqueurs 0-3, les Sécherons sortent de la zone dangereuse, où reste enfoncé le FC Vaulion de Bernard Schmitt. L’entraîneur du FCV craint que son équipe ne doive regarder derrière plutôt que devant, elle qui ne compte que trois points en quatre parties: « Oui, on est un peu en zone rouge. On préférerait regarder devant, mais la réalité est là. On doit désormais surveiller les résultats de Vallorbe II. Mais attention, on doit aussi positiver! La qualité de jeu est là, on a tout pour bien faire. Mais on est rongés par les absences. Il y a le service militaire, le boulot… Bon, je sais bien qu’on est tous à la même. »

Le match, disputé dans le très joli cadre du terrain du Criblet, à Vaulion, a été très disputé, comme on s’y attendait. A Vaulion, il est rare d’être déçu. Déjà, le terrain est très beau, le tremplin de saut à skis à trente mètres de la buvette rappelle qu’il neige parfois ici en hiver, et l’accueil toujours chaleureux, même pour le grand rival qu’est Suchy.

Le FC Suchy-Sports a dominé la première période et pris l’avantage

Le match? Une première immense occasion pour Vaulion, par Maxime Paradala, à la 6e. Complètement oublié par la défense sécheronne, le milieu de terrain vaulieni ne trouvait pas le cadre, seul à cinq mètres. L’occasion pour Yann Rouilly et Cédric Monnard, les deux co-entraîneurs sécherons, de mettre les choses au point d’entrée. Après cette frayeur initiale, la première période sera entièrement dominée par le FCSS. « Je ne sais pas où on était en première mi-temps. On n’a pas joué! C’est à l’image de notre saison… Cela avait été le cas, notamment face à Venoge II. C’est dommage, on ne peut pas gagner un match en ne jouant qu’une mi-temps », se lamentait Bernard Schmitt. Il est vrai que Suchy était partout durant les quarante-cinq premières minutes, se créant plusieurs occasions nettes, notamment grâce à un Bastien Barraud très actif sur le front de l’attaque. Le n°9 a couru partout, pas toujours où il fallait, mais ses efforts ont créé des brèches, comme sur le premier but. Son débordement de la 8e minute était repris par Olivier Gaillard, dont le centre en retrait (tir raté?) trouvait Loïc Loutan, qui finissait de près. 0-1! Le lob de Barraud (10e) aurait pu finir au fond, mais Suchy a attendu la 18e pour doubler la mise, avec l’action la plus drôle du match, sans aucun doute.

Le superbe coup-franc du gauche de Gilles Jenni

Gilles Jenni, gaucher, obtient un très bon coup-franc pour une faute à vingt-cinq mètres, côté droit. L’occasion est belle pour se faire justice lui-même, connaissant la qualité de sa frappe. Mais Yann Rouilly avait une autre idée: l’entraîneur du FC Suchy a prié Sébastien Bridel, droitier, d’aller frapper. « Au premier poteau, tu surprends le gardien. C’est un coup-franc pour un droitier! », a plaidé le technicien du FCSS. Mais Bridel a fait mine de ne pas écouter, considérant, assez logiquement, qu’un coup-franc sur la droite était fait pour un gaucher. De quoi irriter Yann Rouilly, qui continuait à ronchonner pendant la course d’élan de Gilles Jenni, lequel… envoyait, du gauche bien sûr, un plomb dans la lucarne de Lionel Guignard, côté opposé! Réaction de Yann Rouilly? « Oui, bon, c’était aussi une option, d’accord. » Bref, 0-2 et un FC Suchy qui s’envolait vers la victoire dans ce derby!

Vaulion a mieux joué en deuxième période

Mais le FC Vaulion s’est réveillé dès la 40e, se créant deux immenses occasions en fin de première période, à la grande fureur du président sécheron Sébastien Collet, furieux du manque de concentration de ses troupes. Bryan Rochat aurait ainsi pu réduire la marque à la 45e, mais sa frappe finissait dans le petit filet d’Arnaud Loesch, le très bon gardien valaisan du FCSS. En deuxième période, Vaulion revenait alors bien dans la partie, se mettant enfin au niveau de son adversaire. Un avis partagé par Bernard Schmitt: « On a eu beaucoup d’occasions, mais on a manqué de réalisme, c’est tout. Nous avons été meilleurs qu’eux. »

Il est vrai que Vaulion s’est créé de multiples situations chaudes, et quelques occasions très nettes. Un coup-franc de Kevin Rochat (65e) finissait sur la latte, et Joël Nunes, à peine entré en jeu, ratait une montagne de la taille du Mollendruz. Vaulion aurait pu revenir dans la partie, c’est vrai, mais Suchy a aussi eu des occasions, et pas seulement une ou deux. Bastien Barraud (53e) et Loïc Loutan (67e et 82e) ont raté, eux, le Marchairuz, et c’est finalement Loutan, à la 90e, qui inscrivait le 0-3, après une jolie action individuelle.

Bernard Schmitt: « Aujourd’hui, la rivalité est sportive, je préfère ça »

Le succès du FCSS est ainsi amplement mérité, même si Bernard Schmitt avait quelques regrets. « Pour moi, on perd contre une équipe qui n’est pas meilleure que nous. C’est mon avis. Bon, il y a un match retour, hein! On va aller les taper chez eux. Je dis ça en souriant, parce que ce match a perdu en agressivité, heureusement. Il y a quelques années, c’était un peu plus chaud. Aujourd’hui, la rivalité est sportive, je préfère ça », précisait-il après le match, gardant sa bonne humeur.

Olivier Gaillard: « On a plus couru, on s’est battus, et on a gagné »

Olivier Gaillard estimait, lui, la victoire des siens amplement méritée: « Oui, on a fait ce qu’il fallait. Ca fait du bien, car on n’était pas au mieux ces temps. On s’est fait remonter les bretelles, et c’était mérité. On est un peu dans un creux, avec un manque de présence, un manque de motivation. Mais ce soir, on a montré que lorsqu’on jouait avec envie, on était bons. On a plus couru, on s’est battus, et on a gagné. A Suchy, de toute façon, on est obligés d’avoir ces valeurs-là, sinon on ne s’en sortira pas. » Le changement de tactique a-t-il porté ses fruits? « C’est vrai qu’aujourd’hui, on a joué en 4-4-2, un système qu’on connaît bien et dans lequel on a des repères. Mais est-ce que c’est cela qui a fait la différence? Non, je ne pense pas. La différence, c’est qu’on a plus couru, c’est tout. »

La blessure de Nicolas Stalder, le coup dur

Suchy, avec sa deuxième victoire de la saison, remonte donc en milieu de classement, avec 6 points en 5 matches. Mais Vaulion, avec 3 points en 4 matches, n’est pas si loin. Reste que l’avantage psychologique a été pris. Et que cela peut compter dans la dynamique d’une saison, même si le FC Suchy a subi un vrai coup dur, avec la blessure de son milieu de terrain Nicolas Stalder, entré en jeu à la 40e et sorti en cours de 2e période. « J’ai senti claquer derrière », expliquait le technicien, dont la qualité de crochet est un régal. On lui souhaite un excellent rétablissement.

Les hommes du match

Du côté de Vaulion, gros match de Benoît Fahrni au milieu de terrain. Il avait fort à faire face à Olivier Gaillard, mais s’en est bien sorti. Il s’est battu tout le long, et n’a pas perdu énormément de ballons. Un très bon joueur de 4e ligue, sans aucun doute. Bonne performance aussi de Maxime Paradela. Son seul tort aura été de ne pas avoir ouvert la marque, avec son immense occasion de la 6e minute. On a aimé son activité au milieu de terrain, où il a couru comme un lapin et s’est battu comme un lion.

Le meilleur homme sur le terrain a sans doute été Loïc Loutan. L’ancien joueur d’Ependes et des Azzurri Yverdon a eu six occasions nettes et en a converti deux. Avec sa vitesse et sa technique, il est largement au dessus de tout le monde en 4e ligue. Son « vrai niveau » le situe bien plus dans une équipe de 2e ligue, ou de haut de tableau de 3e ligue. Suchy a de la chance de l’avoir. Le gardien Arnaud Loesch a également livré une belle performance, bien aidé, il est vrai, par une défense à la hauteur. Il n’a pas été fusillé durant nonante minutes, mais a sorti les arrêts décisifs quand il le fallait. Et son jeu au pied est une merveille. On a rarement vu un gardien de 4e ligue dégager aussi loin et aussi bien. Il a notamment permis à Loutan d’inscrire le 0-3, se faisant l’auteur d’un assist sur ce coup-là. Propre. Suchy a toujours eu de bons gardiens ces dernières années, entre Johann Piaget, Laurent Sulmoni et Yves Engeler. Loesch est dans la droite lignée de ses prédécesseurs. La bonne surprise.

Les prochains rendez-vous

Les deux équipes reprennent la compétition le dimanche 6 octobre. A 15h, Suchy accueillera le FC Venoge II. Et à la même heure, le FC Vaulion sera sur le superbe terrain du FC Montcherand.

FC Vaulion – FC Suchy-Sports 0-3 (0-2)

Buts: 8e Loutan 0-1; 18e G. Jenni 0-2; 90e Loutan 0-3.
Arbitre: M. Dragusha.
Vaulion: L. Guignard; Moffrand, K. Rochat, R. Guignard, Collomb; Magnenant, Paradela, Fahrni, Languetin; Suter, B. Rochat.
Sont entrés en jeu: Nunes, Müller, Rittener, Teutschmann.
Entraîneur: Bernard Schmitt.
Suchy: Loesch; Chambaz, Favre, Bapst, Tanner; Bridel, O. Gaillard, G. Jenni, Girardet; Barraud, Loutan.
Sont entrés en jeu: Stalder, Mottaz, Perdrisat et F. Piaget.
Entraîneurs: Yann Rouilly et Cédric Monnard.
Notes: Le Criblet, Vaulion.

Categories: 4e ligue, FC Vaulion