«Je sentais qu’on allait gagner!»

«Je sentais qu’on allait gagner!»

Epalinges a repris ses distances avec la barre, allant s’imposer de manière assez inattendue sur le terrain du FC Genolier-Begnins mercredi (0-1). Une victoire acquise à la 83e grâce à un coup de tête de Tomislav Miocevic sur un corner de Mehmet Kocapinar, et qui fait un bien fou aux Palinzards, désormais six points devant le Stade Nyonnais. Samedi, à la Croix-Blanche, ce sont justement les Nyonnais qui viennent une visite. Une victoire pour Himë Berisha et ses hommes et le maintien sera en très bonne voie.

Mercredi, on a donc appelé l’entraîneur du FCE, ancien technicien du FC Genolier-Begnins d’ailleurs, après cette victoire acquise sur le terrain du deuxième du groupe 1. Le but? Recueillir ses impressions et lui demander, surtout, si la remontée folle de son équipe face à LUC-Dorigny, vendredi dernier, avait été le point de départ d’une belle série pour ses hommes. Ce soir-là, mené 0-3 à la 80e, Epalinges avait arraché un point incroyable (lire ici).

Coach, elle est surprenante cette victoire, non?

Je n’ose même pas vous raconter les circonstances!

C’est dommage, c’est un peu pour cela qu’on vous appelait quand même…

Franchement, on l’a méritée, sur le terrain d’une très belle équipe de Genolier-Begnins. Ce soir, il s’agissait d’un très bon match de football, des deux côtés. J’ai eu du plaisir à revenir ici, sur un terrain où j’ai beaucoup de bons souvenirs. J’ai entraîné trois ans ici, vous savez. Ils m’ont bien accueilli, le speaker m’a même salué lors de la composition des équipes. Bon, à la fin, ils avaient moins envie de me féliciter (rires)!

Vous avez réalisé le coup parfait?

Mais même pas! On a marqué en fin de match, d’accord, mais on a eu plusieurs occasions nettes de marquer encore le deuxième but dans les dernières minutes. Je suis très content de cette partie et cette victoire fait vraiment du bien. En plus, on était à dix! Mourad Boutafenouchet a pris un rouge ultra-sévère. Il a reçu deux cartons jaunes fantômes. Enfin, c’est mon avis… En plus, le match était vraiment fair-play. Enfin bref, je ne garde que le positif de cette belle soirée.

Les dix dernières minutes face au LUC sont-elles le tournant de la saison?

Je pense qu’il y a eu un déclic, confirmé ce soir. J’ai lu votre article concernant ce match et vous aviez tout à fait raison: on n’avait pas été bons du tout pendant 80 minutes. J’en ai parlé à l’équipe d’ailleurs, je voulais comprendre. Mais j’ai senti une belle réaction et je peux vous avouer quelque chose.

On vous écoute.

Ce soir, je sentais qu’on allait gagner. J’en étais sûr.

Facile, après le match…

Non, je vous assure! Hier soir, à l’entraînement, on a fait un jeu brésilien et j’ai vu une équipe qui avait envie et qui mettait de la qualité. Ils ont tué les gardiens hier! Ça allait de tous les côtés, c’était beau à voir. Hier, je me suis dit: « Demain, on gagne. » Et voilà. Donc oui, il y a peut-être un déclic.

Samedi, c’est Nyon II qui vient chez vous…

Oui et on a l’occasion de faire un grand pas vers le maintien. Si on gagne, on sera bien et on pourra finir tranquillement la saison. On aurait neuf points d’avance. En plus, Renens a perdu ce soir. On l’occasion de creuser un vrai trou.

On trouve votre équipe un peu nerveuse. Vous confirmez?

Oui. Encore ce soir, on parle trop entre nous. Il y a de la nervosité, due à notre position au classement. On s’énerve un peu vite, je suis d’accord avec vous. C’est pour ça que j’ai envie qu’on prenne ces neuf points d’avance, pour que la sérénité s’installe. C’est ce qui nous manque, parce que c’est que j’ai vu ce soir, ce sont deux belles équipes de football, qui savent jouer au ballon. Mais une joue les finales, l’autre le maintien.

Ça vous frustre? Vous pensiez faire mieux avec votre équipe?

Tout le monde dit: « Epalinges, grosse équipe », tout ça… Moi, je dis juste que cela ne fait que trois semaines qu’on s’entraîne sur l’herbe et qu’on doit apprendre à se connaître comme groupe. Là, je sens que ça commence à venir et je pense qu’on va être difficiles à arrêter d’ici la fin du championnat.

Categories: 2e ligue, Interviews

Ecrire un commentaire

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*