Shqiprim Morina, un vrai renfort pour Yverdon

Shqiprim Morina, un vrai renfort pour Yverdon

Sébastien Bichard, l’entraîneur du Stade Nyonnais, l’a libéré cette semaine. « Son talent n’est pas en cause. Shqiprim a tout ce qu’il faut. Mais s’il veut franchir un palier et devenir professionnel, il doit en faire plus. Aujourd’hui, je veux des gars concernés à 100% par le projet du Stade Nyonnais. C’est dommage, parce que je croyais en lui. Et je continue à croire en lui, d’ailleurs. Je lui souhaite d’atteindre ses objectifs. » Lui, c’est Shqiprim Morina, 21 ans, du talent plein les pattes et un caractère bien en place. Formé à Team Vaud, il avait explosé au Stade Nyonnais, en Promotion League, lors de la saison 2013-2014. Parti à Köniz en janvier 2015, il n’a pas pu s’imposer malgré des débuts prometteurs, dans un contexte il est vrai assez particulier. Mais on peut l’écrire: un tel talent, à 21 ans, a encore un avenir, mais il doit aller vite. Rarement un joueur nous aura fait aussi forte impression que lors de son année avec Nyon, où il marchait sur la Promotion League alors qu’il n’avait que 19 ans. Sûr de lui, des fois un peu trop, un brin cabochard, Shqiprim Morina est un vrai joueur de foot qui peut tirer une équipe vers le haut quand il est en confiance.

Il s’est déjà entraîné vendredi

Pour rebondir, il a donc choisi Yverdon Sport, où le directeur général Philippe Demarque se réjouit de l’accueillir: « Il a disputé son premier entraînement vendredi, juste après avoir signé son contrat. Shqiprim, c’est un vrai renfort pour nous, un joueur qui a déjà fait ses preuves un cran au dessus. Il est grand, solide, et sa technique, vous la connaissez aussi bien que moi. Il va nous apporter beaucoup très vite, j’en suis convaincu. Et il a cette grinta au milieu qui me plaît, c’est un gagneur, un mec fort dans les duels, avec de la personnalité. » Lorsqu’il a appris que le milieu de terrain du Stade Nyonnais était libre, le directeur général d’YS n’a pas hésité une seule seconde à lui proposer de remplacer numériquement Yannick Bovay, parti à Bavois. Le départ d’Eros Pitronaci ayant été comblé par celui de Carl Martinet, voilà YS au complet.

Encore une bonne nouvelle bientôt?

Certes, Shqiprim Morina et Carl Martinet ne sont pas nés dans le Nord vaudois, contrairement aux deux partants, et YS s’éloigne un petit peu de son projet régional. Avec une bonne excuse: les deux joueurs qui sont partis, Yverdon voulait les garder. « C’est ainsi. On a une philosophie, mais on sait aussi faire la part des choses. Eros et Yannick ont voulu partir, on a cherché deux bons joueurs pour les remplacer. Je crois qu’on a réussi », termine Philippe Demarque, qui espère encore annoncer une bonne nouvelle dans les prochains jours.

Ecrire un commentaire

Only registered users can comment.