Saint-Prex aime être mené au score

Saint-Prex aime être mené au score

Faut-il accepter d’être mené au score pour finalement terrasser Amical Saint-Prex? La seule équipe à avoir réussi cet exploit cette saison, à savoir le FC Gland, perdait en tout cas 1-0 à la pause avant de retourner la partie. Pour les autres? Ils ont tous pris une, deux voire trois longueurs d’avance avant de se faire rejoindre par Mario Pessoa et ses coéquipiers, qui ne semblent jamais aussi forts que lorsqu’ils se retrouvent dos au mur. Bosna Yverdon, qui était en déplacement du côté d’en Marcy, samedi soir, peut en témoigner. La troupe emmenée par Dalip Limani ne s’était pas contentée de seulement mener 0-1 à la mi-match, elle s’était assurée d’évoluer avec un homme de plus sur la pelouse que son adversaire, suite à l’expulsion de Micael Barroqueiro pour avoir touché le ballon des mains en dernier recours, en dehors de sa surface. Le score final? 2-2! Et ça, c’était après la magnifique égalisation de Mirza Pipic à dix minutes du terme…

Mené au score, Amical devient automatiquement invulnérable

Car se sont bien les locaux, même menés au score, même à dix, qui ont mis une pression d’enfer sur cette rencontre au retour des vestiaires, comme ils en ont pris l’habitude quasiment à chaque match cette saison. «Vous voulez la vérité? C’est vrai que c’est un peu rageant de ne pas repartir avec les trois points au vu de la physionomie du match, mais, en seconde période, on était cuits! Compte tenu de la charge d’entraînement très allégée qui a été la nôtre cette semaine et le nombre d’absences ce soir, c’est un très bon point, vraiment», soufflait Dalip Limani, après être passé aussi proche de la victoire que de la défaite à plusieurs reprises et avoir assisté, impuissant, à la remontée de son adversaire.

Bosna a jeté toutes ses forces en première mi-temps

Le nouveau boss de Bosna avait, bien sûr, en tête les immenses opportunités manquées par ses attaquants en première mi-temps. À 0-3, le sort de la rencontre aurait été scellé? Rien n’est moins sûr face au spécialiste des remontées improbables, mais disons que les Yverdonnois auraient eu de quoi voir venir si Micael Barroqueiro n’avait pas réalisé deux miracles devant Samir Mehmedovic et Sedin Hebat, avant d’être expulsé, à raison, et de devoir céder sa place à Vincent Caspescha (43e). Ce dernier a, d’ailleurs, parfaitement su saisir le témoin et protéger sa cage durant une petite heure. Les visiteurs ont, donc, dû se contenter d’un seul petit but, inscrit par ce même Samir Mehmedovic (19e, 0-1), à la suite d’une frappe d’Haris Muharem, dans une première mi-temps durant laquelle ils ont mis toutes leurs forces dans la bataille. Cela s’est vu, et ceux-ci ont très rapidement manqué de souffle et de lucidité après le thé.

Mario Chedly: «Je savais ce qu’on avait à faire pour gagner»

Une aubaine, donc, pour Saint-Prex, qui a fait des fins de match son principal atout. Les hommes de Mario Chedly s’entraînent trois fois par semaine et s’ils sont plus affûtés physiquement en fin de partie que leurs adversaires, ce n’est pas un hasard. «À la mi-temps, je savais exactement ce qu’on avait à faire pour gagner, assurait le technicien. On a fait en sorte de changer notre dispositif pour compenser notre expulsion et pouvoir mettre plus de pression sur leur arrière-garde. Les joueurs ont très bien su d’adapter aux consignes, ils ont fait du bon boulot». Cela s’est, notamment, traduit par deux changements très rapides en début de seconde période, dont celui de Lamine Soumahoro, qui aurait pu marquer sur son premier ballon touché s’il n’avait pas été signalé à l’extrême limite du hors-jeu.

L’ambiance d’en Marcy est toujours particulière

Plutôt que par un mouvement construit, l’égalisation est venue d’un fait de jeu des plus anodins. Le contrôle de la main, en plein milieu de sa surface, de Regis Ngoussi n’avait pas échappé à l’arbitre qui n’hésitait pas au moment de désigner le point de penalty. Talel Chedly transformait avec beaucoup d’autorité: 1-1 (52e). Le début d’une seconde mi-temps très ouverte et complètement folle, où Saint-Préyards et Yverdonnois se sont rendus coup pour coup, à base de sauvetages sur le ligne et de parades magistrales. Et comme le public d’en Marcy est toujours particulièrement fervent, il a su faire monter la tension au fil que les minutes s’écoulaient, jusqu’à exploser lorsque l’excellent Mario Pessoa croisait parfaitement sa frappe et trompait Amir Mehmedovic (77e, 2-1), avant de déchanter au moment où le somptueux coup-franc de Mirza Pipic allait caresser la lucarne de Vincent Caspescha (81e, 2-2). Les fidèles de Saint-Prex ont dû s’avouer vaincu mais, au niveau de l’ambiance et de la pression mise sur le trio arbitral, pas de doute, ils savent y faire.

Un bon point de part et d’autre, mais…

Si, malgré les occasions manquées, les visiteurs ne cachaient pas leur soulagement d’avoir acquis un point, le sentiment était tout aussi partagé à Saint-Prex. Certes, les locaux ont, une nouvelle fois, fait preuve d’une force de caractère admirable en renversant les débats en leur faveur et en marquant à deux reprises avec un homme de moins sur le terrain. Après la victoire en Coupe Vaudoise face à Montreux (menés 0-3), et celle obtenue face à Crans (menés 0-2), c’est la troisième fois en quatre rencontres que les Morgiens retournent une situation compromise. Mais ils ont aussi des raisons d’être frustrés, eux qui entamaient les dix dernières minutes de la partie dans la peau du vainqueur et qui ont encore eu des possibilités de repasser devant à 2-2. Finalement, le point est bénéfique pour l’un comme pour l’autre, mais chacun aurait pu prétendre à un peu plus.

Bosna a tous les gros morceaux derrière lui

L’unité glanée samedi soir permet à Amical de s’assurer de rester, théoriquement, aux commandes du groupe 2 une semaine de plus, puisque Grandson-Tuileries et Venoge auront la possibilité de passer devant dimanche après-midi mais compteront un match supplémentaire. Dans le même temps, celle-ci profite doublement à Bosna Yverdon, qui se positionne temporairement au 4e rang, mais qui confirme, surtout, son très bon début d’exercice. En ayant déjà affronté Champvent, Forward-Morges et le FCGT, les Bosniens s’ouvrent des perspectives intéressantes en vue de cette seconde partie de premier tour. Les Nords-vaudois ont, ce soir encore, prouvé que leur effectif, même décimé, regorge de potentiel et de qualités. En continuant d’afficher un tel niveau de jeu et en soignant, éventuellement, quelques détails au niveau de la finition, on ne serait vraiment pas étonné de les retrouver dans les toutes premières places cet hiver.

Un compte-rendu de Florian Vaney

Ecrire un commentaire

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*