«Schaffhouse m’a redonné ma chance, je l’ai saisie»

«Schaffhouse m’a redonné ma chance, je l’ai saisie»

Solide, Zivko Kostadinovic. Lundi soir, sur la pelouse compliquée de la Gurzelen, le gardien vaudois de 22 ans a livré un très bon match, ne relâchant aucun ballon et se montrant parfait dans ses sorties. Il n’a pas eu énormément de travail, mais a tout bien fait. Arrivé en décembre 2013 à Schaffhouse, le Renannais a été prêté en début de saison à YF Juventus, en Promotion League, avant d’être rappelé il y a quelques semaines. La raison? Franck Grasseler, le titulaire du premier tour, s’était blessé assez sérieusement.

Le problème, pour le grand Zivko (1m96), c’est que le portier français sera de retour dès cette fin de semaine pour la réception de Wil à la Breite. Alors, qui sera titulaire pour le reste de la saison? Réponse dans les jours à venir de la part de Maurizio Jacobacci, l’entraîneur du FCS. En attendant, l’ancien portier du Stade Nyonnais et de l’équipe de Suisse M20 (sous contrat jusqu’en juin 2016 avec Schaffhouse) a accepté de répondre à nos questions avant de filer à la douche dans les travées de la Gurzelen lundi soir.

Zivko, un bon point aujourd’hui à Bienne?

Oui et non… On était venus pour gagner et on a eu les occasions pour y arriver. Je pense qu’0n aurait mérité de l’emporter, mais on ne va pas dire non à un point à l’extérieur.

Vous avez passé une soirée relativement tranquille…

Oui, j’ai eu un arrêt à faire, ça va (rires). Ce n’était pas forcément évident avec cette pelouse, mais globalement, ça a été un match tranquille pour moi ce soir.

Vous vivez une saison assez bizarre, non?

Ah ça oui, on peut le dire. J’ai débuté le championnat en tant que titulaire, face à Wohlen. On perd 0-1 à la maison et, pendant la semaine, je vois arriver Franck Grasseler à ma place et je pars à YF Juventus en prêt. Là-bas, heureusement, j’ai pu enchaîner les matches. J’en ai joué 15.

Et voilà Schaffhouse qui vous rappelle…

Oui, après la blessure de Grasseler. C’est le foot, c’est comme ça.

Vous ne vous êtes pas senti vexé qu’ils pensent à vous, alors que vous avez dû partir quelques mois plus tôt?

Non, pas du tout. Je ne raisonne vraiment pas ainsi. Ils m’ont redonné la chance de jouer en Challenge League, je l’ai saisie. De nouveau, c’est comme ça dans une carrière. Je ne vois pas pourquoi j’aurais été vexé. Au contraire, même.

Vous êtes satisfait de vos prestations? Vous avez joué les quatre premières parties, encaissant cinq buts…

Ca va, ça va… C’était le premier blanchissage ce soir, ça fait plaisir.

Franck Grasseler va revenir bientôt. Est-ce que vous savez déjà si vous allez rester sur le terrain?

Non, je n’ai aucune indication. Allez poser la question au coach (sourire).

Categories: Football d'élite

Ecrire un commentaire

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*