Romanel se rassure au bon moment

Romanel se rassure au bon moment

«Cette victoire? Elle est bien plus que juste importante, elle était nécessaire. On avait vraiment le moral plus bas que terre, si on ne réagissait pas ce soir, c’était fini, on partait dans les profondeurs, tout tout en bas». Mike Scire Barbosa, le jeune entraîneur du FC Romanel, n’avait pas eu une seconde l’intention de le cacher: ses joueurs et lui ont très mal vécu ces deux dernières semaines, bouleversées par deux défaites sèches face aux concurrents directs, Bussigny et Etoile Lausanne. Il faut dire qu’avant cela, ses joueurs n’avaient connu qu’une seule fois la défaite cette saison. C’était un certain 17 octobre et, déjà, l’adversaire se nommait Tolochenaz. Autant dire que le FCR aurait pu rêver mieux pour rebondir qu’un déplacement dans les hauts de Morges, et qu’il a fallu une sacrée dose de courage à cette jeune équipe pour se remobiliser dans un moment aussi décisif que l’est cette fin de mois de mai.

Oui, ce Romanel IA est friable mentalement

Bien sûr, Mike Scire Barbosa exagère un peu lorsqu’il évoque le match de ce soir comme celui de la dernière chance. Son équipe serait restée, quoi qu’il arrive (à moins d’avoir pris cinq cartons rouges…), au-dessus de la barre à deux journées du terme du championnat régulier. Pourtant, quand l’homme fort de Romanel IA nous parle d’un moral au plus bas au sein de son effectif, les images des secondes périodes, tant face à Bussigny que contre Etoile Lausanne, nous reviennent à l’esprit. La première fois, le FCR s’était laissé aller à la facilité, enchaînant les fautes d’humeur comme pour évacuer sa frustration. La seconde, on avait senti un collectif un semblant désuni, comme s’il posait les armes avant même la fin de la bataille. Loin de nous l’idée de critiquer une équipe aussi jeune et au parcours aussi remarquable que l’est celui de Romanel, avec 14 victoires en 18 matches et une place de finaliste quasiment dans la poche depuis plusieurs journées, mais force est de constater que le mental n’est certainement pas la qualité principale au sein de ce contingent. Toujours est-il que la troupe de Mike Scire n’est peut-être pas, non plus, la plus à plaindre dans ce domaine, celle-ci ayant fait preuve d’une belle force de caractère et de réaction ce soir.

L’équipe possède bien d’autres qualités, à commencer par devant

On jouait depuis une poignée de secondes que Miguel Miranda mettait déjà le feu dans la défense morgienne. Parti de plus de 30 mètres, l’ailier gauche a réjoui l’assistance d’un magnifique solo, que seule une frappe légèrement trop enlevée a su stopper dans son élan. Alors, offensif, le FCR? Dans la foulée, Robson Gomes se créait deux énormes occasions. La seconde était repoussée par le poteau, après que l’avant centre lausannois eut pourtant effacé tout le monde, gardien compris. Le score ne bougeait pas, mais cela en disait long sur les intentions offensives des visiteurs.

La belle ouverture de Dylan Ferreirim

Déstabilisés par ces ratés? Même si on a senti une pointe de frustration, synonyme, avant tout, d’une énorme envie de bien faire, pas le moins du monde. Romanel reprenait de plus belle son rythme effréné, jouant bien trop vite vers l’avant pour permettre à Tolochenaz de sortir la tête de l’eau. Alors que la partie basculait dans son deuxième quart, Dylan Ferreirim trouvait Dylan Barreira dans la profondeur, d’une passe lumineuse. Cette fois-ci, l’attaquant ne se posait pas de questions. Une frappe, puissante, pure, simple et l’ouverture du score (24e). En voilà, un but qui fait du bien!

Ricardo Aparicio porte le coup de massue juste avant la pause

Surtout que Romanel enchaînait, juste avant de partir aux vestiaires. Miguel Miranda centrait fort, ras de terre, et Ricardo Aparicio était le premier à se jeter sur le ballon (42e). La différence était faite, au meilleur moment, et il fallait bien ce deuxième but d’écart pour que les visiteurs se mettent vraiment à l’abri. Car, bien que pas d’un tranchant de tous les instants, les hommes de Philippe Paschoud étaient bien là une fois le premier but encaissé, capables de se montrer dangereux, surtout sur coups de pied arrêtés. Il faudra, d’ailleurs, un peu de maladresse de la part d’Arnaud Prêtre et de Vincent Favre pour que ceux-ci ne cadrent pas leur coup de tête respectif. Cela aurait constitué un petit hold-up, certes, mais on n’en n’était pas si loin.

Mike Scire: «Je vous l’avais bien dit, qu’on ferait les finales»

Peu importe les opportunités adverses, Mike Scire avait retrouvé le sourire après le match, ne manquant pas de se réunir avec ses joueurs, sans doute pour les féliciter de leur réaction et de les avertir qu’il reste, malgré tout, encore trois points à aller chercher pour être définitivement qualifié. En tout cas, le coach lausannois ne doute pas un quart de seconde que son équipe aussi, et malgré les deux défaites face à ses concurrents directs, aura son mot à dire lors des finales: «Même après la défaite contre Bussigny, je vous l’avais bien dit, qu’on ferait les finales. Pour ça, il reste quand même trois points à faire, mais on ne calculera pas, on en veut six! Il le faut pour arriver le mieux préparé au mois de juin. Vous nous croyez faibles après les contrecoups de ces derniers jours? Je vous assure qu’en finales, ce ne sera pas la même affaire. On sera là, et bien là».

Un Tolochenaz intéressant en seconde période

Si Romanel montre le même visage que lors de cette première mi-temps, avec un brin de réalisme en plus, alors oui, on a toutes les raisons d’y croire et d’être positif quant à son sort. Mais il faut bien dire que le FCR, en étant de loin la meilleure équipe sur le terrain, n’a pas non plus été totalement serein mardi. Au retour des vestiaires, Vincent Favre obtenait un penalty, que David Blanc se chargeait de tirer… au-dessus. C’était la première alerte, et largement la plus grosse. Il y a aussi eu ce coup de tête de Boris David mais, décidément, les locaux ont manqué d’habileté juste devant le but, celui-ci passant également au-dessus de la transversale de Jonathan Perez. On ne cite pas, bien sûr, toutes les possibilités que se sont créés les visiteurs de l’autre côté, mais c’est la preuve que Romanel n’a pas vécu une partie de tout repos, et n’est pas passé si loin de vivre une nouvelle soirée compliquée.

Philippe Paschoud: «Le bilan de la saison? Médiocre!»

Malgré le manque de tranchant des siens devant le but, Philippe Paschoud peut tirer du positif de cette rencontre, ce qui ne lui était plus arrivé depuis bien des semaines: «On peut se montrer assez satisfait de notre performance. On jouait Romanel, un candidat aux finales, et on a réussi à leur poser quelques soucis. Il a fallu faire des changements derrière assez rapidement, mais, une fois ceux-ci effectués, ça allait nettement mieux. C’est en tout cas notre meilleur match depuis un bon moment. C’est la première fois que je peux tirer du positif d’une rencontre depuis plusieurs semaines. Je ne pense même pas que le fait qu’on ait plus rien à jouer nous pénalise vraiment, j’ai juste l’impression que c’est un problème de motivation personnelle. Le bilan de la saison? Il est médiocre, il faut le dire. Avec l’effectif qu’on a, on s’attendait à jouer les trois premières places. De toute façon, je remarque qu’on n’arrive jamais à atteindre nos objectifs. Il faudra peut-être les voir à la baisse pour la saison prochaine. Ainsi, on pourrait éventuellement vivre une belle surprise. L’avantage, c’est que l’on peut déjà commencer à préparer le prochain exercice. J’ai pu aligner deux joueurs de la «II», qui vont nous rejoindre. Il y aura quelques changements dans l’équipe pour nous préparer au mieux à ne pas revivre une saison aussi compliquée que celle-ci».

Un article rédigé par Florian Vaney

Les prochains rendez-vous

Tolochenaz finit face à Bussigny le samedi 28 mai à 19h. Romanel s’en ira à Lonay, le dimanche 29 mai à 15h. Ensuite, ce sera la réception de Gland IIA le samedi 4 juin à 18h30.

FC Tolochenaz – FC Romanel IA 0-2 (0-2)

Buts: 24e Dylan Barreira 0-1; 42e Ricardo Aparicio 0-2.

Arbitre: Luis Filipe Soares.

Tolochenaz: C. Gachet; Debonneville, David, Chèvre, Vege; Riat, Cusco; Favre, A. Prêtre, Blanc; Winograd.

Sont entrés en jeu: L.A. Gachet, M. Prêtre, Vulliens, Malloth, Distretti, Sahini et Bruyas.

Entraîneur: Philippe Paschoud.

Romanel: Perez; Reis, Marques, Golay, Correze; Ferreirim, Da Fonseca, Barreira; Marquis, Gomes, Miranda.

Sont entrés en jeu: Nobre, Fernandes, Ricardo Aparicio, De Melo, Labate et Jallow.

Entraîneur: Mike Scire Barbosa.

Terrain de la Vogéaz, Tolochenaz.

Categories: 4e ligue, FC Romanel

Auteur

Ecrire un commentaire

Only registered users can comment.