Stade-Lausanne et Yverdon n’arrivent pas à se départager

Stade-Lausanne et Yverdon n’arrivent pas à se départager

Stade-Lausanne-Ouchy et Yverdon ont fait match nul samedi dans le cadre de la dixième journée de Promotion League (0-0). Joué devant 700 spectateurs, le derby a tenu ses promesses au niveau physique, mais pas au niveau des buts.

« Nous étions trop gentils. Nous avons rivalisé et même légèrement dominé la partie, mais il nous a manqué de l’agressivité devant la cage. La rencontre était plaisante et Stade a été à la hauteur de l’événement. Mais bon, c’est vraiment dommage que nous ne plantions pas avec les occasions que nous avons eues », lâchait Anthony Braizat, entraîneur d’Yverdon à l’issue des 90 minutes.

A Yverdon la plus grosse occasion

L’opportunité la plus nette était pour les Nord-vaudois. Lors de la première période, à la suite d’un cafouillage dans la défense lausannoise, il y aurait dû avoir l’ouverture du score. Mais, un joueur a pu sauver une première fois sur une tentative d’Allan Ellouet avant que Raphël Gherardi voyait sa frappe terminer au-dessus. Yverdon avait laissé passer sa chance et n’arriverait plus se recréer une aussi grosse occasion.

Une fois, finalement, un Yverdonnois sera tout près de marquer, mais contre son camp. En effet, sur un centre venu de la droite (79e), François Marque déviait le cuir en direction de son propre but. Il a cependant eu le réflexe aérien de dégager le ballon juste avant qu’il ne rentre.

Le capitaine du Stade-Lausanne-Ouchy Fabien Geiser

Capitaine de Stade-Lausanne-Ouchy Fabien Geiser a tenu la baraque au cœur de la défense (Crédit photo: Stade-Lausanne-Ouchy)

C’était la deuxième opportunité pour le Stade-Lausanne. La première a été l’œuvre d’Ahmed Mejri à la 27e. D’un lancer du milieu du terrain, il a lobé le gardien Valmir Salaj, mais son envoi a finalement tapé la latte. « J’étais sûr que c’était dedans, sourit le numéro 23. Si c’était voulu? Oui bien sûr. J’ai observé le portier durant la première mi-temps. J’ai vu qu’il s’avançait beaucoup. J’ai profité d’une récupération pour tenter ma chance. Ce n’est pas passé loin. »

« Il nous a manqué du mordant »

Très disputée, la rencontre aurait pu basculer d’un côté comme de l’autre. Entraîneur du Stade, Andrea Binotto se montrait satisfait, mais regrettait le peu d’animation offensive de son équipe. « Il nous a manqué du mordant. Les attaquants avaient de la peine à passer l’épaule face aux défenseurs adverses. Nous n’avons jamais réussi à nous mettre en bonne position pour marquer. »

Stade-Lausanne-Ouchy

(Crédit photo: Stade-Lausanne-Ouchy)

Amhed Mejri corrobore les propos de son coach : « Il faut avouer que ce n’était pas facile. Yverdon possède d’excellents joueurs, très solides. Nous ne trouvions pas les espaces derrières. Ce n’est pas pour rien si c’est une des meilleures défenses du championnat. »

Yverdon fait du surplace, SLO garde la tête

Avec ce match nul, Stade Lausanne conserve la première place, mais voit le Stade Nyonnais, victorieux 3-1 face à Breitenrain, revenir à deux unités. Yverdon campe au huitième rang à neuf points de son adversaire du jour. Avec quatre unités glanées en deux rencontres contre le duo de tête, la troupe d’Anthony Braizat pourrait être satisfaite. « C’est bien, mais on devrait en faire six, si on avait marqué aujourd’hui. Si on veut remonter, il faut que l’on gagne », conclut l’entraîneur avant de rejoindre ses joueurs dans le vestiaire.

Auteur

Ecrire un commentaire

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*