Stade Payerne Azzurri est un sérieux prétendant aux finales

Stade Payerne Azzurri est un sérieux prétendant aux finales

Que serait-il arrivé si Nicolas Clot s’était avancé un peu à la 59e minute, lui qui était parti à la limite du hors-jeu affronter le gardien de Stade Payerne Azzurri? Arrivé aux seize mètres, l’attaquant de la III du FC Thierrens a enroulé sa frappe, mais celle-ci est passée largement au dessus des buts, atterrissant bien loin de là, quelque part entre Vallorbe et Ballaigues probablement. Dommage, car dans la foulée, les Payernois inscrivaient le 0-2 en contre et se dirigeaient donc vers un succès globalement mérité. Thierrens, qui se voyait bien faire tomber une équipe de pointe de ce groupe 5 de 4e ligue, a même encaissé le o-3 à un quart d’heure de la fin. C’en était terminé des espoirs de victoire pour les hommes de Jacky Clot, le légendaire entraîneur local.

L’Esprit du Jorat a soufflé dix minutes

A 0-3, pourtant, le fameux Esprit du Jorat s’est invité quelques minutes au Marais, le temps pour Nicolas Clot (sur coup-franc excentré) et Gregor Strebel (d’une reprise de près sur coup de pied arrêté) d’amener le score à 2-3 à la 89e. On a vu tellement d’exploits sur ce terrain du FCT que l’on s’est mis à croire à une remontée folle, mais Harteck Panduro a mis fin aux espoirs thierranais en inscrivant le 2-4 dans le but vide. Stade Payerne Azzurri, qui a manqué de peu les finales la saison dernière, a ainsi remporté sa quatrième victoire consécutive dans ce nouveau championnat. Du bon travail.

Un FC Thierrens pas dans le match

Les Payernois se sont fait peur, pourtant, eux qui ont largement dominé la première période et auraient déjà dû se mettre à l’abri là. Thierrens III, une équipe de copains sans autre ambition que celle de prendre du plaisir et de rester en 4e ligue, est complètement passée à côté de son début de match. Des contrôles du tibia, des passes non pas à l’aveugle mais les yeux fermés, et un marquage aussi sérieux qu’une soirée avec Bouillon: Jacky Clot n’arrivait pas à croire ce qu’il voyait devant lui et ne reconnaissait pas sa III. Stade Payerne, très bon, en a profité pour inscrire le 0-1 par Marco Riccio, sur le côté gauche et de fort belle manière, et aurait même pu enfoncer le clou.

Diego Armando Maradona s’est invité à la 44e

Les Broyards se sont même offerts une action individuelle d’anthologie grâce à Salvatore Petrillo à la 44e. Le fin technicien s’est permis une série de dribbles insensés en plein milieu de la défense thierranaise, couchant les défenseurs les uns après les autres… avant de tirer quatorze centimètres à côté. Dommage, car cette action aurait mérité un but pour Salvatore « Diego Armando Maradona » Petrillo, mais c’est bien sur le score de 0-1 que M. Thasin Yilmaz sifflait la pause.

Nicolas Clot, un vrai battant

Après la reprise, on pensait voir un FC Thierrens un peu meilleur. Pourquoi? Parce que la III du FCT attaquait face à son bouillant kop et aussi parce que pire qu’en première mi-temps, cela semblait impossible. Nicolas Clot, qui a tant donné pour la I, la II et les vétérans, est toujours là, fidèle au poste et l’article sur sa retraite n’est toujours pas à l’ordre du jour et ne devrait pas l’être dans cette décennie-ci. Ce garçon-là est étonnant, lui sur qui l’âge ne semble pas avoir de prise et qui se transforme en tigre féroce dès lors qu’il met les pieds sur un terrain de football. Avec un leader comme lui, l’arbitre, ses coéquipiers et ses adversaires sont sûrs de passer 90 minutes animées. C’est donc lui, Nicolas Clot, qui a raté la balle du 1-1, mais aussi sonné la révolte en déposant son coup-franc dans la lucarne de Steven Clot pour le 1-3. Dès lors, on l’a dit, Thierrens a mis le feu, enfin, mais il était trop tard.

Cette saison, les Azzurri veulent les finales

Stade Payerne Azzurri, une très belle équipe ma foi, a donc remporté un succès logique, mais s’est quand même fait peur. Un constat partagé, d’ailleurs, par Antonio « Toni » Scarpino, son entraîneur depuis la saison dernière: « On a du potentiel et c’est clair qu’on vise les finales. Après les avoir manquées de peu il y a quelques mois, on veut y arriver cette fois. Ce qui nous manque? La constance. On a une équipe latine, qui s’enflamme vite, mais qui a une marge de progression dans la gestion d’un match. On l’a vu aujourd’hui où, quand on mène 0-3, on se relâche et on ne passe pas si loin d’une égalisation qui aurait été imméritée » Son équipe a du talent, c’est sûr, mais elle doit donc mieux gérer l’entier d’une partie pour espérer accrocher l’une des deux premières places dans un groupe qui compte aussi Yverdon Sport II, Chavannes-le-Chêne, Chavornay, Saint-Croix, Valmont et Yvonand.

Une équipe à consonance fortement latine

Une année après avoir fêté le 50e anniversaire du club, Stade Payerne Azzurri se voit donc bien évoluer un cran plus haut, lui qui dispose d’un comité indépendant du Stade Payerne, mais en fait quand même partie. Théoriquement, ses joueurs pourraient donc aller avec la I ou la II du club payernois et vice-versa. « Oui, mais ce n’est pas le cas. On est vraiment à part, avec notre mode de fonctionnement propre et c’est très bien ainsi », explique Antonio Scarpino, qui n’est autre que le fils du fondateur du club, Franco Scarpino. L’équipe à consonance italienne en accueille encore quelques-uns, mais ils ne sont de loin plus la majorité des joueurs. « Ouh là, non, on en a de partout, là! Des Brésiliens, des Portugais, des Cap-Verdiens, un Salvadorien… On est une équipe à consonance latine, c’est sûr », termine Toni Scarpino en souriant.

Les hommes du match

Christoph Strebel a été très solide en défense, gagnant la grande partie de ses duels. Il a été expulsé dans les arrêts de jeu de manière logique, son tacle valant largement un deuxième avertissement. Il sera suspendu une journée, mais il retrouvera vite sa place. Intransigeant et impassable. Sinon, le capitaine Olivier Lüthi mérite également une mention, surtout pour sa deuxième mi-temps. Le blond latéral, un vrai clubiste comme beaucoup de monde à Thierrens, est une valeur sûre.

Du côté du Stade Payerne Azzurri, on a adoré le milieu de terrain Tomas Sadowski. Positionné juste devant la défense, il a orienté le jeu avec brio et sa technique individuelle est largement au dessus de la moyenne en 4e ligue. Un très joli joueur et manieur de ballon. Le défenseur central Augusto Cesar Mendes de Brito a lui aussi évolué un cran au dessus de ses partenaires. Très solide et très fort à la relance, il aurait sa place une ou deux ligues plus haut sans souci.

Les prochains rendez-vous

Thierrens III jouera dimanche prochain, le 4 octobre, sur le terrain du Centre Portugais d’Yverdon. Coup d’envoi à 10h. Stade Payerne Azzurri jouera le samedi, juste avant, le 3 octobre, avec la réception du FC Yvonand à 20h.

FC Thierrens – Stade Payerne Azzurri 2-4 (0-1)

Buts: 35e Riccio 0-1; 61e Paulo Fernandes 0-2; 76e Bruno Ferreira 0-3; 78e N. Clot 1-3; 90e G. Strebel 2-3; 90e Harteck Panduro 2-4.

Arbitre: M. Tahsin Yilmaz

Thierrens: J. Meylan; C. Strebel, Brugger, G. Strebel, Lüthi; N. Jaton, Pidoux, Bär, A. Jaton; N. Clot; B. Gurtner.

Sont entrés en jeu: J. Crisinel, Matthey, A. Martin, M. Meylan.

Entraîneur: Jacky Clot

Stade Payerne Azzurri: S. Clot; Moniel, Passaseo, Augusto Cesar Mendes, Rouillon; Sadowski, Helder Marques, Riccio; Paulo Fernandes, Petrillo, Anildo Borges.

Sont entrés en jeu: Bruno Ferreira, Ganic, Adilson Pereira, Hartek Panduro, Albertissi.

Entraîneur: Antonio Scarpino

Terrain du Marais. 90e, expulsion de Christoph Strebel (deuxième avertissement).

Categories: 3 questions à, 4e ligue

Ecrire un commentaire

Only registered users can comment.